Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Wild West (Gloris/Lamontagne) -1- Calamity Jane
©Dupuis 2020 Gloris/Lamontagne
Parution le 24/01/2020. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten
Album créé dans la bedetheque le 17/01/2020 (Dernière modification le 09/08/2020 à 14:57) par jr5902

Wild West (Gloris/Lamontagne)

1. Calamity Jane

Une BD de et Jacques Lamontagne chez Dupuis - 2020

01/2020 (24 janvier 2020) 54 pages 979-10-34731-02-2 Grand format 383561

Le paysage de Monument Valley, Tsé Bii' Ndzisgaii, comme disent les indiens navajos suffit à évoquer la Conquête de l'Ouest. À l'arrière d'une calèche, un garçonnet joue Oh Suzanna au banjo. Mais derrière ce décor majestueux à la tranquillité trompeuse, la mort rôde pour faucher sur la route le rêve américain. Le prologue met le lecteur au diapason du climat de violence qui règne dans l'Ouest sauvage, avec ses assassins et ses chasseurs de tête, ses proxénètes et ses prostituées. Rien n'arrête la marche du progrès. Alors que... Lire la suite

  • Currently 4.26/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (62 votes)

La Preview

20/01/2020 | 7 planches

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 09/05/2020 à 10:25:25

    Un western original : la vie d'une femme dans une ville paumée de l'Ouest américain.
    Tout en gardant les ficelles d'un scénario classique de cow-boy : le saloon, son bordel, ses bagarres et ses parties de poker, un shérif alcoolique, une ville sous l'emprise d'une crapule et un chasseur de prime qui fait sa loi.
    Un album de grande qualité.

    Le 15/03/2020 à 10:49:33

    Un excellent western retraçant le parcours de Martha Cannary, juste avant qu'elle ne devienne Calamity Jane.
    L'ambiance qui se dégage de cette histoire très bien scénarisée, est sombre, glauque, oppressante dans un univers en huit-clos assez violent.
    En effet, les grands espaces ouverts et lumineux typiques des westerns, laissent ici leurs places à une histoire qui se déroule principalement de nuit, et en hiver autour d'une ville et de son saloon, dans lequel travail Martha.
    Tout l'univers "westernien" et ses classiques sont bousculés et revus pour servir au mieux le destin tragique de cette femme.
    Le magnifique dessin de Lamontagne vient renforcer et accentuer un peu plus l'immersion, notamment avec les gueules casées et abîmées des hommes qui contrastent d'ailleurs avec les visages très doux des femmes.
    La couleur apporte elle aussi beaucoup, avec une palette très sombre et froide pour coller au mieux au récit.
    Les cases et les planches fourmillent de détails et le soin qui leurs a été apporté est remarquable.
    Tout cet ensemble est graphiquement très beau.
    D'ailleurs, la couverture à elle seule en est un parfait exemple.
    Encore une excellente série Western à suivre et à ne pas louper.

    Le 26/02/2020 à 17:55:36

    Du western, du vrai, du sanglant, du tatoué...
    Rien à dire sur le dessin, la mise en page la couleur.
    Mais pourquoi faire gore à ce point? Je pense qu'il y avait d'autres moyens pour montrer la sauvagerie de l'Ouest. Pourquoi le patron du saloon est en plus taxidermiste et adore avoir les mains dans les tripes du gibier?
    Si je peux comprendre qu'on nous montre un univers clos oppressant à l'opposé des grands espaces pour casser le mythe et
    nous plonger dans la sauvagerie. Je trouve que 2 "bons" (les héros) et tous les autres des "méchants", c'est un peu caricatural.
    Néanmoins j'attends le tome 2 que j'achèterai.

    Le 26/02/2020 à 14:25:50

    Je ne dirais que deux mots : Rhâ lovely !
    Un dessin formidable et une ambiance très prenante. Encore !

