Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Morts par la France
©Les Arènes - XXI 2018 Perna, Pat/Otéro
Parution le 02/05/2018. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur PriceMinister
Album créé dans la bedetheque le 03/05/2018 (Dernière modification le 22/07/2018 à 11:58) par jr5902

Morts par la France

Une BD de et Nicolas Otéro chez Les Arènes - XXI - 2018

05/2018 (02 mai 2018) 130 pages 978-2-352-04739-1 Format normal 331455

1 er décembre 1944, camp de Thiaroye, dans la banlieue de Dakar. L'armée française ouvre le feu sur des centaines de tirailleurs sénégalais tout juste rentrés de quatre années de captivité. Après un travail de recherche acharné de plus de vingt ans, l'historienne Armelle Mabon a découvert qu'il s'agissait en réalité d'un véritable crime d'État prémédité. Ce sont plus de 300 hommes qui auraient été froidement exécutés par l'armée française. Archives maquillées, faux rapports, documents dissimulés, intimidations... nous... Lire la suite

  • Currently 4.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 05/09/2018 à 13:33:00

    Sur le plan fabrication, on a droit à un très gros album au papier épais et à la très élégante couverture. L'album est découpé en chapitres ouverts par un poème, de Césaire ou de Hugo. L'ouvrage s'ouvre sur un avertissement concernant les éléments de fiction et ceux documentés et se termine par l'article dans la revue XXI qui a donné naissance au projet. Une excellente chose, qui aurait même pu être suivie par un entretien avec les auteurs sur l'adaptation... mais avec une telle pagination on ne peut pas trop en demander. Pour finir, je tiens à préciser que j'ai découvert cet album via un article de Mediapart et ne connaissais pas cet événement.

    En décembre 1944, l'armée française tire sur des tirailleurs sénégalais rassemblés dans une caserne de Thiaroye avant leur démobilisation, provoquant un massacre. L'historienne Armelle Mabon découvre cette affaire et tente de démontrer les falsifications et mensonges autour de ce qui s'avère un crime et une affaire d'Etat tachant l'honneur de l'Armée...

    Ce récit est une fiction. Un scénario basé sur des événements réels et sur l'histoire vraie d'une thésards hantée par ce drame depuis le jour où elle en a entendu parler. Que le format soit celui de la fiction ne recouvre pas l'objet de l'ouvrage qui est bien de dénoncer un mensonge d'Etat fomenté par l'armée coloniale. La grande force de ce récit est de montrer la démarcation très fine entre la recherche scientifique froide et argumentée et le travail journalistique, fait de conviction et de récits. Ici on est plus dans l'enquête journalistique, parue dans la revue XXI, qui pointera du doigt toutes les incohérences administratives du récit officiel vis a vis des réalités des témoignages. La BD montre les difficultés d'Armelle Mabon, ancienne assistante sociale et douée en cela d'un très fort esprit de compassion et de révolte... qui ne colle pas forcément avec ce qui est attendu d'un chercheur, comme le lui rappellent sans cesse sa directrice de thèse et son compagnon. La structure scénaristique vise à montrer la pugnacité d'une femme convaincue et seule contre tous, mais ne tombe pas dans le piège du manichéisme de l'institution forcément à côté de la plaque. La directrice lui pointe des réalités et le rôle de chacun, lui faisant comprendre qu'une fois sa thèse validée elle pourra se lancer sur des travaux de son choix, pour peu qu'ils suivent une démarche scientifique. Car en histoire seuls les faits basés sur des preuves comptent. Dans ce cas là cela ne suffit pas car les documents ont été falsifiés. Il faut alors démontrer l'incohérence des dates, des chiffres.

    Là dessus on est un peu en manque, l'album comme l'article de la revue nous présentant les découvertes de l'historienne sans forcément beaucoup de faits. Étonnamment, les témoignages de familles de victimes ont été cherchés mais peu ceux des militaires. Les reportages nous montrent pourtant souvent (comme chez Davodeau) que c'est du cœur du crime que vient souvent l'information cruciale. Mais dans le cadre d'un massacre impliquant l'armée, la grande muette a sans doute su faire disparaître ou taire toute voix qui puisse dénoter. Ceci transforme alors cet album plus en témoignage qu'en une enquête pointilleuse comme l'excellent album Cher pays de notre enfance chroniqué ici ou le Saison brune de Squarzoni. Il n'en reste pas moins passionnant et remarquablement structuré, autour des doutes, des convictions et des indignations d'Armelle Mabon. L'aboutissement de l'histoire (pour l'instant) est la reconnaissance par l'Etat (en la personne du président Hollande) de ce massacre, minimisé mais reconnu. Ce n'est pas assez pour Armelle Mabon et les descendants des soldats assassinés qui luttent en justice pour le rétablissement de l'honneur militaire de leurs pères ou grand-pères. L'un des protagoniste rappelle à Armelle Mabon que le seul soldat réhabilité de l'histoire s'appelait Dreyfus...

    Graphiquement l'ouvrage est très élégant. Le dessinateur Nicolas Otero n'est pas le plus technique du circuit mais son dessin est très propre, arborant des couleurs douces et qui habillent parfaitement les traits. Il y a beaucoup de visages dans ces pages et il sait produire des expressions vivantes et distinguer ses visages d'hommes noires sans qu'ils soient interchangeables comme dans beaucoup de BD. Je ne connaissais pas cet auteur et ai beaucoup apprécié ses découpages et cases graphiques intercalées entre les scènes de dialogues. La BD documentaire a cela de difficile que les dialogues sont rarement graphiques et tout l'art des dessinateurs est de rendre fluide la lecture. Les auteurs proposent ainsi de nombreuses scènes illustrant le passé, dans les camps de prisonniers allemands ou autour de l'évènement du premier décembre 1944.
    Cet album, outre être une très bonne BD, a le grand mérite de soulever une page noire de notre histoire a peu près méconnue du grand public. Il joue en cela parfaitement son rôle de documentaire en donnant envie de se renseigner plus avant sur cette affaire tragique.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/09/02/morts-par-la-france

Toutes les éditions de cet album

  • Morts par la France ©Les Arènes - XXI 2018 Perna, Pat/Otéro

    Morts par la France

    • 331455
    • Perna, Pat
    • Otéro, Nicolas
    • Otéro, Nicolas
    • 05/2018 (Parution le 02/05/2018)
    • non coté
    • Les Arènes - XXI
    • Format normal
    • 978-2-352-04739-1
    • 130
    • 03/05/2018 (modifié le 22/07/2018 11:58)

    Info édition : En fin d'album un dossier de 9 pages par Pat Perna donne le détail de l'affaire. Il est illustré par de beaux portraits dessinés par Nicolas Otéro