Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Ghost Kid
©Bamboo Édition 2020 Oger
Parution le 19/08/2020. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDfugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten
Album créé dans la bedetheque le 11/08/2020 (Dernière modification le 23/08/2020 à 10:27) par tchouckitchouck

Ghost Kid

Une BD de chez Bamboo Édition (Grand Angle) - 2020
Oger, Tiburce (Scénario) Oger, Tiburce (Dessin) Oger, Tiburce (Couleurs)

08/2020 (19 aout 2020) 78 pages 978-2-8189-6902-1 Grand format 400774

Hiver 1895, un vieux cow-boy entreprend un long voyage pour retrouver sa fille inconnue. À ses côtés, un « ghost kid » apache, qu’il croit être le seul à voir, l’accompagne… « Old Spur » Ambrosius Morgan est un vieux cowboy du Montana. Malgré les rhumatismes, il persiste à rouler sa bosse et ses éperons de ranch en ranch et ne s’est jamais fixé. Un jour, une lettre de la femme qu’il aima des années auparavant lui apprend qu’il est le père d’une jeune femme, Liza Jane Curtis, et que celle-ci a disparu depuis son départ pour l’Arizona. Le vieux cowboy... Lire la suite

  • Currently 3.90/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (69 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 19/02/2021 à 18:38:15

    Le western a le vent en poupe dans le 9eme art ! Nourris au berceau des œuvres du grand Giraud, nombre de dessinateurs lui rendent hommage et revisitent le genre. Parmi eux, Tiburce Oger : il a baigné dedans adolescent et a dévoré les « Blueberry », « Comanche », et autres « Tuniques bleues » ; il fait également de la reconstitution de western et du tir à l’arme ancienne. Autant dire qu’il s’agit d’un expert ! Il publie en tant qu’auteur complet son troisième western « Ghost Kid » aux éditions Bamboo dans la collection «Grand Angle » et nous propose un album magnifique et crépusculaire.

    Avril 1896. Ambrosius Morgan est un de ces vieux cowboys comme on n’en trouvera bientôt plus. : il est relégué à la surveillance des clôtures du ranch « Double R » car, depuis l’arrivée du chemin de fer, le bétail voyage en train. Quand la relève arrive, elle lui apporte une bien surprenante lettre : une femme qu’il a connue et aimée jadis lui révèle qu’il est père et que sa fille est portée disparue près de la frontière mexicaine. Elle lui enjoint de partir à sa recherche. Il s’exécute après avoir réglé quelques vieux comptes. Le voyage s’annonce long, difficile et semé d’embûches. Un jour, empoisonné par de l’eau croupie, il croit avoir des hallucinations et voit le fantôme d’un jeune papoose (d’où le titre énigmatique de l’album).

    Un western crépusculaire et novateur

    La maquette de couverture reprend celle de son ouvrage précédent « Buffalo Runner » : on a l’impression d’avoir une vieille gravure d’époque ouvragée rehaussée d’or et de filigranes. Ça ressemble aussi à une toile de Frederic Remington ou de Charles Russell. On y perçoit l’homme perdu dans les grands espaces. Alors que le premier album contait la vie d’Edmund Fisher, tueur de bisons sur le retour, cet opus raconte la fin d’un monde. Il choisit ainsi de situer l’intrigue six ans après la fermeture officielle de la frontière quand le territoire est entièrement colonisé. Ce sont deux westerns mettant en scène des héros plus trop fringants. C’est poétique, mélancolique et beau.
    L’auteur trouve ainsi sa manière de renouveler le genre. Il fait d’ailleurs un clin d’œil à un autre maître : Ralph Meyer ; il enterre dans son album le héros croquemort vieilli d’ « Undertaker » qui s’est fait assassiner parce que son vieux fusil Henry s’est enrayé … C’est symbolique car comme les frères Maffre, Oger choisit de mettre en scène un anti héros et de bousculer quelques clichés sur l’Ouest tout en en jouant : on a les vautours, les saloons enfumés, les bordels, les notables véreux …
    La quête de Morgan peut également rappeler celle de John Wayne dans l’iconique « La prisonnière du désert ». Oger crée une véritable « road bd » : le voyage prend du temps et constitue l’un des sujets principaux de l’album à la pagination généreuse même s’il instille également mystères et rebondissements pour créer un savant mélange de suspense et de contemplatif.

