Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Streamliner -2- All-in Day
©Rue de Sèvres 2017 Fane
Parution le 13/09/2017. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur PriceMinister
Album créé dans la bedetheque le 10/07/2017 (Dernière modification le 16/09/2017 à 15:05) par Jean-Phi

Streamliner

2. All-in Day

Une BD de chez Rue de Sèvres - 2017
Fane (Scénario) Fane (Dessin) Kristoffer, Jul Mae (Couleurs) Rabarot, Isabelle (Couleurs) Comix Buro Design (Lettrage) Fane (Couverture) Vatine, Olivier (Couverture) Vatine, Olivier (Préface)

09/2017 (13 septembre 2017) 125 pages 978-2-369-81567-9 Format normal 307168

Parmi les quarante enragés alignés au départ : Billy Joe, le chef du gang des Red Noses ; Nikky ‘The Head' le miraculé ; Calamity, l'extravagante star du rock ; les mystérieux frères Jarret ; William Boney dit ‘le Kid' ; la sulfureuse Sue, du gang des Black Panties ; et enfin, au volant de la mythique Black Widow, la jeune Cristal... Tous sont prêts à en découdre...Les médias se sont emparés de l'événement, les autorités, dépassées, n'ont pu contenir le flux de centaines de curieux venus assister au run du siècle. Tout le monde... Lire la suite

  • Currently 4.44/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (18 votes)

  • Streamliner -1- Bye-bye Lisa Dora

    Tome 1
  • Streamliner -2- All-in Day

    Tome 2

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 15/09/2017 à 19:09:12

    Le premier épisode de Streamliner mettait en lumière Billy Joe car après tout, c’est bien lui, le chef de gang des Red Noses, qui est l’instigateur de cette course de vitesse sur la route 666. Sauf qu’il n’avait pas prévu deux choses : que le propriétaire du Lisa Dora mette en jeu sa station essence pour le run. Mais encore moins que O’Neil, n’étant plus en état de conduire sa Black Widow, cède sa place à celle dont le détenteur de la Winchester s’est épris : Cristal.

    Ainsi, au moment où une jeune fille va donner le top de la course, toutes les attentions seront portées par celle qui conduit la voiture mythique du « Duke ». C’est ainsi que commence ce deuxième et dernier tome de Streamliner, c’est ainsi que Cristal devient à son tour le personnage principal.

    Durant quatre-vingt-quinze planches ce deuxième volet de Streamliner nous embarque dans un run fou où chacune d’entre elles nous happe de telle façon que notre cœur subit de fortes perturbations et que nos oreilles sont spectatrices du vacarme de la Black Widow et consorts. De pareilles sensations pourraient être légitimes devant un écran de cinéma et pourtant c’est bien une bande dessinée qui nous produit le même effet.

    Voilà en quoi ‘Fane réussit formidablement son pari. Celui de nous immerger dans ce désert apocalyptique où plus rien ne compte mis à part connaître l’issue de cette course suicidaire. Et pour y arriver l’auteur a su mettre à profit plusieurs inspirations bien senties :

    – En rendant attachants tous les personnages, les bons comme les méchants. Et en donnant quelques repères bien trouvés lorsqu’il les associe à des noms connus (Calamity, The Kid…). Il témoigne un tel respect envers ses héros qu’on a l’impression qu’ils sont tous des piliers de l’histoire.

    – Difficile alors de ne pas penser au cinéaste Quentin Tarantino tellement lui aussi accorde de l’importance à tous ses protagonistes. Mais la comparaison ne s’arrête pas là. On ne peut s’empêcher avec Streamliner de penser à un de ses films cultes qu’est Boulevard de la Mort. Et si, naturellement, on arrive à associer le travail de ‘Fane au cinéma de Tarantino, c’est que inéluctablement, cela a fonctionné.

    – Et puis il y a ce dessin qui n’est qu’une confirmation de ce que nous avait déjà offert ‘Fane. Pour ce diptyque, aucune fausse note (juste un bémol : le « cocard » de Cristal disparaît bien vite dans ce deuxième opus non ?..) Lui qui, au départ, aurait voulu réaliser cette série en un one shot noir et blanc, a apporté une autre dimension en lui donnant de la couleur. Qui plus est avec le très joli rendu d’Isabelle Rabarot qui donne de véritables indications, notamment temporelles.
    Toute la technique et la « patte » graphique de l’auteur sont réussies dans ce diptyque. De ses traits des personnages en passant par la « speed line », cette profusion de traits qui permet de crédibiliser la sensation de vitesse (dans Akira, K. Otomo, l’utilise beaucoup). Sans oublier sa fameuse scène qu’on pourrait traduire comme une itération iconique partielle. Elle apparaît régulièrement dans ses publications et fait mouche à chaque fois !

    Tous ces éléments mélangés à d’autres documents avec lesquels ‘Fane s’est impregné (voir en fin d’album ou à chaque début de chapitre), font de cette histoire transpirante et humaine un coup de cœur incontestable. Lorsqu’on savoure l’épilogue ainsi que les bonus, on se dit que l’auteur a eu du mal à quitter son œuvre et on a envie de lui dire tant mieux !

Toutes les éditions de cet album