Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Joker (Azzarello/Bermejo) - Joker
©Panini Comics 2009 Azzarello/Bermejo
Parution le 18/02/2009. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDfugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten
Album créé dans la bedetheque le 01/02/2009 (Dernière modification le 21/04/2020 à 14:48) par xof 24

Joker (Azzarello/Bermejo)

Joker

Une BD de et Lee Bermejo chez Panini Comics (DC Icons) - 2009

02/2009 (18 février 2009) 122 pages 978-2-8094-0594-1 Format comics 83634

En 2008, après Batman/Deathblow puis Luthor, la troisième collaboration entre Brian Azzarello et Lee Bermejo prend la forme d’un roman graphique (ou "graphic novel" en VO, comprendre par là une grosse centaine de pages de comics livrées en une seule fois sans l’artifice du découpage mensuel). Et comme son titre l’indique, celui-ci traitera d’un personnage que tous les auteurs de comics rêvent d’écrire, le plus ancien et le plus emblématique adversaire de Batman : le Joker. L’histoire nous est racontée du point de vue de Jonny Frost, un petit voyou... Lire la suite

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (89 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 19/04/2020 à 18:28:54

    En 2008, après Batman/Deathblow puis Luthor, la troisième collaboration entre Brian Azzarello et Lee Bermejo prend la forme d’un roman graphique (ou "graphic novel" en VO, comprendre par là une grosse centaine de pages de comics livrées en une seule fois sans l’artifice du découpage mensuel). Et comme son titre l’indique, celui-ci traitera d’un personnage que tous les auteurs de comics rêvent d’écrire, le plus ancien et le plus emblématique adversaire de Batman : le Joker.

    L’histoire nous est racontée du point de vue de Jonny Frost, un petit voyou sans envergure qui se propose un jour de raccompagner le Joker à sa sortie de l’asile d’Arkham. A compter de cet instant, sa proximité avec le Clown Prince du Crime va lui permettre de mener enfin la vie d’un vrai gangster tel qu’il la rêvait et lui ouvrir les portes du gotha de la pègre (Killer Croc, Harley Quinn, le Pingouin, Double-Face ou encore le Sphinx). Pour un temps seulement car il va rapidement déchanter et découvrir que le Joker est sans limite dans sa folie criminelle.

    A défaut d’une véritable intrigue, il s’agit surtout de suivre l’évolution de la relation entre ces deux personnages, de leur première rencontre jusqu’à leur séparation sur le pont de Gotham. J’ai trouvé l’écriture du Joker juste mais finalement assez conforme à ce que l’on est en droit d’attendre du personnage. Et s’il s’agit d’une bonne contribution à son mythe par deux auteurs de renom, elle reste malgré tout sans surprise. Aussi, quelques scènes m’ont paru inutilement crues (si ce n’est de justifier la mention "Pour lecteurs avertis" inscrite au dos de l’album).

    Pour peu que l’on aime cette ambiance poisseuse et ces visages torturés, on trouvera le dessin de Bermejo, reconnaissable entre mille, très bon mais surtout parfaitement adapté au ton de l’histoire. Il est dommage cependant que deux encrages différents cohabitent (l’encrage classique de Mick Gray et, par séquences, celui au lavis de Bermejo). Enfin, concernant l’édition, il eut été judicieux qu’Urban Comics utilise la couverture façon mug shot pour faire la paire avec celle utilisée pour Luthor.

    Le 16/03/2020 à 11:31:30

    Album hautement réputé qui développe le mythe moderne du Joker en prolongeant Killing Joke par un one-shot uniquement dédié à la Némésis de Batman, Joker est un monument! Étonnamment, très peu d'éditions de cet ouvrage sont sorties avec seulement une réédition en 2013 agrémentée d'un cahier graphique et une ressortie sous les couleurs du Black Label plus récemment. Cet album de dix ans déjà n'a absolument pas pris une ride et semble avoir fortement inspiré le Dark Knight de Christopher Nolan bien que les deux créations aient été réalisées en même temps. Le film Suicide Squad reprend le personnage du narrateur de l'album. Enfin, évidemment, le très récent succès du film Joker emprunte certains éléments psychologiques et le grand réalisme du projet.

