Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Piège sur Zarkass -1- Une chenille pour deux
©Ankama Éditions 2013 Yann/Cassegrain
Parution le 17/01/2013. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur PriceMinister
Album créé dans la bedetheque le 21/12/2012 (Dernière modification le 26/10/2014 à 09:11) par nubuc

Piège sur Zarkass

1. Une chenille pour deux

Une BD de et Didier Cassegrain chez Ankama Éditions (Les univers de Stefan Wul) - 2013
Yann (Scénario) Cassegrain, Didier (Dessin) Cassegrain, Didier (Couleurs) Boyer, Camille (Lettrage) Parel, Gérald (Autres) Manchu (Autres) Wul, Stefan (Adapté de)

01/2013 (17 janvier 2013) 46 pages 978-2-359-10369-4 Grand format 179079

La jungle luxuriante et menaçante de la planète Zarkass réserve bien des surprises aux deux agents spéciaux que l’ambassadeur de la colonie terrienne de New Pondichery a contraint à collaborer pour une mission ultra-secrète : Louis, dite “Loulou” et Marcel dite “casse-burnes”. Leur couverture officielle ? Etudier la faune, la flore et les singulières et extravagantes coutumes du peuple autochtone zarkassien. Escortées d’un groupe d’indigènes, nos deux vaillantes exploratrices vont pénétrer dans une zone interdite, afin... Lire la suite

  • Currently 2.61/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.6/5 (41 votes)

  • Piège sur Zarkass -1- Une chenille pour deux

    Tome 1
  • Piège sur Zarkass -2- New Pondichery mon amour

    Tome 2
  • Piège sur Zarkass -3- Gaïa, Go Home !

    Tome 3
  • Piège sur Zarkass - Tome INT

    INT

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 02/12/2017 à 21:56:45

    (7/10: bon)
    Voici une agréable BD de science-fiction, qu'il faut savourer comme on lit un roman du Fleuve Noir, collection populaire dans laquelle Stephane Wul publia "Piège sur Zarkass" (1958).

    Plongée immédiate dans la jungle inhospitalière de la planête Zarkass, à la rencontre des indigènes-aliens lézards et des limasses géantes qui leur servent de montures!

    Zarkass a été colonisée par les Terriens (les Terriennes pour être exact, car les hommes ont été exterminés), bien que récemment une race inconnue (les Triangles) a commencer à défier son autorité.

    Sous des allures d'excursion touristique, nous sommes ici en mission secrète... Louis la jolie citadine, et Marcel la guide-interprète aux façons rudes, traversent la jungle à la recherche de renseignements top-confidentiels. Malgré des caractères biens trempés, il leur faut absolument collaborer, car chacune a ses raisons de vouloir réussir la mission.

    Le dessin de D. Cassegrain, à la fois précis et légèrement caricaturiste, sied bien à l'histoire adaptée par Yann. En effet ce premier volet répose sur deux pieds : l'aventure et les traits d'humour.
    Yann tient bien son scénario, essaimant les informations tout au long de l'histoire, evitant ainsi une lecture trop linéaire de l'histoire.

    Une bonne lecture!

    Le 06/05/2016 à 09:55:47

    Sans être culte (tel que « Niourk », « Oms en séries » ou « Retour à 0 ») « Piège sur Zarkass » n’en demeure pas moins un roman réussi de Stefan Wul. Une écriture automatique maitrisée et une foisonnante imagination sur le thème de la jungle (thème de prédilection de l’auteur) sont les raisons de cette réussite.

    Le dessin de Cassegrain fait merveille sur ce dernier point. L’écosystème de Zarkass, imaginé par Wul, est parfaitement retranscrit. Grace à un trait unique, aplats réussis et tonalités des couleurs plutôt pastel du dessinateur, le lecteur est immergé avec leurs héroïnes dans ce périple en terre inhospitalière. Mention spéciale, d’ailleurs, aux planches superbes des rêves prophétiques.

