Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Harlé, Laurence

Harlé, Laurence

  • 1311
  • Harlé
  • Laurence
  • le 15/04/1949 (FRANCE)
  • le 04/06/2005

Sa biographie

Laurence Harlé est née à Paris en 1949. À la fin de ses études secondaires, elle fait plusieurs stages dans différents journaux : documentation, maquette, rédaction, etc. À 18 ans, elle épouse le styliste Nicolas Harlé, dont elle aura trois enfants. Avec lui, elle collabore à la réalisation de costumes de comédies musicales et de films dont Touche pas la femme blanche de Marco Ferreri. C’est en 1973 que cette passionnée d’écriture, de cinéma et d’histoire des civilisations indiennes d’Amérique du nord rencontre Michel Blanc-Dumont et écrit avec lui les aventures de Jonathan Cartland, d’abord dans Lucky Luke Magazine, puis dans Pilote. Série atypique où la scénariste et le dessinateur se servent de l’univers du western pour aborder des thèmes plus contemporains, Jonathan Cartland va s’imposer rapidement comme une œuvre majeure, qui lui vaudra le prix du meilleur scénario pour Silver Canyon en 1984 au festival d’Hyère, et le prix du meilleur album à Angoulême en 1988 pour Les Survivants de l’ombre. Parallèlement à Cartland, elle commence à écrire en 1981 La Cavalerie américaine, illustrée par Jean Marcellin, sur laquelle elle travaillera cinq ans. Elle collabore avec d’autres dessinateurs, notamment Patrick Lesueur pour Reste-t-il du miel pour le thé ? chez Dargaud, mais aussi Rémy Brenot pour Les Yeux de cendres (1991, Zenda). Dans les années 1990, elle travaille à des adaptations littéraires pour Je Bouquine avec des illustrateurs comme André Juillard ou Frank Le Gall. Elle participera également à l’émission Panorama de France-Culture en tant que journaliste et signera plusieurs chroniques dans le mensuel (À SUIVRE). Son dernier projet s’intitule La Voix de l’arc, un western, à nouveau, qu’elle avait signé chez Dargaud avec Michel Crespin, et qui ne pourra jamais voir le jour après le décès soudain de son dessinateur en 2001. Passionnée, rigoureuse, exigeante, celle dont Jacques Lob disait qu’elle avait "apporté un ton vraiment neuf, une sensibilité rare et une âme" au scénario de BD, s’est éteinte le 4 juin 2005.

Texte et photo © Dargaud

Laurence Harlé est née à Paris en 1949. À la fin de ses études secondaires, elle fait plusieurs stages dans différents journaux : documentation, maquette, rédaction, etc. À 18 ans, elle épouse le styliste Nicolas Harlé, dont elle aura trois enfants. Avec lui, elle collabore à la réalisation de costumes de comédies musicales et de films dont Touche pas la femme blanche de Marco Ferreri. C’est en 1973 que cette passionnée d’écriture, de cinéma et d’histoire des civilisations indiennes d’Amérique du nord rencontre Michel Blanc-Dumont et écrit avec lui les aventures de Jonathan Cartland, d’abord dans Lucky Luke Magazine, puis dans Pilote. Série atypique où la scénariste et le dessinateur se servent de l’univers du western pour aborder des thèmes plus contemporains, Jonathan Cartland va s’imposer rapidement comme une œuvre majeure, qui lui vaudra le prix du meilleur scénario pour Silver Canyon en 1984 au festival d’Hyère, et le prix du meilleur album à Angoulême en 1988 pour Les Survivants de l’ombre. Parallèlement à Cartland, elle commence à écrire en 1981 La Cavalerie américaine, illustrée par Jean Marcellin, sur laquelle elle travaillera cinq ans. Elle collabore avec d’autres dessinateurs, notamment Patrick Lesueur pour Reste-t-il du miel pour le thé ? chez Dargaud, mais aussi Rémy Brenot pour Les Yeux de cendres (1991, Zenda). Dans les années 1990, elle travaille à des adaptations littéraires pour Je Bouquine avec des illustrateurs comme André Juillard ou Frank Le Gall. Elle participera également à l’émission Panorama de France-Culture en tant que journaliste et signera plusieurs chroniques dans le mensuel (À SUIVRE). Son dernier projet s’intitule La Voix de l’arc, un western, à nouveau, qu’elle avait signé chez Dargaud avec Michel Crespin, et qui ne pourra jamais voir le jour après le décès soudain de son dessinateur en 2001. Passionnée, rigoureuse, exigeante, celle dont Jacques Lob disait […]

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Séries principales de à Rôle
Courts métrages (Blanc-Dumont) 1985
Innuat 2000
Jonathan Cartland 1975 1995
Jonathan Cartland (en allemand) 1993 1996
Reste-t-il du miel pour le thé ? 1981
Silver Screen 1991
A l'aube de la liberté 1989
Autres collaborations de à Rôle
Blueberry (Die Chroniken) 2010 Autres
Documents, Monographies, Biographies de à Rôle
(AUT) Blanc-Dumont 1984