Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Malaterre
©Dargaud 2018 Gomont
Parution le 14/09/2018. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten
Album créé dans la bedetheque le 04/08/2018 (Dernière modification le 28/03/2019 à 13:44) par xof 24

Malaterre

Une BD de chez Dargaud - 2018

09/2018 (14 septembre 2018) 188 pages 978-2-505-07185-3 Grand format 340023

Coureur, menteur, buveur, noceur... Gabriel Lesaffre a toutes les qualités. Depuis l'enfance, il est en rupture avec son milieu familial. Épris de liberté, il ne supporte pas l'autorité. Un jour, il tombe amoureux d'une lointaine cousine, Claudia. Elle a dix ans de moins que lui. Coup de foudre, mariage, trois enfants : Gabriel se laisser séduire par les charmes de la vie de couple et les délices du confort bourgeois. Mais ses vieux démons se rappellent à son bon souvenir. Gabriel s'ennuie. Il plaque tout, s'envole pour l'Afrique, reste... Lire la suite

  • Currently 4.39/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (46 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 25/02/2019 à 16:04:19

    Gabriel a une obsession (mis à part l'alcool), le domaine de Malaterre. Ivrogne, il entraîne ses deux aînés loin de leur mère pour les "convertir" à sa passion. Pierre-Henry Gomont m'a littéralement embarqué dans son scénario. Je me suis sentie complètement transportée, tout au long de ma lecture.

    Il faut dire que le scénario est merveilleusement bien construit, avec des personnages complexes et fascinants. Tout au long du récit, c'est un véritable ascenseur émotionnel qui m'a envahi. Tour à tour offusquée, émue, en colère, la palette des émotions que ce one-shot a éveillé en moi est large.

    Outre le scénario, c'est le personnage de Gabriel qui m'a totalement fasciné. A la fois attirant et repoussant, il est au centre de ce roman graphique. Je n'ai eu de cesse de le comprendre. Son obsession pour ce domaine, n'aura de cesse de le hanter, une course éperdue durant laquelle il brûlera ses ailes.

    L'esthétique est sublime. Les traits sont nerveux et chaque case foisonne de détails et de couleurs. L'atmosphère est chaude, l'ambiance moite. L'alcool est partout et semble troubler certaines vignettes. Un véritable petit bijou visuel.

    Le 04/02/2019 à 13:17:37

    Un brin plus réservé que les autres chroniqueurs de ce site. Malaterre est l'histoire d'un sale type, égocentrique, égoiste, inventif, capable parce qu'il ose tout sans limite d'imposer une grande partie de ses volontés au monde qui l'entoure. Amis, femmes, famille, enfants ne sont que des outils au service de sa propre personne. Les dialogues sont ciselés, et les personnages - même secondaires - sont bien travaillés . Par ailleurs, sans être fan du dessin, le talent est manifeste, et se traduit par une grande expressivité des personnages, et quelques innovation graphiques vraiment superbes.
    Bref, c'est une belle BD, bien construite, bien racontée, dessinée avec personnalité et talent.
    Alors d'où vient ma réserve qui justifie mes (seulement) trois étoiles ? Une petite question qui s'est imposée dans ma tête au fil de la lecture : mais pourquoi me raconte-t-il cela? que cherche-t-il à transmettre / démontrer / raconter? Et... je n'ai pas trouvé. J'ai refermé le tome sans vraiment savoir, donc un peu perturbé et déçu.
    Néanmoins, c'est une opinion très personnelle, et Malaterre a tellement de qualités, indéniables, que j'en recommande clairement la lecture.
    3/5, parce que je me suis un peu perdu dans l'histoire.

    Le 31/01/2019 à 21:08:24

    Véritable réussite que ce one-shot semi-autobiographique de Pierre-Henry Gomont. Beaucoup d'originalité sur le plan graphique, de fluidité dans la narration, de finesse dans le monologue de la voix-off. Et un vrai anti-héros charismatique en la personne de Gabriel. Bref, de la vraie, de la très bonne BD.

