Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Kox, Daniel

  • 1101
  • Kox
  • Daniel
  • le 04/02/1952 (BELGIQUE)

Sa biographie

Photo © JJ Procureur

Né à Ottignies le 4 février 1952, Daniel Kox dessine depuis son plus jeune âge et obtient les conseils de Jidéhem au moment où il cherche à définir personnages et style pour en faire sa profession. À dix-huit ans, il arrive à publier ses premiers essais dans le mensuel SAMEDI-JEUNESSE. Deux ans plus tard, il est engagé par Dino Attanasio pour exécuter les crayonnés de son "Signor Spaghetti". Mais le grand tournant se produit en 1974 où il fait la connaissance de Peyo qui l'introduit chez SPIROU. Une "Carte Blanche" marque d'une pierre commémorative cette glorieuse entrée. Devinant que son avenir est (presque) déjà gravé sur les presses de Marcinelle, il devient assistant de Francis ("La Ford T") et fait le siège de Raoul Cauvin, qui lui écrit ses premiers gags de "L'Agent 212", encore maigrelet au départ, mais qui arborera néanmoins vite de sympathiques rondeurs. Tandis que l'Agent prend du poids et de l'assurance, l'artiste se marie en 1978 et anime en solo une série de demi-planches intitulées "Les Indésirables", en attendant le premier album de son policier préféré. Ce sera chose faite en 1981, mais la matière du tout premier volume éventuel sera mise en hibernation pour commencer la série avec un poulet bien en graisse et ne pas décevoir les lecteurs désormais habitués aux formes opulentes du plus bel ornement du commissariat. (Kox redessinera plus tard les principales histoires de ce début en accordant à son héros toutes les dimensions et le relief requis.) Le succès est presque immédiat et le dessinateur, déjà surmené, abandonne ses "Indésirables" à leur triste sort pour se concentrer totalement sur une série où il a souvent de la peine à tenir le rythme d'un album par an, car il n'y a pas que le dessin dans la vie lorsqu'on adore faire du vélo ! Complice fidèle de sa créature, Kox ne lui a fait qu'une seule infidélité au début des années 90 où il a illustré quelques "Chansons cochonnes" pour les Éditions Top Game de son ami Louis-Michel Carpentier.

Texte © Dupuis

Photo © JJ Procureur

Né à Ottignies le 4 février 1952, Daniel Kox dessine depuis son plus jeune âge et obtient les conseils de Jidéhem au moment où il cherche à définir personnages et style pour en faire sa profession. À dix-huit ans, il arrive à publier ses premiers essais dans le mensuel SAMEDI-JEUNESSE. Deux ans plus tard, il est engagé par Dino Attanasio pour exécuter les crayonnés de son "Signor Spaghetti". Mais le grand tournant se produit en 1974 où il fait la connaissance de Peyo qui l'introduit chez SPIROU. Une "Carte Blanche" marque d'une pierre commémorative cette glorieuse entrée. Devinant que son avenir est (presque) déjà gravé sur les presses de Marcinelle, il devient assistant de Francis ("La Ford T") et fait le siège de Raoul Cauvin, qui lui écrit ses premiers gags de "L'Agent 212", encore maigrelet au départ, mais qui arborera néanmoins vite de sympathiques rondeurs. Tandis que l'Agent prend du poids et de l'assurance, l'artiste se marie en 1978 et anime en solo une série de demi-planches intitulées "Les Indésirables", en attendant le premier album de son policier préféré. Ce sera chose faite en 1981, mais la matière du tout premier volume éventuel sera mise en hibernation pour commencer la série avec un poulet bien en graisse et ne pas décevoir les lecteurs désormais habitués aux formes opulentes du plus bel ornement du commissariat. (Kox redessinera plus tard les principales histoires de ce début en accordant à son héros toutes les dimensions et le relief requis.) Le succès est presque immédiat et le dessinateur, déjà surmené, abandonne ses "Indésirables" à leur triste sort pour se concentrer totalement sur une série où il a souvent de la peine à tenir le rythme d'un album par an, car il n'y a pas que le dessin dans la vie lorsqu'on adore faire du vélo ! Complice fidèle de sa créature, Kox ne lui a fait qu'une seule infidélité […]

Sa Bibliographie