Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Zone d'ombre
©Delcourt 2005 Brunswick/Romita Jr., John
Parution en 06/2005. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten
Album créé dans la bedetheque le 08/06/2005 (Dernière modification le 30/01/2016 à 22:16) par xof 24

Zone d'ombre

Une BD de et Romita Jr., John chez Delcourt (Contrebande) - 2005

06/2005 102 pages 2-84789-781-X Format comics 47490

  • Currently 2.90/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.9/5 (21 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 08/09/2008 à 16:25:00

    Rudy Chance est ce qu’on appelle un flic ripoux. Avec ses cheveux longs et son costard impeccable, il fait penser à un mélange de Vincent Vega (Pulp Fiction) et Jacky Estacado (Darkness). Plutôt classe donc mais brutal et vicieux. Quand il ne trompe pas sa femme, il trempe dans des histoires de stupéfiants avec les caïds de Hell’s Kitchen qu’il prend plaisir à racketter. A première vue, Rudy Chance n’est donc pas un mec bien. Pourtant, ses moments de bonheur, il les vit à la plage avec sa femme et son fils, il n’hésite pas à prendre une balle à la place de son coéquipier ou à promettre à une de ses maîtresses prostituées de la sortir du trottoir en lui payant un appart.


    A avoir les yeux plus gros que le ventre, on finit par s’attirer des ennuis. Un chef de la pègre nommé Karl ne digère pas que Chance, petit flic des stups, essaie de la lui faire à l’envers. Il mettra les points sur les i en assassinant la femme et le fils de celui-ci devant ses yeux. Chance n’aura dès lors pour objectif que la mort du bourreau de sa famille et entraînera dans sa chute son coéquipier Pat Goodman. Les deux flics finiront criblés de balles par les hommes de main de Karl, Chance à la morgue et Goodman dans le coma sur un lit d’hôpital.

    Pourtant, ce n’en est pas fini de Rudy. Sa moralité incertaine l’envoie dans la Pénombre, une zone entre le Ciel et l’Enfer où les âmes errent avec la possibilité pour certaines d’intégrer la Garde Grise afin de se racheter. Si en revanche elles échouent, elles sont envoyées dans le Nuage Sombre où elles devront subir une douleur éternelle : comme dans les films de Romero, quand celui-ci est trop plein, le mal remonte à la surface.

    Briefé par le mystérieux Jordan, Chance n’a guère d’autre choix que d’intégrer la Garde Grise, motivé en plus par la perspective d’avoir la possibilité de revoir un jour son fils. Le but de la Garde étant d’aider son prochain et Rudy n’ayant jamais marché que pour sa gueule, l’incorporation sera difficile. C’est une véritable remise en question par laquelle devra passer notre anti-héro pour atteindre la compassion nécessaire à l’obtention de ses pouvoirs de Garde.

    Après quelques temps dans la Pénombre, Chance sera temporairement envoyé en mission sur Terre pour enrayer les desseins d’un échappé du Nuage. Le seul moyen pour les Gardes d’interagir vraiment sur le cours des choses est de prendre possession du corps de quelqu’un qui les estime, mission quasi-impossible pour Rudy qui se rend alors compte de ses erreurs passées.
    Le seul à pouvoir l’accueillir est Pat mais il doit veiller à ne pas causer de dégâts à son corps en utilisant ses pouvoirs (chaque utilisation fait vieillir l’hôte). Equilibre difficile mais indispensable à respecter.

    Mélange entre le Punisher (l’assassinat de la famille), Spawn (le pacte post-mortem et les pouvoirs qu’il engendre) et Spiderman (pour la gouaille du héro) saupoudré d’un zest de Darkness pour l’ambiance, Zone d’Ombre s’avère particulièrement efficace. Rudy Chance, sûr de lui et arrogant vacille à mesure qu’il s’enfonce dans son existence de non-vivant. Heureusement, Glenn Brunswick ne fait pas de son macho de service une lavette transparente à la première difficulté venue. Il reste cynique, grande gueule et têtu, ce qui n’est pas sans rappeler un certain Peter Parker sur lequel a brillamment travaillé John Romita Jr. (en forme comme à son habitude).

    Mélanger ésotérisme et polar n’est pas une idée nouvelle, et la faute à un Glenn Brunswick peu inspiré, "Zone d’Ombre" ne restera qu’une série sympathique plutôt qu’un must have. Alors certes, l’aspect polar est bien tenu, l’ambiance bien installée (à défaut d’être originale) et le personnage de Rudy Chance attachant mais le scénariste a un sacré problème de rythme : la rédemption de Chance est trop rapide, trop tranchée, trop facile et l’arrivée dans la Pénombre un rien rébarbative.
    Brunswick est trop proche de ses références (Punisher et Spawn en tête) pour être totalement prenant. La Pénombre et son organisation peuvent certes donner de bonnes choses dans l’avenir mais on a l’impression qu’on a fait le tour des capacités des Gardes et qu’en rajouter reviendrait à verser dans la surenchère (McFarlane avait été nettement plus subtile sur le même thème dans Spawn). On passe donc un bon moment de lecture mais peu de chance que "Zone d’Ombre" ne rentre au panthéon des comics.

    Le 17/12/2007 à 20:24:10

    Rudy Chance est un flic véreux, mauvais mari et pas très bon père. Après diverses aventures, il se retrouve dans le monde des morts, charge à lui de réparer quelques unes des erreurs passées. Un purgatoire en somme.
    Un mélange de Ghost et de Beetlejuice.
    Original tout de même et prenant. Le dessin y est fortement pour quelque chose.

    Le 27/11/2005 à 18:35:06

    C'est une lecture qui se fait à 2 niveaux. Le premier va jusqu'à la mort du personnage principal et est vraiment passionante, un vrai polar bien noir et des personnages intéressant. La seconde se concentre sur l'aspect "purgatoire après la mort" où le personnage va tenter de se rachetter et changer. Cette partie est un peu moins passionnante que la première mais elle reste tout de même d'un très bon nivreau. On s'attache davantage à la personnalité de Chance et de son évolution.

    Globalement c'est un très bon moment de lecture.

    Le 30/09/2005 à 09:27:49

    c'est sympa mais sans plus, toute la partie dans le monde des morts ma vraiment gavé : j'ai trouvé sa peu interressant. Mais le debut est vraiment bon et la fin aussi donc au final l'album est assez sympa. Quand au dessin de Romita jr il est toujours aussi bon.

Toutes les éditions de cet album