    Le 01/01/2019 à 13:31:45

    Je ne suis pas trop attiré par ce style de dessin. Mais je me suis lancé parce que grosse campagne de promo à la sortie, mise en avant, très bonnes critiques, etc.
    Et franchement j'ai beaucoup aimé. Je suis rentré dans cette vie, celle d'un personnage inique, odieux, macho, irresponsable, impulsif, excessif, gouailleur. Mais aussi fragile, et finalement quand même un peu attachant. Le style de narration est agréable, enlevé, le ton tendre, avec un peu d'humour parfois un peu cynique, à l'image du bonhomme.
    Très bon album, aucun regret !

    Le 16/12/2018 à 14:32:24

    A quarante ans, Pierre-Henry Gomont est devenu, en l’espace de de six albums publiés en moins d’une décennie, une figure incontournable du 9ème art, et ce dernier opus ne fait que confirmer ce statut. Si Pereira prétend, qui avait rencontré un certain succès, était une adaptation de roman, Malaterre relève plutôt de l’autobiographie. En effet, pour concevoir ce one-shot, l’auteur s’est inspiré de sa propre famille tout en resituant les événements et les lieux par rapport à la réalité, les personnages de l’album étant eux-mêmes « des agrégats de personnages réels », comme il le dit dans une interview.

    Avec un scénario extrêmement bien charpenté, des personnages également très bien campés, P.-H. Gomont réussit à nous embarquer totalement dans cette « aventure » au parfum d’exotisme, en majeure partie grâce à ce personnage haut en couleurs qu’est Gabriel Lesaffre et qui constitue la force gravitationnelle du récit, omniprésent même dans les scènes où il est absent. Tout détestable soit-il, l’homme exerce une fascination puissante sur son entourage, sans que l’on puisse vraiment l’expliquer. En premier lieu, ses deux aînés, arrachés à leur mère suite à une action en justice du père pour obtenir leur garde, alors que ce dernier, aimant l’argent et la vie facile, a rarement été présent dans le passé. La mère restera seule à Paris avec le plus jeune enfant, les aînés Mathilde et Simon suivant leur père sans broncher vers cette destination exotique, l’Afrique équatoriale, dont ils ne connaissent rien. Une fois sur place, ils découvriront en pleine jungle le vaste domaine que Gabriel a racheté suite à la faillite des illustres aïeux dans les années 1920 : une imposante demeure coloniale, une serre monumentale ainsi qu’une scierie. Gabriel s’est mis en tête de restaurer et entretenir le patrimoine familial pour le léguer plus tard à ses enfants, dont il exige en retour qu’ils en soient les dignes héritiers. Dans les premiers temps, ceux-ci seront vite envoûtés par la beauté des lieux et l’environnement luxuriant. Une nouvelle liberté va s’offrir à eux dans cet endroit paradisiaque, contrastant fortement avec la grisaille parisienne. Très vite, ils seront contraints par leur père de suivre leurs études dans le lycée français d’une ville côtière. Plus ou moins livrés à eux-mêmes, ces adolescents s’endurciront au contact de leurs nouveaux amis, et feront malgré eux l’apprentissage de la vie, sans parents, préférant leur nouvelle vie à un retour à Paris, même s’ils finissent par honnir ce père caractériel. Absent comme à son habitude, Gabriel ne les verra plus qu’occasionnellement. En effet, obsédé par son projet, il dirige de façon chaotique le domaine, en jouant plus sur l’esbroufe qui lui a d’ailleurs permis de s’enrichir que grâce à ses compétences de gestionnaire, plus que limitées. Et d’avance, on pressent que tout cela est voué à l’échec…

    Côté dessin, on est servis ! P.-H. Gomont maîtrise parfaitement son coup de crayon. Par les poses ou les expressions du visage, il sait faire ressortir les traits de caractère et les humeurs des protagonistes. À l’image du tumultueux Gabriel, le mouvement est permanent dans cette épopée virevoltante. De façon pertinente et audacieuse, l’auteur exploite pleinement les codes de la BD. C’est surtout la représentation du père qui frappe le lecteur. Les yeux exorbités de Gabriel et son visage émacié trahissent son désordre intérieur, renforcés par cette cigarette crachant des flammes plutôt que de la fumée, telle une extension organique de lui-même.

