Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Couverture de Chroniques de Roncevaux -1- La légende de Roland
©Glénat 2021 Landa, Juan Luis
Parution le 14/04/2021. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDfugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten
Album créé dans la bedetheque le 11/01/2021 (Dernière modification le 08/05/2021 à 17:44) par tchouckitchouck

Chroniques de Roncevaux

1. La légende de Roland

Une BD de chez Glénat - 2021

02/2021 (14 avril 2021) 58 pages 978-2-344-03856-7 Grand format 413668

Un orgueil aveuglant. Un drame retentissant.778. Charlemagne, conquérant des royaumes germaniques, souhaite désormais s'établir comme véritable «Défenseur de la foi du Christ». Face à l'Empire Islamique, il veut mettre en place une nouvelle ligne de front au sud des Pyrénées. Les troupes du plus puissant monarque que l'armée des Francs n'ait jamais connu se dirigent alors vers Saragosse dans le but de soumettre la grande ville du nord hispanique. Mais, trahi par les Sarrasins une fois sur place, la furie de Charlemagne le pousse à commettre l'erreur... Lire la suite

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (14 votes)

La Preview

29/03/2021 | 15 planches

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 13/01/2022 à 08:21:14

    J'ai entendu parler de la légende de Roland lorsque j'étais enfant. Il y a eu une bataille assez cruciale en 778 qui a été perdue par Charlemagne où son neveu Roland a succombé à Roncevaux en soufflant dans sa corne olifant. C'est l'image que j'en avais gardé sans rien savoir de plus.

    On va suivre par conséquent les mouvements de troupes de Charlemagne où un émir félon lui offre les clés de la ville de Saragosse en Hispanie occupée par l'empire islamiste. Il trouvera porte close devant la cité, l'émir ayant été remplacé entre-temps. Charlemagne attaquera alors sur son retour la ville navarraise de Pampelune avec succès. Cependant, c'est Roland constituant l'arrière garde de l'armée de Charlemagne qui subira une riposte sanglante dans la vallée encaissée de Roncevaux où il trouvera la mort avec d'autres nobles.

    La mort héroïque de Roland donnera lieu à un chant 3 siècles plus tard et surtout contribuera à sa légende. Ce qui est un peu incroyable, c'est qu'on m'avait appris lors d'un cours d'histoire que Roland luttait contre des sarrasins pour défendre la foi chrétienne alors qu'il s'agissait en fait de vascons également chrétiens ! Comme quoi !

    La BD relate fidèlement les faits de manière assez rigoureuse. Elle est bien construite avec différents protagonistes dans les trois camps en présence. Il manque un peu de chaleur car on ne s'attache pas trop aux personnages. J'ai cependant bien aimé l'un d'eux qui dit que la volonté de dieu ne peut être que les hommes tuent en son nom bien au contraire. Dommage que certains hommes n'ont pas entendu correctement cet appel à travers les siècles...

    Le 08/05/2021 à 12:16:21

    Très... bon dessin, une belle carte utile et qui plante bien le décor, une ambiance historique bien rendue, une période historique rarement abordée, de bons dialogues, pas de 'gentils et de méchants'. Je reconnais que seul pêche pour moi la couverture. A suivre.

    Le 01/05/2021 à 22:35:05

    Alors comme ça, les Saxons ne veulent pas se convertir au christianisme ? Charlemagne est là pour les convaincre qu’ils ont tort… Et le tort tue… Convertissez-vous mes frères ou mourrez… Le bon roi Charles est convaincu d’avoir été choisi par la main de Dieu ! (Bien avant Diego Maradona.) Il est le phare d’une chrétienté, malgré les très grandes turpitudes de sa vie privée. Une chrétienté qui souffre de la présence des païens au nord et à l’est, et de ces hérétiques de musulmans au sud qui dominent toute l’Afrique, une bonne partie de l’Orient, et le Mare Nostrum des Romains, la Méditerranée.
    Bien plus encore que Charlemagne, les soldats apprécient son neveu, Roland, un guerrier intrépide, d’un courage indomptable, prenant toujours plus de risques insensés.
    C’est alors qu’il est en pleine séance de conversions de païens à Paderborn que se présentent à lui des musulmans en la personne de Suleyman Ben Yaqzan Ibn Al-Arabi, gouverneur d’importantes cités du nord d’Al-Andalus. Il prétend venir en paix et lui offre les clés de la ville de Saragosse s’il soutient sa rébellion contre l’émir de Cordoue…

    Critique :

    Pour cet album-ci, l’Espagnol Juan Luis Landa joue les hommes-orchestres puisqu’il assure tout : scénario, dessin et mises en couleur. Un très grand soin est apporté au graphisme et à la mise en page. L’auteur a dû se dire qu’il valait mieux faire ce grand voyage tout seul plutôt que d’être mal accompagné… Et le résultat lui donne raison.
    Bien plus que Charlemagne, c’est Roland qui est mis en vedette en preux chevalier. Historique tout ça ? Ben, il y a du vrai dans le récit, quelques simplifications et puis une importance accordée au personnage de Roland que les textes de l’époque et du siècle suivant ne distinguent pas particulièrement des autres comtes. Ce sont les Croisades qui, bien plus tard, vont avoir besoin d’un personnage héroïque sans peur et sans reproche, tout dévoué à l’église catholique, et qui vont faire de Roland ce paladin défenseur de la chrétienté, le plus grand héros de l’ère de Charlemagne. Et comme les Français semblent préférer les glorieux perdants aux vainqueurs, Roland tué à Roncevaux en commandant l’arrière-garde de l’armée de Charlemagne qui rentre d’Espagne, va devenir une figure mythique du panthéon national aux côtés de Jeanne d’Arc et de Napoléon. (Rappelons que cela ne s’est pas trop bien fini pour chacune de ces figures encore aujourd’hui adulées par bien des citoyens de la république « Bleu-Blanc-Rouge ». Si ça fait mal quand j’appuie là-dessus, dites-le-moi ! Ah, encore une petite chose pour ceux qui l’ignoreraient, si ! si ! il y en a : Waterloo ne fut pas une victoire française, mais bien la défaite définitive de Napoléon et la fin de son empire. Mais je m’écarte du sujet…).

    Le récit de ce premier album s’achève sur un moment très fort, engendrant un suspense insoutenable et il nous faudra sans doute patienter un an avant de connaître la suite. Les Francs vont-ils réussir à prendre Saragosse ??? Que ceux qui connaissent l’histoire ne caftent pas pour ne pas briser ce suspense insoutenable !

    Encore une petite observation historique : si le Pape approuva la campagne contre les Sarrasins, il aurait préféré que Charlemagne vienne s’occuper des païens qui en Italie menaçaient le trône de Saint-Pierre. Donc, contrairement à ce que rapporte la BD, ce n’est pas un enthousiasme délirant dans la papauté quand Charlemagne se rend dans la péninsule ibérique car il était le seul en mesure de lever les menaces sur Rome. Eh puis, les raisons religieuses invoquées par Charlemagne ont bon dos…

    Une très intéressante et agréable bande dessinée qui vaut la peine d’être lue tout en se renseignant quelque peu sur les aspects historiques. Tout n’est pas à prendre au premier degré. Ce n’est pas un livre d’histoire. D’ailleurs, ces « jentils » sortis de sous terre, cela a un côté plus heroic-fantasy qu’historique.

Toutes les éditions de cet album