Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Le roi cassé - Le Roi cassé
©Casterman 2005 Dumontheuil
Parution en 03/2005. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten
Album créé dans la bedetheque le 26/08/2005 (Dernière modification le 29/01/2008 à 08:49) par Jean-Phi

Le roi cassé

Une BD de chez Casterman (Un Monde) - 2005

03/2005 94 pages 2-203-39140-5 Grand format 49487

  • Currently 4.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.7/5 (52 votes)

La Preview

15/08/2005 | 6 planches

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 30/09/2008 à 18:10:29

    J'ai mis le nez dans cet album et je n'en suis plus sorti. L'absurdité de la guerre est là comme une comédie et la mort y voisine avec une apparence inattendue. le dessin, ,enlevé et maitrisé souligne à la perfection un climat suréaliste, absurde, drôle et en même temps tragique. ce bouquin m'a un peu tourneboulé. a lire absolument

    Le 31/08/2007 à 00:14:54

    Cet album m'a véritablement pris aux trippes. Derrière une histoire loufoque
    se cache un étonnant récit dont le resort principal semble être l'absurdité de la
    situation vécue par le personnage principal, héros malgré lui et mort
    programmé. Une absurdité atroce, angoissante et terrible.

    Une grande réussite sur sa totalité.

    Le 13/12/2005 à 12:01:35

    Etant donné que «Qui a tué l’idiot» figure toujours sur la liste de mes BDs à lire absolument, cet album est la première œuvre de Nicolas Dumontheuil que j’ai lu.

    A la lecture des premières planches c’est surtout l’absurdité et l’originalité du scénario qui m’a attiré. On se retrouve en compagnie de Simon Virjusse, dernier mort de la Première Guerre Mondiale avant l’armistice du 11 novembre. Seulement, la Mort en personne est écœurée par le carnage de cette guerre et décide de remonter le temps de 9 mois, tout en présentant un Simon Virjusse (ignorant tout de son futur) comme le dernier mort de cette guerre. La mort signe un pacte avec les autorités afin d’éviter tout meurtre jusqu’à l’armistice, propulsant Simon en véritable héros national et symbole de l’armistice qui arrivera dans 9 mois.

    Un scénario complètement déjanté, une narration excellente et surtout un personnage de la Mort qui m’a totalement séduit. Cela m’a donc navré de voir ce personnage cocasse disparaître après quelques planches et abandonner Simon face à la société. C’est à ce moment que Dumontheuil prend plaisir à mettre en évidence la stupidité de la guerre, de ses dirigeants, l’absurdité de la société face à ses idoles et les péripéties de ce héros malgré lui.

    C’est avec brio que Dumontheuil met à nu ces héros qui naissent malgré eux, qui ne parviennent pas à vivre avec leur nouveau statut qui s’avère souvent éphémère. Malgré un scénario absurde à la base Dumontheuil parvient donc à mettre à jour un phénomène de héros soudains, qui est de plus en plus fréquent de nos jours depuis le boum de la télé réalité.

    Personnellement j’ai fort apprécié les passages qui incluent le personnage de la mort, le dialogue avec Jésus et les scènes au Paradis. Le reste, même si c’est très bien narré et abordé, m’a moins accroché pour une raison que j’ignore.

    J’ai trouvé le dessin très agréable et je trouve qu’il sied parfaitement à ce récit très copieux (plus de 90 pages) et original.

    Le 28/09/2005 à 11:31:17

    Le résumé
    Il ne supportait plus la guerre, ses tranchées, ses gaz pourris… Il a déserté et se planque dans une masure abandonnée. L’armistice va être signé dans quelques heures, ce serait trop bête qu’il soit le dernier mort de cette sale guerre. Pourtant, quand il aperçoit deux soldats qui se dirigent vers lui, il tire et en tue un. Puis, il se précipite sur le second… et saute sur une mine. Il revient à lui dans le brouillard, et tombe sur son voisin, Monsieur Lespinasse, attablé et buvant un verre. Erreur, bien sûr : c’est la Mort qui a pris les traits de son voisin, et lui annonce tout à trac qu’il est passé de vie à trépas. Pourtant, la Mort est écœurée elle aussi par toute cette boucherie. D’où sa surprenante initiative : remonter le temps et revenir neuf mois en arrière, afin de modifier le cours de l'Histoire

    L'avis
    Dumontheil explore le mythe des héros :
    Comment naissent-ils ?
    Comment meurent-ils ?
    Comment vivre avec le statut de héros entre gloire et oubli ?


    Un dessin un peu flou, presque une esquisse met en relief les personnages et leurs attitudes, le tout dans une atmosphère sombre, voir glauque par moment, propice à soutenir le scénario.

    Un peu de courage, la prise en main de l’album est un peu difficile, mais ensuite le lecteur est pris par un récit qui voyage en absurdie entre la stupidité de la guerre (et celle des généraux, ministres et autres dirigeants), la révolte de l’ange de la Mort, la souffrance des victimes de la guerre, les errances d’un héros malgré lui, le tout colorisé à l’humour.

Toutes les éditions de cet album