    Le scénario de Yann peaufine l’univers en construisant des liens économiques et symbiotiques entre indigènes et chenilles. Tout comme il est bien vu de sa part, de donner corps et cultes à une civilisation « Zarkassiennes », alors que Stefan Wul ne narre rien, ou très peu, à ce sujet. Et il est bon de suivre, au fil des découvertes sur ce peuple, les ressentis des personnages principaux, entre dégout, curiosité et parfois adhésion.

    Yann peaufine aussi les héros. Des deux agents spéciaux en mission du roman, il créait un duo mal assorti, tel que dans « L’arme fatale » de Richard Donner, avec de vraies personnalités et vrais nécessités personnelles à remplir la mission. Il y a Louis, par qui nous découvrons l’univers de Zarkass, et Marcel, la reprise de justice aux verbes fleuries. Les dialogues de Marcel sont plutôt drôles dans ses injures à la misogynie inversée. Et même si l’usage de l’humour « pipi, caca » est un tantinet outrancier, cela fonctionne particulièrement bien pour dessiner la personnalité de Marcel.

    Mais Yann, hélas, ne limite pas cet humour potache à la seule bouche de Marcel. Il le généralise sur l’ensemble des femmes qui ont pris le pouvoir terrien. Carton rouge, donc, pour la scène du pénitencier ou prisonnières, gardes et même directrice de prison (pseudo-domina BDSM à talon aiguille et matraque) ont le même comportement que Marcel. Cette seule scène indigeste rend la lecture de ce premier tome nauséeuse malgré le monologue bien vu de Marcel face à la directrice sur les agissements des colonisateurs.

    Alors que dans « le temple du passé » l’inversion d’une norme rend la lecture jubilatoire, celle choisi par Yann aurait dû être source de ressort scénaristique novatrice, mais son traitement n’est qu’une simple accumulation de blagues d’ado et comportements de mauvais gout ou les femmes ne sont que des hommes cavernes comme les autres. Il n’y a de plaisir à voir ces femmes au pouvoir que par leurs plastiques superbes (Cassegrain les dessine merveilleusement !)

    Bref, voici une BD à ne pas faire lire à une féministe qui rêverait d’une civilisation « Girl Power ».

    Le 07/12/2015 à 13:59:30

    Après la lecture des premiers tomes de "Niourk" et "Ohms en série", les 2 premières adaptations des romans de Wul en BD, Piège sur Zarkass se révèle un poil encore meilleur : plus d'humour, et une originalité plus importante.

    Je ne connaissais de Wul que l'adaptation animée (franchement très moyenne) qu'est "La Planète sauvage", adaptation de "Omhs en série". Cette nouvelle collection chez Ankama/Comix Buro démarre vraiment très très bien et permet de s’immerger totalement dans l'univers très varié et original de cet écrivain. Vivement les prochaines séries et les tomes suivants de celles existantes.

    Le 21/02/2013 à 21:48:54

    Yann, mon petit Yann…Crois tu vraiment, sans vouloir te « casser » pour le plaisir de te casser, qu’il suffit de devenir un scénariste « en vue » pour pondre des scénarii de qualité ??? Ben…Noooon !!! Et re-non ! Personne, je pense, ne l’a jamais vraiment dit, mais, mais : tu es un bon conteur d’histoires, un diseur comme disaient les anciens, mais cela suffit-il pour que tu puisses créer une série BD qui entre enfin dans les annales ?
    Re-ben non…Jusqu’à présent, tu nous a concocté de bonnes histoires, mais, hélas, seulement de série B…Mais ceci n’est aucunement un reproche, non, non, les séries dites « B », ben, c’est parfois vachement plus plaisant que de pseudos chef-d’œuvre primés à Cannes…
    Quand je vois : « scénario : Yann »…Pouf ! Oups ! Damned ! By jove ! Va-t-il enfin me donner THE frisson, des spasmes de contentement, ébranler ma conception de la BD, me faire ressentir un frou-frou jouïssif ???
    Malheureusement, à chaque fois, je dois dire : NON !!!!!!!!!!!! Et pourtant, et pourtant…J’avoue que j’ai quasi ressenti ce frisson…Mais, où diable ai-je pu le ressentir ?? Ah, mais oui, avec ce cher Juillard et The «Mezek»…Et, quelle horreur apprends-je ???? One shot !!!!!!!!!!!! Franchement, c’est une honte !!! Voici un pan de l’histoire de l’Etat d’Israël TOTALEMENT inconnu de 97,75% du public, qu’il soit amateur ou non de BD….Là, il y a un scénario canon…Mais, mais…pas de suite…
    Grôôôssse malheur !!
    Bon, en ce qui concerne d’autres séries, je ne m’étendrai pas plus.