    Le 03/02/2020 à 22:10:33

    L’histoire commence dans l’état de Utah aux USA, dans la seconde partie du XIXe siècle, par le massacre d’une famille en route vers un nouveau destin…

    Elle se poursuit au Kansas, neuf mois plus tard par la mort d’un homme qui effectuait un besoin que mère nature lui impose. L’homme est d’humeur chantante et bien qu’assis sur le trône de majesté, il s’accompagne au banjo. Survient un dénommé James Butler Hickok qui souhaite lui parler. Il recherche un dénommé Graton Albow. L’homme à la digestion paresseuse le prie d’attendre qu’il ait fini sa commission, mais prenant par surprise Hickok, il lui tire dessus au fusil, transperçant… Le chapeau de ce dernier qui, n’ayant qu’un sens de l’humour peu développé, lui envoie deux balles bien ajustées qui percent la chemise du constipé, mettant ainsi un terme définitif à ses problèmes intestinaux. En faisant le ménage dans la bicoque du défunt, Hickok tombe sur un télégramme d’un certain Snake qui affirme qu’il y a du pognon facile à se faire à Omaha.
    Sans transition, nous nous retrouvons dans une petite ville où l’endroit le plus animé est le saloon, hôtel, hôtel de passe, du coin. Martha Cannary, une très jeune demoiselle y fait le ménage. Dans le saloon, elle est apostrophée par un client qui souhaite lui verser deux dollars en échange de.. Mais la petite tient à sa vertu, sa seule fortune, et refuse. Bien entendu, l’individu n’accepte pas ce refus et décide de la retenir par le bras. Mauvaise pioche : un beau blond lui présente le canon de son revolver contre la tempe qui abrite les neurones dérangés du bonhomme. Celui-ci pense prendre le blondinet par surprise en utilisant son couteau…

    Critique :
    Je suis extrêmement impressionné par la qualité graphique de bien des BD qui paraissent depuis quelques temps déjà. Wild West, tome 1, dessiné et mis en couleurs par Jacques Lamontagne est un pur chef-d’œuvre. Les dessins des personnages sont incroyablement expressifs et les décors sont d’une minutie digne des tableaux des grands maîtres de la Renaissance. La mise en couleurs varie considérablement d’une scène à l’autre, mais toujours avec des tonalités qui s’accordent parfaitement à l’ambiance du moment. Pratiquement chaque case est un tableau. (Sans parler de la couverture, un portrait d’une intensité incroyable.) Par ses dessins, où le moindre détail est peaufiné, le Québécois participe largement à crédibiliser le scénario du Français Thierry Gloris.
    Ah, le scénario, parlons-en ! Je n’ai rien compris aux deux premières planches et demie (le massacre de la petite famille de pionniers dans l’Utah). Je n’ai pas saisi le lien avec la suite du récit et je n’ai pu que formuler des hypothèses. Par contre, le reste de l’histoire se tient bien et nous fait découvrir les très pénibles conditions de vie des hommes et des femmes à cette époque dans l’ouest des Etats-Unis d’Amérique où bien peu deviennent riches et où beaucoup meurent de mort violente. Les femmes, très peu nombreuses dans cet ouest sauvage, souffrent énormément et sont souvent condamnées à la prostitution par des individus riches, puissants (pléonasme), arnaqueurs et violents, usant de tous les moyens pour arriver à leurs fins.
    C’est aussi la période où le chemin de fer commence à traverser le continent amenant bien des richesses et des convoitises.
    C’est dans ce contexte que celle qui n’est encore qu’une jeune fille timide du nom de Martha Cannary va être abusée, mais saura se venger de ceux qui ont usé d’elle grâce au « chasseur de primes » Wild Bill Hickok qui lui apprendra comment se servir d’un pistolet.
    Alors, attention, ladies and gentlemen, ne cherchez pas de vérité historique dans ce scénario ! Thierry Gloris prend énormément de libertés avec ce que nous savons de Calamity Jane (vous aurez compris que Martha Cannary va devenir la célébrissime Calamity Jane) et de Wild Bill Hickok. C’est l’histoire revisitée et romancée de ces deux personnages, pour, il faut bien le dire, notre plus grand plaisir. Remarquez que la brave Calamity elle-même se créa sa propre légende et qu’il est très difficile de démêler le vrai du faux.
    Je vous souhaite de ressentir autant de plaisir à savourer cette BD que j’en ai éprouvé. Vivement la suite.

    Le 30/01/2020 à 11:09:58

    Dans la grandeur de "Jusqu'au Dernier" voilà WildWest avec son tome 1 Calamity Jane. Quand j'ai vu la première fois la couverture de cette bande dessinée, je me suis dit "bon ça m'a l'air pas terrible tout ça" mais une fois en main, j'ai feuilleté le volume, regardé les cases et les planches, le nombre de page...

