Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Couverture de Les larmes de l'assassin
©Futuropolis 2011 Murat
Parution le 10/02/2011. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDfugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten
Album créé dans la bedetheque le 19/12/2010 (Dernière modification le 14/02/2022 à 18:45) par tchouckitchouck

Les larmes de l'assassin

Une BD de chez Futuropolis - 2011

02/2011 (10 février 2011) 128 pages 978-2-7548-0360-1 Format normal 119951

A l'extrême sud du Chili, à trois jours de marche de la cité côtière de Punta Arena, vit le petit Paolo. Cohabitant médiocrement dans une bâtisse totalement isolée avec des parents peu attentionnés, il passe son temps à courir après les serpents et voit son pauvre quotidien s'animer uniquement lorsque de très rares voyageurs passent par chez lui. Jusqu'au jour où Angel Allegria, un truand notoire frappe à sa porte et s'installe durablement après avoir froidement assassiné ses parents. Une nouvelle vie commence alors pour le jeune garçon qui a eu... Lire la suite

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (23 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 23/06/2019 à 22:11:44

    Est-il possible à 44 ans de retomber dans les travers de l’adolescence ? Ressentir tant d’émotion à la lecture d’un auteur, d’un poète, ou à l’écoute d’un chanteur-compositeur, qu’on souhaiterait le fréquenter personnellement et devenir un ami proche ? Ce transport est-il une chance, un leurre, une pitoyable régression, ou tout cela à la fois ?
    Quelle que soit la réponse, je partage avec vous mon coup de foudre pour les deux seuls romans graphiques que j’ai pu lire du sensible et subtil Thierry Murat. Ils m’ont remué les tripes. Ils m’ont fait réfléchir. Ensorcelée.
    Il s’agit de son album récent « Etunwan-Celui-qui-regarde » (Futuropolis, 2016) et d’une œuvre plus ancienne « Les larmes de l’assassin » (Futuropolis, 2011). Les deux sont dessinés dans un style graphique reconnaissable par ses tons ocres, ses ombres à l’encre de chine, jouant à la perfection du clair-obscur. Les récits nous captivent par le truchement du journal intime ou du carnet de voyage/expédition.
    « Les larmes de l’assassin » conte les souvenirs d’un enfant de Patagonie. Vivant comme un sauvageon dans l’endroit le plus au sud de cette région du Chili, battue par les vents, vaste et caillouteuse, Paolo doit cohabiter avec l’assassin de ses propres parents. Puis un jour, arrive un nouvel étranger, qui lui aussi décide de s’installer sur ces terres reculées...

    Le 26/03/2012 à 19:12:27

    Une rencontre improbable entre un enfant, un assassin et un poète, toute en subtilité. Un très beau texte et des images de paysages désertiques sublimes. Et malgré tout cela, je crois que ce qui m'a le plus touchée dans cette histoire, ce sont les silences, les non dits.

    Le 24/08/2011 à 19:28:48

    Histoire sordide : un assassin se pointe dans une maison isolée et, pour être tranquille car il est pourchassé par toutes les polices imaginables, il zigouille les occupants. Sauf un enfant...
    Une relation ambiguë se noue entre cet enfant et son parricide. Relation qui semble mise en danger par l'arrivée d'un étranger que l'assassin accepte sans le suriner.

    La mise en images de ce roman ne m'a pas accroché. Je trouve le texte assez plat et un peu redondant avec les images. Le talent aurait sans doute été de faire le même album sans paroles.
    Les traits et les couleurs sont bien adaptés à l'histoire (beaux dessins monochromes). Par contre, je ne comprends pas ce choix de caractères presque typographiques pour le lettrage.

    En résumé, une bonne histoire, sans doute, mais qui me laisse un peu sur ma faim. Et je n'ai même pas eu envie de lire le roman. J'ai préféré imaginer ce que Murat ne nous a pas dit et qui doit quand même être dans le roman...

Toutes les éditions de cet album