    Passons à cette présente série, non sans faire un petit détour par l’histoire de Franquin, Jijé et consort to the USA : Yann, tu es français… : ce n’est pas un handicap mineur, MAIS MAJEUR quant à ta possibilité de pouvoir « dialoguer » des personnes bruxelloises et/ou wallonnes !!! Sans compter que cette saga n’est même pas rigolote, tu mélanges allègrement bruxellois et wallon…Triste…Lamentable !!

    Mais il y a pire : « Piège sur Zarkass » (Wull se retourne dans sa tombe !!) : petits extraits, à la volée :

    ** « çà, toi vouloir sucer ? » Nooon dit l’une et « Donne Zinn, tu sais pas c’que tu rates princesse » dit l’autre. C’est fin…
    ** Le krabouilla est une des plus dangereuses bestioles de la faune de … »..Le karabouilla est lui typiquement africain…Et péjoratif !!!!
    ** « …ou je t’enfonce ton filet à papillons dans le fion jusqu’à ce qu’il te ressorte par les trous de nez »…
    ** Sans compter le langage « petit nègre », totalement ridicule (et je ne suis pas un fada anti esprit colonial, bien au contraire, j’estime que les Africains vivaient bien mieux sous colonisation…Malgré la « trique » et je parle à partir des années 40-50…Avant, Léopold…Ce fut sans conteste un sale type de chez sale type !! Suffit de voir le charnier qu’est devenue l’Afrique !!! Les gens qui me traiteraient de facho n’ont qu’à OUVRIR les yeux !!!!!! Connards !!)

    ** une « tente-étron », çà existe ??
    ** « tu aurais pu nous prévenir, bougre de fesse d’huître » (on reconnait ici le caractère Breton de notre scénariste)
    ** « j’ai le vagin en compote » Heuuuu…Rien ne me choque, mais là, …Pfffttt !!! Quel trait d’esprit humoristique, on se bidonne grave, les mecs !!!

    ** « à ce moment là, je me faisais brouter la gazounette par Zinn »…Ah, ben là j’ai la raie du cul qui s’éclate tellement je me marre dans ma marre de merde visqueuse et adipeuse de Trouffion 5ZML, tout près de Pluton !!! Tu vois, pas difficile de faire un texte tel que toi Ô Maître, parce que tu le vaux bien !!

    Franchement, franchement, mon petit Yann…Te croyais tu vraiment devenu THE scénariste au point de pouvoir pondre de telles inepties auxquelles, public servile oblige, on aurait applaudi ??
    Pas moi en tout cas !
    Franchement cette BD est lamentable et encore plus lamentable pour Cassegrain qui a un dessin original au contraire de 80% des dessinateurs actuels !! Comment a-t-il pu accepter « çà » !! Et comment les « wullistes » ne cassent pas la baraque…

    Bon, BDGest te casse…Mais ce n’est pas vraiment ce que, moi, je veux faire : redescends sur Terre mon petit Yann, fais nous une suite de Mezek…Et je serai HEU-REUX !!!
    J’espère que ceci n’est qu’un accident accidentel…

Toutes les éditions de cet album