Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Docteur Radar -2- Terreur en Italie
©Glénat 2018 Simsolo/Bézian
Parution le 10/01/2018. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur PriceMinister
Album créé dans la bedetheque le 17/12/2017 (Dernière modification le 14/02/2018 à 23:09) par nubuc

Docteur Radar

2. Terreur en Italie

Une BD de et Frédéric Bézian chez Glénat - 2018

01/2018 (10 janvier 2018) 62 pages 978-2-344-00355-8 Grand format 317964

Sur le point d’être menée à l’échafaud, Mariana, la maîtresse et complice du docteur Radar, s’est évadée. Bilan de l’opération : 3 morts. Pour le détective Ferdinand Straub, aucun doute : son ennemi juré a refait surface, et pas question qu’il lui échappe une fois de plus ! Il suit sa trace jusqu’à Rome, où un éminent scientifique a récemment été enlevé. Le tueur de savants aurait donc trouvé refuge dans l’Italie fasciste de Mussolini. Ce qui veut dire qu’en plus des sbires peu scrupuleux de son adversaire, Straub... Lire la suite

  • Currently 3.83/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (18 votes)

  • Docteur Radar -1- Tueur de savants

    Tome 1
  • Docteur Radar -2- Terreur en Italie

    Tome 2

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 27/03/2018 à 11:23:33

    Quand je lis docteur Radar je pense au Fantômas original de Souvestre et Alain, j’y retrouve donc Fantômas (Dr Radar et ses postiches), Juve (Straub) et Fandor (Pascin). On est vraiment dans le feuilleton populaire du début du XXeme siècle avec tous ses codes, et ça fonctionne super bien pour moi.
    Le dessin de Bézian ajoute à l’atmosphère créée, une course poursuite effrénée, avec ses rebondissements, et la mise en couleur met particulièrement en valeur le graphisme.
    Une vraie réussite, un divertissement de haute volée.

    Le 23/01/2018 à 20:09:41

    Après quatre années d’attente (!), la lutte sans merci entre le courageux détective-gentleman Ferdinand Straub et le diabolique DOCTEUR RADAR se poursuit.
    Alors, si le scénario de ce nouvel épisode présente encore quelques imperfections (notamment au niveau des intentions des personnages, qui sont trop vite mises à jour à mon goût), force est de constater que cette légère faiblesse est compensée par une ambiance plus terrifiante que jamais et par des machinations toutes plus spectaculaires et audacieuses les unes que les autres. Les personnages ont un côté très théâtral : que ce soit grâce aux plans machiavéliques de Radar, à la cruauté de ses complices, à l’intelligence et à la témérité de Straub, aux traits d’esprit de Pascin … on suit les péripéties de chacun avec beaucoup de plaisir.
    Mais bien sûr, tout ça ne vaudrait pas un clou si l’album n’avait bénéficié du trait étourdissant de Bézian, plus aiguisé et expressif que jamais. Un dessin atypique qui est clairement le point fort de l’album, et qui suscite une ambiance de terreur et d’angoisse bien en accord avec le scénario.
    Vivement la suite … et si possible pas dans quatre ans !

    Le 14/01/2018 à 18:59:01

    Après quatre ans d'attente, le voici enfin de retour, plus impitoyable que jamais : le Docteur Radar. Le criminel le plus intransigeant et le plus vil de l'entre-deux-guerres revient terroriser l'Europe pour assouvir sa soif de domination du monde. Et c'est en Italie qu'il continue à perpétrer ses crimes odieux.

    Frédéric Bézian est un personnage à part dans le monde de la bande-dessinée, plus esthète que la plupart de bon nombre des autres dessinateurs ; ce qui lui vaut parfois d'être considéré comme élitiste, voire snob (LES GARDE-FOUS). Son œuvre s'attache toujours plus à la narration visuelle et à l'esthétique de ses albums qu'à la structure proprement dite de ses histoires, et souffre souvent – à l'instar de celle d'un Druillet – de faiblesses scénaristiques (ALLER-RETOUR, LES GARDE-FOUS) qui peuvent le faire devenir pompeux par excès d'auteurisme. En revanche, lorsqu'il est secondé par un véritable scénariste, il produit des choses à la lisière de la perfection. On en veut pour preuve sa magnifique contribution à DONJON MONSTERS en 2006, ou encore sa première collaboration avec Noël Simsolo en 2004, lorsqu'ils publièrent ensemble ce chef-d’œuvre qu'est NE TOUCHEZ A RIEN.

    En 2014 est paru le premier tome de DOCTEUR RADAR (TUEUR DE SAVANTS) confectionné de mains de maîtres par ce même duo qui se retrouvait une décennie après NE TOUCHEZ A RIEN et basé sur une série radiophonique conçue par Simsolo au début des années 1990. Les intentions étaient claires : rendre hommage à un certain type de récits du début du siècle précédent ; FANTOMAS, DOCTEUR MABUSE, l'expressionnisme allemand et le cinéma muet en général ou encore l'Art déco.

    Ainsi, découvrait-on des planches véritablement impressionnantes et d'une puissance d'évocation vraiment exceptionnelle. Le seul problème venait du fait que l'histoire se terminait sans conclusion réelle, alors que l'album n'avait jamais été annoncé comme le premier tome d'une série à suivre. Sachant que Bézian n'est pas homme de séries, mais quelqu'un plutôt tourné vers les récits autonomes, la frustration a commencé à se faire sentir jusqu'au moment où, tout de même, le dessinateur a annoncé qu'il y aurait des suites, en alternance avec ses projets personnels. C'était il y a quatre ans, et enfin, en ce début d'année, est parue cette suite tant attendue.
    TERREUR EN ITALIE s'inscrit dans la continuité immédiate de TUEUR DE SAVANTS. L'album commence sur les chapeaux de roue par l'évasion de Mariana, la complice numéro un du Docteur Radar. Le lecteur est d'emblée replongé dans l'ambiance du tome 1 et le rythme reste soutenu jusqu'à la fin. La mise en couleur est toujours aussi élégante, mais semble contribuer moins directement que dans le précédent album à la narration. On pourra également regretter l'absence d'une grande séquence d'action aussi fabuleuse et magistrale que celle du train qui faisait l'ouverture du tome 1. Mais le scénario est toujours aussi dense, les péripéties se succèdent, et cependant, l'humour se voit accordé une part plus importante que dans TUEUR DE SAVANTS, notamment par le personnage de Pascin toujours aussi truculent (la scène du Colisée). Ce qui n'est pas à négliger.

    Le dessin de Bézian est évidemment toujours aussi impressionnant de maîtrise et si, à l'issue de la première lecture, on se sent un peu déçu du résultat (sans doute à cause de la longue attente de cette parution), la relecture permet d'apprécier l'album encore plus. Les relectures suivantes ajoutent encore à l'appréciation, et l'on se souvient que lors de la sortie de TUEUR DE SAVANTS, la sensation avait été la même. En somme, ce tome deux vaut le tome un. Et l'on espère grandement que le troisième volet sera aussi réussi. Tout ce que l'on souhaite est qu'il ne faudra pas attendre quatre longues années pour pouvoir le découvrir.
    Bonne lecture !

Toutes les éditions de cet album