    Un anti héros

    Ambrosius, « old spur » Morgan est très attachant. Il apparaît comme l’homme d’une époque révolue. Il se tient loin d’une civilisation dans laquelle il ne se reconnait plus. Il est vieillissant et trahi par son corps. Le contraste est saisissant avec le flash-back de ses amours 20 ans auparavant. Il doit mettre des lunettes pour lire le courrier qu’on lui apporte : c’est un héros fatigué.
    Le personnage du petit indien tapi dans l’ombre, muet et aux grands yeux sombres, est parfois inquiétant. Le fait que Morgan pense qu’il s’agit d’une hallucination est peut-être la projection de son remords : celui d’avoir tué et dépossédé une ethnie pour obtenir de la terre ? E tout cas cette ambiguïté est intéressante. J’aime bien aussi que Tiburce Oger mette en scène un cowboy noir Louis Deville. On n’en voit pas beaucoup dans la bd (à part « Marshall Bass ») et encore moins à Hollywood qui a totalement « blanchi » le genre lors de l’âge d’or du western.
    Malgré son aspect nostalgique, ce western est loin d’être plombant ; on y trouve beaucoup d’humour, surtout dans les dialogues, car le héros fait preuve d’autodérision et de recul sur lui-même et sur les autres.

    Un album en cinémascope

    « Ghost » Kid » s’inscrit parfaitement dans la collection «Grand Angle »car son découpage est très cinématographique et les angles de « prise de vue « saisissants. Tiburce Oger ne travaille pas en ligne claire mais avec un trait parfois tremblé et toujours dynamique plein de mouvement. On a souvent des plans inclinés, de guingois, pour mimer l’ébriété puis la maladie du héros et sa perception vacillante.
    Il prend régulièrement des pleines pages pour planter ses décors et bien séparer les différentes séquences comme le feraient des têtes de chapitres. On peut y admirer ses cieux peints en couleur directe et ses superbes paysages enneigés. Il effectue un remarquable travail sur les ombres et la lumière et sur les effets de matière aussi. Le récit est peut-être crépusculaire dans le thème mais il est « en technicolor » et éclatant de couleurs !
    Enfin - et c’est suffisamment rare pour être souligné ! - il faut aussi relever sa parfaite maîtrise de l’anatomie des chevaux : les scènes de dressage sont superbes et l’on sent bien qu’il a longtemps pu observer ces animaux (son père était éleveur et moniteur équestre). Tous ses personnages, ses animaux, ses décors sont fouillés dans les moindres détails et on a décidément ici un bel ouvrage !

    « Ghost kid » est un western qui, dans la continuité de « Buffalo Runner », laisse place au ressenti de vieux cowboys dépassés par le monde. C’est sans doute ce thème qui donne toute sa portée à cet album en lui conférant une dimension universelle : ne sommes-nous pas tous dépassés un jour ou l'autre, par la musique, la technologie ou une vision du monde qui évolue pour les nouvelles générations ? Cette road bd mélancolique dépasse alors l’anecdotique pour toucher à l’Humain en nous en mettant également plein les yeux par sa maîtrise graphique. Cela donne lieu à une œuvre splendide et marquante à découvrir absolument.

    Le 09/02/2021 à 07:55:36

    J'ai beaucoup aimé cette histoire merveilleusement racontée par Tiburce Oger qui a fait du chemin depuis sa fameuse série «Gorn ». A noter une belle couverture qui est encadré par une dorure qui la met en valeur.

    Le récit est magnifiquement illustré. Certaines pages sont de toute beauté aussi bien les paysages enneigés du Dakota en passant par les plaines désertiques de l'Arizona puis du Mexique. C'est réellement d'une beauté sidérante. Tiburce Oger est sans doute l'un des meilleurs dessinateurs en ce qui me concerne. La maîtrise est parfaite à tous les niveaux.

    C'est une jolie quête initiatique d'un vieux cow-boy solitaire à la recherche de sa fille disparue qu'il n'a jamais connu. Il va être accompagné à un moment donné par un ghost kid dans son voyage. Cela lui sera fort utile tant il y aura des embûches car on ne croise pas que du beau monde.