    Asile d'Arkham, Gotham city. Le portail s'ouvre. Une ombre apparaît. Le Joker vient d'être relâché. Le prince a perdu son royaume et compte bien le reconquérir. Pour cela il doit rendre visite aux plus grande criminels de Gotham, sa façon: barbare et démente. Lorsque le Chevalier noir est absent le crime se répand. Joker est le prince du crime et voici ce qu'il se passe lorsqu'il n'affronte par son alter-ego...

    La couverture de cet album, hautement provocatrice est inscrite dans la veine trash des Arkham Asylum et Killing Joke en donnant naissance quelques années plus tard au Deuil de la famille de Snyder et Capullo. Cette seule image, ultra-réaliste tout en gardant l'esthétique d'un dessin BD est un chef d’œuvre qui dit le projet dans sa totalité. L'album doit évidemment beaucoup à Lee Bremejo, passé par Wildstorm avant de lancer 100 bullets avec son comparse Azzarello où il se situe dans la lignée directe de Frank Miller. Son dessin évolue ensuite vers une ligne plus réaliste, naviguant entre du Eduardo Risso et tirant vers Alex Ross. Le risque de ce style graphique est l'aspect figé du photoréalisme... défaut que n'a jamais Bermejo, qui parvient dans Joker à associer un vrai talent de mise en scène en mode polar noir, esthétique BD dans les encrages très dentelés et le mouvement. La colorisation de Patricia Mulvihill est absolument parfaite avant que Bermejo passe en couleurs directes sur le dernier Batman: Damned. [...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/03/14/joker

    Le 16/05/2019 à 15:51:06

    "Joker" de @brianazzarello et @leebermejoart chez @UrbanComics

    Synopsis :

    "Lorsque le Joker, le pire criminel de Gotham, ressort de l'Asile d'Arkham par la grande porte, il compte bien reprendre en main ses divers rackets, et restaurer son titre de « Clown Prince du Crime ».

    Face à lui, les autres criminels de la ville maudite, mais également Batman, son protecteur, n'ont qu'à bien se tenir ! Une vision du Joker très proche du personnage interprété par Heath LEDGER dans The Dark Knight."

    Scénario : Brian Azzarello ;
    Dessins : Lee Bermejo ;
    Éditeur : Urban Comics ;
    Prix : 15.50 € ;
    Commander-le sur Urban Comics ou sur Excalibur Comics ou sur Original Comics ou sur Bulle en Stock.

    Quand la justice de Gotham relâche le Joker dans ses rues (oh les cons), car, soit disant, il n'est plus fou (ah ah ah ah ah), le sang re-coule à flot torrentiel et menace de submerger toute la ville. Eh, oui, notre clown prince du crime préféré, n'est pas du tout en joie, lorsqu'il apprend que son empire a été divisé entre différentes factions criminelles et il compte bien récupérer tout ce qui lui appartient, quitte à butter tout le monde. Du Pingouin, en passant par l'Homme-Mystère ou Harvey Dent/Double-Face, et bien d'autres, notre ami le Joker ne fait pas dans la demi-mesure ou la dentelle.

    La suite de la chronique ici :

    https://wordpress.com/post/yradon4774.wordpress.com/1827

    Le 07/12/2014 à 19:40:09

    Superbe, une plongée dans l'intimité du Joker par l'intermédiaire d'un petit caid.
    Seul bémol: que Batman ne soit pas plus présent physiquement.
    A lire pour tous les fans de la chauve souris :D

    Le 08/01/2014 à 23:54:01

    Un bon graphisme, une belle ambiance sombre, un bon scénario mais des dialogues un peu foireux et pas toujours bien choisis

    Le 13/08/2009 à 21:10:41

    Alors ce batman est génial, içi il n'apparait qu'en fin d'album, mais pendant toute l'histoire, c'est le joker qui est de partie et qui tiend le role principal, il tiend à récupérer sa ville après etre sortit de l'asile.

    Meme s'il est horrible physiquement et par tout ce qu'il commet, c'est un personnage que j'ai toujours apprécié dans les divers films de batman, et içi, c'est réussi.

    Le dessin est grandiose aussi.

    A lire absolument, meme pour les nons fans de batman.

Afficher encore 2 avis

Toutes les éditions de cet album