    L’ambiance graphique est bien différente du placide Pereira prétend. Tour à tour lumineux et sombre, l’environnement exotique, très bien représenté dans son foisonnement, accompagne parfaitement cette histoire de passion humaine où les gouffres psychiques ne sont jamais loin. Inévitablement, on pense à l’œuvre de James Conrad, Au cœur des ténèbres, où là encore la jungle africaine semblait agir comme révélateur des pulsions enfouies de l’Homme blanc. Une jungle réfractaire et incompatible avec l’esprit de conquête, qui finit toujours par engloutir ceux qui cherchent à la dompter, telle une malédiction lancée par les dieux de la forêt. Et Gabriel n’y échappera pas davantage, malgré toute l’énergie qu’il aura déployée pour maintenir à flot son frêle esquif « mal sur terre », perdu dans l’immensité forestière.

    Il faut ajouter à tout cela la plaisante tournure littéraire des textes, qui contribue à ériger Malaterre comme une référence parmi tout ce que le roman graphique a produit de meilleur. D’ailleurs, le talent narratif dont fait preuve Gomont n’est pas sans rappeler le maître dans sa catégorie, j’ai nommé Will Eisner… L’émotion n’est pas absente, en particulier vers la fin, et celle-ci est d’autant plus puissante qu’elle reste sobre, sans pathos. Car au final, le personnage de Gabriel révèle un côté attachant avec sa folie et ses paradoxes, une fragilité qu’il masque bien souvent derrière sa colère. Ses enfants, dans leur détestation commune, réalisent qu’au fond ils l’aimaient ce père que l’on voit mourir au début de ce récit en forme de flashback. Un père hors du commun qui suivait ses instincts envers et contre tout, en lutte contre tout le monde mais aussi contre lui-même.

    Que l’on aimerait avoir à lire plus souvent de tels ouvrages ! Symbiose parfaite entre bande dessinée et littérature, cet album flamboyant place la barre très haut, ne négligeant aucun aspect tant dans le fond que dans la forme. Pour faire simple, P.-H. Gomont nous offre avec Malaterre un véritable chef d’œuvre à qui l’on peut souhaiter tout le succès qu’il mérite.

    Le 09/10/2018 à 22:11:15

    Un album écrit comme un roman qui ralliera les littéraires les plus exigeants par la qualité de sa narration. Il est entièrement construit autour d’un personnage exécrable, Gabriel, tour à tour hâbleur, excessif, impétueux, libertaire, impulsif, décadent, manipulateur, égocentrique.. que Pierre-Henri Gomond en auteur inspiré portraiture magistralement.

    Le dessin est à la parfaite mesure du personnage : il déborde de liberté, de trouvailles et d’énergie. Le visage tranchant de Gabriel et sa cigarette enflammée lui confère un charisme grandiose ! Les couleurs mates, chaudes et terreuses dépeignant l’Afrique créent des ambiances vibrionnantes et immersives.
    L’histoire simple d’un ambitieux invétéré en manque de reconnaissance, d’un exilé personnifiant le mal d’amour – ne sachant en donner car n’en n’ayant pas reçu, ne vivant chaque étape de sa vie que comme un challenge qu’il lui faut gagner coûte que coûte... En résumé, un homme intelligent se comportant comme un con, un homme sensible se conduisant comme un bourrin. Un homme que Pierre-Henri Gomond, par son talent et son écriture a le génie de nous faire aimer. Une histoire simple mais captivante, hantée par l’urgence. A lire absolument.

    Le 09/10/2018 à 11:08:13

    Excellente histoire.
    Ça y est : Dargaud emboite le pas à Dupuis. On a droit à un tirage avec jaquette et hors-texte signé numéroté à 777 exemplaires...
    Il faut dire que la jaquette présente une couverture qui me plait plus que la couverture de l'album.
    Marketing, quand tu nous tiens...

    Le 08/10/2018 à 22:35:59

    Une histoire de famille qu’une justesse incroyaable
    A lire et a relire
    Mieux que pereira pretend!
    Quel artiste

    Le 19/09/2018 à 15:56:55

    Gomont est un vrai auteur: dessin efficace qui va à l'essentiel, histoire bien menée, découpage magistral .. Quel bel ouvrage ! Et en plus des "petits trucs" qui pimentent l'affaire : par exemple, la flamme incandescente au lieu d'une simple fumée qui s'échappe de sa cigarette symbolise la soif de vivre et les excès du personnage principal!

Afficher encore 5 avis

Toutes les éditions de cet album