    Et là déjà première impression positive : la couverture, bien qu'elle ne me bottait pas tellement, avec cette femme habillée en homme, qui de surcroît est certes jolie mais fade malgré les tâches de rousseurs, les yeux bleus et les cheveux roux, annonce bien la couleur de l'album, un ensemble très orangé parsemé par-ci par-là de zones de vert-bleu tout au long des pages. On y distingue quelques dessins époustouflants, dont la partie intérieure de la couverture, ensuite la toute première case et même toute la planche de cette première page, les pages 8 et 9 ainsi que les 18 et 19 tout simplement magnifiques, j'irai même à dire des pages sublimes, les pages 32 et 33 une pure originalité, ces pages resteront gravées et je l'espère dans le monde de la BD. Il y a 55 planches avec la couverture et son arrière. Toutes les cases sont travaillées et pleines contrairement à beaucoup d'autres (c'est ce qui m'avait tout de suite frappé lorsque j'ai vu pour la première fois un album de Victor Sackville), c'est un travail extraordinaire qui a été produit avec cet album. J'espère que la suite sera du même niveau.

    Après ma lecture et même ma deuxième lecture, parce que j'ai tellement apprécié que j'avais simplement envie de la relire de suite et c'est rare, j'ai tout simplement adoré, je pense que ce sera l'une des plus belle BD de cette année. C'est le Western dans toute sa noirceur, tous les sujets y sont abordé. Le dessin est flamboyant et magnifique. Bravo également pour la présence du Laudanum pour sa double utilisation. Il est également abordé le sujet de la prostitution et l'exploitation de la faiblesse des femmes dans ce grand Ouest cruel et sanglant, un scénario époustouflant et bien construit avec un petit twist final comme l'aiment à dire certains critiques de romans dont je fais également partie, cet album est incontestablement un Chef d'Œuvre, je ne l'oublierai pas.

    Le 28/01/2020 à 23:12:17

    superbe album avec des dessins splendides.
    les lieux sont superbement détaillés en particulier les saloons.
    dans les westerns la réalité est le plus souvent travestie ou du moins peu précise.
    là, c'est du brut tel que les pionniers ont dû la connaitre.
    nous sommes à des années lumière de Lucky Luke et même de Blueberry.
    les dessins et le scénario sont en parfaite adéquation.
    la couverture est également très réussie.
    bref que du bon.
    un démenti de plus au esprits chagrins qui trouvent que les bd actuelles ont baissées de qualités et que c’était mieux avant.

    Le 27/01/2020 à 08:02:08

    Voici l’histoire (véridique ?) de Martha Jane Cannary amenée à devenir la célèbre Calamity Jane et de celui qui deviendra son ami le non moins célèbre Wild Bill Hickok.

    La jeune fille commence comme « boniche » à tout faire dans un saloon où les prostituées attirent le chaland. Un traquenard amènera Martha à devenir l’une d’entre elles. Mais sa vengeance, aidée de Wild Bill Hickok, sera sans concession et sans faiblesse.

    Cet album est une vraie réussite et les dessins majestueux de Jacques Lamontagne sont un réel plaisir à l’œil. Vive la suite ! Vite la suite !

    Le 26/01/2020 à 18:02:49

    Excellente BD. Le titre nous parle de cet ouest sauvage que l'on retrouve dans l'album. Ca ne plaisantait pas et on est loin des westerns de John Ford. C'est un western sombre comme les couleurs de cet album au graphisme réussi. Tout était à construire dans ces immensités encore vierges et ça ne s'est pas toujours passé dans la douceur comme en témoigne cette histoire qui se tient bien. Vivement la suite.

Afficher encore 5 avis

Toutes les éditions de cet album

  • Wild West (Gloris/Lamontagne) -1- Calamity Jane ©Dupuis 2020 Gloris/Lamontagne

    1 . Calamity Jane

    Info édition : Noté "Première édition". Avec un vernis sélectif sur la couverture. Faute d'orthographe en page 2, il est écrit Jaques (sans c) au lieu de Jacques Lamontagne pour le dessinateur.

  • Wild West (Gloris/Lamontagne) -1TT- Calamity jane ©Khani 2020 Gloris/Lamontagne

    1TT . Calamity jane

    • 385981
    • Gloris, Thierry
    • Lamontagne, Jacques
    • <N&B>
    • 01/2020
    • non coté
    • Khani
    • Grand format
    • 978-2-87571-050-5
    • 54
    • 20/02/2020 (modifié le 26/02/2020 10:51)

    Info édition : Tirage de luxe de "Wild West 1. Calamity Jane". Format 310 x 410 mm. Tirage limité à 200 exemplaires numérotés et signés. Accompagné d'un ex-libris numéroté et de deux cartes postales + 2 ex-libris bonus numérotés et 2 cartes postales bonus réservés aux 120 premiers numéros.