    Au final, un beau western à l'allure cinématographique. Une belle chevauchée attend le lecteur.

    Le 24/01/2021 à 17:35:03

    Ca sent la fin d’une époque… la fin des vrais cow boys. Ils sont maintenant relégués à la surveillance des clôtures des grands ranchs. Ambrosius Morgan est un vieux cowboy désabusé. Un jour d’hiver, il reçoit une lettre d’une femme avec laquelle qu’il a connue, il y a plus de 20 ans. Ce courrier l’informe que, de cette brève aventure, est née une fille, Liza Jane, et qu’elle a disparu à la frontière mexicaine. Quittant tout, il part à sa recherche, traversant les Etats-Unis en direction du Mexique. Sur sa route, il rencontre un enfant apache qui, sans un mot d’explication, se met à le suivre partout. Mais d’où sort ce gamin ? Certain d’être victime d’une hallucination, il le baptise Ghost Kid. Si l’histoire ne surprend pas par son originalité, elle tient carrément la route avec son lot de rencontres, de mauvaises surprises et de bagarres. Découpage très réussi, dessin magnifique avec ses grandes planches qui sont autant de pauses esthétiques que d’articulations de l’histoire.

    Le 27/10/2020 à 21:01:48

    Rien que pour le dessin et l'aquarelle, il faut lire cette bd.
    Côté scénario, l'histoire se tient et comporte quelques surprises, même si à un moment on se demande s'il ne nous refait pas le coup d'une autre bd.
    Pas un chef d'oeuvre, mais un bon moment passé. A la différence du flic, je relirai avec plaisir d'ici quelque temps.

    Le 08/10/2020 à 19:47:06

    Bof. Quand on repose l'album on a déjà oublié et on se dit qu'on ne l'ouvrira plus jamais. Pas une mauvaise BD mais sans véritable intéret.

    Le 21/09/2020 à 19:04:26

    Comme beaucoup d'avis déjà postés, je trouve également que l'histoire prêche un peu. Elle est cohérente, intéressante, mais ne révolutionne pas le genre, loin de là. On a juste à faire à une simple histoire de disparition et à un homme qui du coup va partir à la recherche de sa fille..
    Jusqu'à la fin, j'avais pourtant espérer un gros rebondissement par rapport à ce petit indien qui accompagne Morgan et qui est apparu très tôt dans l'histoire. Je me suis dit que si l'auteur avais pris soin de l'installer là et de construite l'intrigue avec lui, c'est qu'il était très important et qu'il allait apporter quelque chose de marquant. Je m'attendais donc vraiment à être surpris par un rebond scénaristique mais finalement pas du tout.. C'est dommage, il y avait pourtant matière pour ça...
    Heureusement ce qui vient sauver l'ensemble c'est le graphisme. De très beaux dessins, des décors dépaysants, mais surtout une colorisation en direct à l'aquarelle absolument époustouflante, avec de somptueux jeux de couleurs et de lumières.
    Les pleines pages sont d'ailleurs les plus belles. J'ai passé un temps fou à les admirer.
    Du coup, l'ensemble s'en retrouve très solide et l'on prend plaisir à plonger dans l'univers.
    Merci pour ce très bon moment.

    Le 09/09/2020 à 23:44:47

    Rien pour les planches pleine page.. Quelle claque visuelle ! Colorisation magnifique. Mon seul regret que ce ne soit. qu'un one shot...

    Le 08/09/2020 à 19:22:45

    Un très bon western.
    J'ai adoré les scènes de règlements de compte et Ambrosius Morgan vise toujours juste malgré son grand âge et sa "cécité".
    Le scénario est bien construit mais très classique, pas de surprise, ni de moment d'extase.
    Bon moment de lecture.

    Le 06/09/2020 à 09:54:58

    Pour ma part, je dirai que cette BD est un vrai régal. Le dessin est superbe et on a le droit 6 pleine page de toute beauté. L'histoire est classique mais bien menés et je ne me suis pas ennuyé un seul instant. Content de l'avoir dans ma collection et merci Tiburce.

    Le 30/08/2020 à 23:05:03

    Un western classique et solide servi par des dessins très expressifs et une palette efficace. Haut les colts !

