Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Ma mère était une très belle femme - Une enfance en Afrique du Sud
©çà et là 2007 De Villiers
Parution en 05/2007. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten Version numérique : Acheter sur Izneo
Album créé dans la bedetheque le 25/05/2007 (Dernière modification le 22/01/2009 à 21:45) par Yog-volo

Ma mère était une très belle femme

Une enfance en Afrique du Sud

Une BD de chez çà et là - 2007

05/2007 88 pages 978-2-916207-18-6 Autre format 62872

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 20/06/2011 à 10:16:27

    Cela commence par un retour en Afrique du Sud de Karlien en février 2000 après deux ans d'expatriation à Londres. Elle nous montre une rencontre grinçante avec son père et sa belle mère. Elle fuit rapidement cette maison familiale qui semble suinter d'amertume, de mépris, de tension, de rancœur pour aller chez une amie, Pippa. Elle recherche sa sœur; Nathalie, et ne tarderas pas à la retrouver. Nathalie qui mène une vie chaotique et qui s'est réfugiée dans la cocaïne.

    Par ce récit autobiographique, Karlien va nous raconter sa jeunesse de petite blanche dans une famille d'afrikaners dans les années 70-80. D'une part le régime, les township, les classes sociales, le racisme, la propagande éducative de l'état sur les races, l’endoctrinement et d'une autre la chute de son encadrement familiale, le conflit entre ses parents, le divorce de ceux-ci, le comportement de sa mère, le remariage de son père avec Anna qui méprisera Karlien et Nathalie, le cancer qui frappera sa mère et qui l'emportera, Anna qui n'accepteras pas que ces deux filles viennent dans sa maison et qui seront logée en Internat.

    C'est intéressant de montrer en toile de fond l'actualité de la vie de tous les jours d'une famille d'afrikaners qui essayait de vivre tranquillement avec l’apartheid en toile de fond. Karlien conjugue cela avec sa jeunesse difficile. Elle présenteras son père comme un faible, un effacé, sa belle mère comme odieuse. Elle raconteras également les préjugées et les croyances de sa mère, l'endoctrinement de celle-ci dans une croyance religieuse ultraconservatrice. Elle nous montre aussi sa vie d'écolière, son regard naïf sur les autres ethnies. Elle essaye de comprendre sa mère avec maintenant un regard d’adulte.

    C'est dans la ligne de ces autobiographie : Marjane Satrapi (Persépolis), Debbie Drechsler (Daddy's Girl), Julie Doucet (Changements d'adresses) dont elle reconnait leur influences sur son œuvre. L'approche est splendide, intéressante et elle motive à découvrir un bout de sa vie et les interactions de l’enseignement public, de la presse, de l'influence de ses parents. J'apprécie qu'elle montre l'apartheid en toile de fond, cela définit qu'elle vit avec cela tous les jours, qu'inconsciemment elle reste sous l'influence des médias, mais qu'elle mène tout de même sa vie, ses préoccupations.

    J'adore ce dessin avec un patte féminine, une sensibilité particulière. C'est vrai que je suis un grand fan des artistes féminines qui l'ont influencée. A mes yeux c'est un récit incontournable à posséder absolument... mais cela reste mon avis!

    Le 13/07/2007 à 23:23:21

    Une jeune femme évoque son enfance entre ses parents qui se déchirent : un bouquet d'émotions fortes. C'est du vécu !

Toutes les éditions de cet album