Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sikorski, Alain

  • 1056
  • Sikorski
  • Alain
  • le 03/02/1959 (BELGIQUE)

Sa biographie

Photo © JJ Procureur

Né le 3 février 1959 à Liège, d'un père polonais et d'une mère belge qui se sont connus au Congo, Alain Sikorski passe ses seize premières années à Téhéran. Il est le seul dessinateur de BD à avoir failli participer aux Jeux olympiques, en l'occurrence dans l'équipe de natation iranienne. Après des études techniques en imprimerie et un service militaire en Allemagne, il travaille trois ans dans la publicité, puis prend son indépendance et monte sa propre société, qui se développe jusqu'à devenir un studio important. Hélas, en 1987, l'entreprise est liquidée à la suite d'un important impayé. Lassé de la jungle des affaires, Sikorski se tourne alors vers le métier de dessinateur de BD. Il y a déjà pris goût grâce à un travail de commande de l'aciérie liégeoise Cockerill-Sambre : il s'agissait d'illustrer, sous forme de planches humoristiques, d'arides rapports d'accident, afin de sensibiliser le personnel aux exigences de la sécurité dans l'entreprise. Ses amis bédéphiles l'encouragent à persévérer. Philippe Vandooren juge favorablement les essais présentés en 1989, mais il lui manque un sujet ou un personnage accrocheur. Denis Lapière, enfin, lui téléphone et lui demande s'il est prêt à relever un défi : reprendre le dessin de la série "Tif et Tondu", qui, à l'époque, en est déjà à son quarantième épisode. Sikorski, qui, à ses moments perdus, pratique la plongée, la spéléologie, le vol à voile et qui aurait rêvé d'être pilote de chasse, aime le risque. Il accepte. Après des mois de recherche et de tâtonnement, le "Tif et Tondu" nouveau arrive. Six albums leur seront consacrés de 1993 à 1997. L'interruption de la série va inciter Sikorski et son scénariste à lancer une ambitieuse production d'intrigues policières dans l'esprit des célèbres "whodunit" des années trente où le lecteur était convié, peu avant la conclusion de l'ouvrage, à rechercher l'assassin en se basant sur les indices volontairement disséminés dans les chapitres précédents. Avec l'aide d'Alex et Keli, ses nouveaux personnages, qui réussira à découvrir la "clé du mystère"?

Texte © Dupuis

Photo © JJ Procureur

Né le 3 février 1959 à Liège, d'un père polonais et d'une mère belge qui se sont connus au Congo, Alain Sikorski passe ses seize premières années à Téhéran. Il est le seul dessinateur de BD à avoir failli participer aux Jeux olympiques, en l'occurrence dans l'équipe de natation iranienne. Après des études techniques en imprimerie et un service militaire en Allemagne, il travaille trois ans dans la publicité, puis prend son indépendance et monte sa propre société, qui se développe jusqu'à devenir un studio important. Hélas, en 1987, l'entreprise est liquidée à la suite d'un important impayé. Lassé de la jungle des affaires, Sikorski se tourne alors vers le métier de dessinateur de BD. Il y a déjà pris goût grâce à un travail de commande de l'aciérie liégeoise Cockerill-Sambre : il s'agissait d'illustrer, sous forme de planches humoristiques, d'arides rapports d'accident, afin de sensibiliser le personnel aux exigences de la sécurité dans l'entreprise. Ses amis bédéphiles l'encouragent à persévérer. Philippe Vandooren juge favorablement les essais présentés en 1989, mais il lui manque un sujet ou un personnage accrocheur. Denis Lapière, enfin, lui téléphone et lui demande s'il est prêt à relever un défi : reprendre le dessin de la série "Tif et Tondu", qui, à l'époque, en est déjà à son quarantième épisode. Sikorski, qui, à ses moments perdus, pratique la plongée, la spéléologie, le vol à voile et qui aurait rêvé d'être pilote de chasse, aime le risque. Il accepte. Après des mois de recherche et de tâtonnement, le "Tif et Tondu" nouveau arrive. Six albums leur seront consacrés de 1993 à 1997. L'interruption de la série va inciter Sikorski et son scénariste à lancer une ambitieuse production d'intrigues policières dans l'esprit des célèbres "whodunit" des années trente où le lecteur était convié, peu avant la conclusion de l'ouvrage, […]

Sa Bibliographie