    Le 30/08/2020 à 08:53:26

    Je suis resté sur ma faim : les planches pleine page sont magnifiques, la colorisation est splendide, mais j’ai un problème avec les visages que je ne trouve pas beaux du tout et avec les quelques scènes d’action que je trouve ultra statiques avec des positions des personnages parfois très fantaisistes et improbables (ces derniers points ne me font pas rentrer totalement dans l’histoire). Concernant l’histoire, je n’ai pour le coup pas été enthousiasmé non plus. C’est exactement le même ressenti que j’ai eu pour Buffalo Runner.
    Mais je garde ces deux BD car la composition et la colorisation sont au top.

    Le 29/08/2020 à 21:31:55

    Dans mon top 3 des BD de l'année. Je partage l'avis de Yovo "Un très bel album qui baigne dans une ambiance visuelle splendide. Avec une maitrise graphique admirable, Tiburce Oger varie les angles et offre à ses décors une lumière et une palette de couleurs extraordinaires. Il fait étinceler la neige et enflamme le ciel comme jamais. Les pleines pages en sont renversantes !" et effectivement, il y a de la matière pour faire une suite, voire une série tant les personnages sont attachants et les pistes de scénario nombreuses

    Le 28/08/2020 à 21:18:33

    Un très bel album qui baigne dans une ambiance visuelle splendide. Avec une maitrise graphique admirable, Tiburce Oger varie les angles et offre à ses décors une lumière et une palette de couleurs extraordinaires. Il fait étinceler la neige et enflamme le ciel comme jamais. Les pleines pages en sont renversantes !

    Si j’insiste sur l’atmosphère c’est que ce n’est pas une BD d’action. Ceux qui recherchent un western épique, des chevauchées sauvages, des duels à mort ou des attaques de diligences risquent d’être déçus. Ghost kid est une longue et lente errance, du Dakota du nord au Mexique, emplie de digressions, de scènes intimistes et de détails imperceptibles. Cela confère à cet album une identité très singulière et, pour ma part, inoubliable !

    J’ai vraiment aimé, même s’il ne s’y passe pas grand-chose et que le scenario aurait pu être plus complexe. Personnellement, j’aurais souhaité revoir Meredith, la patronne du ranch par exemple… mais j’accepte ce choix assumé d’un scenario qui déjoue les attentes et propose une autre partition. C’est ce que fait Jim Jarmusch au cinéma et que réussit très bien T. Oger ici. Pour illustrer cette idée, le clin d'oeil à Undertaker (p.28/29) est un passage savoureux ! Le vieux cow-boy rhumatisant qui enterre le ténébreux croque-mort peut se lire comme la BD d’auteur surclassant la série commerciale... Une petite pique fort sympathique !

    Voici donc une belle parution, sensible et intelligemment orchestrée, qui témoigne elle aussi de la santé éblouissante du western ces dernières années. A découvrir absolument !

Afficher encore 9 avis

Toutes les éditions de cet album

  • Ghost Kid ©Bamboo Édition 2020 Oger

    Ghost Kid

    • 400774
    • Oger, Tiburce
    • Oger, Tiburce
    • Oger, Tiburce
    • 08/2020 (Parution le 19/08/2020)
    • non coté
    • Bamboo Édition
    • Grand Angle
    • Grand format
    • 978-2-8189-6902-1
    • 78
    • 11/08/2020 (modifié le 23/08/2020 10:27)

    Info édition : Noté "Première édition".

  • Ghost Kid -TL- Ghost kid ©Bamboo Édition 2020 Oger

    TL . Ghost kid

    • 397183
    • Oger, Tiburce
    • Oger, Tiburce
    • <N&B>
    • 05/2020 (Parution le 17/06/2020)
    • non coté
    • Bamboo Édition
    • Grand Angle
    • Autre format
    • 978-2-8189-7780-4
    • 78
    • 20/06/2020 (modifié le 11/08/2020 18:41)
    • Visuel Frontispice

    Info édition : Édition de Luxe à 2000 exemplaires numéroté, dimensions de l'album 356 x 260 mm. Avec un frontispice numéroté en début d'album et un "Cahier graphique" de 6 pages en fin d'album. Noté: "Première Edition"