Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Marius (Scotto/Stoffel/Morice) -1- Tome 1
©Bamboo Édition 2019 Scotto/Morice
Parution le 06/11/2019. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten
Album créé dans la bedetheque le 04/11/2019 (Dernière modification le 17/11/2019 à 18:02) par Jean-Phi

Marius (Scotto/Stoffel/Morice)

1. Tome 1

Une BD de et Sébastien Morice chez Bamboo Édition (Grand Angle) - 2019

11/2019 (06 novembre 2019) 46 pages 978-2-8189-6741-6 Grand format 377556

Marius, le fils de César le cafetier du bar de la Marine, passe son temps à admirer les bateaux qui font escale dans le Vieux Port. Il ne vit que pour une seule chose : embarquer sur un navire et partir pour des pays lointains. Il est tellement obnubilé par cette idée qu’il ne voit même pas l’amour que lui porte Fanny, la marchande de coquillages, depuis l’enfance. Pour attirer son attention, Fanny décide de le rendre jaloux et se laisse courtiser par le vieux Panisse, ami de César. Mais si Marius aime lui aussi Fanny en secret, il... Lire la suite

  • Currently 4.20/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 17/11/2019 à 18:43:39

    Je l’attendais cette trilogie marseillaise qui reste pour moi le chef d’œuvre cinématographique d’après Pagnol. Et quand on pense à Marius, César et Fanny on a du mal à se retirer de l’esprit les visages de Fresnay (Marius), Demazis (Fanny), Dullac (Escartefigue) et surtout, surtout Raimu (César) et Charpin (Panisse). Et les timides reprises, celle avec Roger Hanin ou celle avec Daniel Auteuil, plutôt réussies, ne font pas le poids.

    Comment ne pas voir Raimu dans César ??? Le personnage de la BD est aussi bourru mais je trouve qu’il manque un peu de nonchalance et comment dire… de présence. Et Panisse… le personnage n’est pas à la hauteur d’un Charpin qui collait tellement au rôle. Par contre, Fanny, Escartefigue et Marius ne perdent pas au change. Surtout Fanny tellement je trouvais qu’Orane Demazis jouait faux, surtout dans cette trilogie mais il s’agissait de ses premiers rôles.

    Très difficile de dessiner l’accent marseillais. Les postures peuvent aider comme celles d’Escartefigue dans les premières pages ou celles d’Honorine, la mère de Fanny. Par contre les réparties sonnent justes et sont toujours aussi drolatiques. La luminosité et le choix des couleurs donnent de la chaleur à l’histoire. Il est alors impossible de ne pas se voir sur le vieux port de Marseille. La qualité du dessin est un plus et il est vraiment agréable de tourner les pages en admirant toutes ces jolies cases.

    Au final, cette mise en images me plait et je sais qu’il doit être compliqué de s’écarter un peu de l’existant tellement le poids des films des années 30 peut peser. Mais le plaisir est bien présent et pour bien apprécier j’ai essayé de lire les bulles avec l’accent, à l’exception de M. Brun le lyonnais et de Panisse qui prend l’accent Parisien comme dit Marius.

    Quant à l’histoire, je la connais tellement sur le bout des doigts que je trouve la mise en musique par Stoffel et Scotto excellente.

Toutes les éditions de cet album