Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Le château des Animaux -1- Miss Bengalore
©Casterman 2019 Dorison/Delep
Parution le 18/09/2019. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten
Album créé dans la bedetheque le 31/08/2019 (Dernière modification le 27/04/2020 à 21:00) par tchouckitchouck

Le château des Animaux

1. Miss Bengalore

Une BD de et Félix Delep chez Casterman - 2019

09/2019 (18 septembre 2019) 66 pages 978-2-203-14888-8 Grand format 373421

Rire, c'est déjà ne plus subir. Quelque part dans la France de l'entre-deux guerres, niché au coeur d'une ferme oubliée des hommes, le Château des animaux est dirigé d'un sabot de fer par le président Silvio... Secondé par une milice de chiens, le taureau dictateur exploite les autres animaux, tous contraints à des travaux de peine épuisants pour le bien de la communauté... Miss Bangalore, chatte craintive qui ne cherche qu'à protéger ses deux petits, et César, un lapin gigolo, vont s'allier au sage et mystérieux Azélar, un rat... Lire la suite

  • Currently 4.62/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (107 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 11/02/2020 à 11:06:59

    Inspiré de la ferme des animaux de G. Orwell, cet album est magnifique tant sur le plan des graphiques que sur le scénario. Les auteurs arrivent à se détacher du livre de Orwell pour nous proposer un très bon récit. Dans un moment de recrudescence des régimes autoritaires un peu partout dans le monde, on nous rappel comment la sécurité peut-être instrumentalisée par une poignée d'élite pour s'accaparer du pouvoir et pour s'y maintenir. Le seul bémol, les bulles sont trop chargées de textes. Pour introduire un maximum de textes dans les bulles, on se trouve face à des tailles de polices un peu réduites, ce qui handicap la lecture et par leurs emplacements les bulles perturbent parfois les belles images. Néanmoins, un grand merci aux deux auteurs de nous proposer un album qui rejoint l'actualité politique du moment...

    Le 19/01/2020 à 18:48:01

    Très bon album, je n'ai rien à redire sur les dessins qui donnent un style à l'oeuvre.
    Vivement la suite !

    Le 14/01/2020 à 23:46:56

    C'est un bon album, avec une histoire bien racontée mais qui n'est pas assez aboutie à mon goût. Il manque quelque chose qui ferait adhérer à cette histoire, qui revisite la fameuse oeuvre de George Orwell.
    Quant au dessin, il est bon mais lui aussi pas assez abouti, et ressemble trop à du Disney. A suivre pour voir ce que donnerons les prochains tomes.

    Le 15/12/2019 à 21:51:59

    On ne s'attendait vraiment pas à voir Dorison se balader aussi aisément sur ce genre de terrain. Il nous livre là une fable animalière en écho à notre société. Il traite ainsi, par l'intermédiaire d'un cadre aux aspects légers, d'un thème fort, profond, voir même cruel : "Rendre visible l'injustice, faire cesser la peur". On s'identifie très facilement, nous et notre société aux animaux et à leur château.
    Le dessin de Delep est juste incroyable avec des animaux aux aspects caricaturaux et aux gueules expressives à souhait. Leurs situations et mises en scène sont elles aussi travaillées, avec des découpages et des cadrages qui les mettent en valeur.
    La mise en couleur aux tons doux et légers, facilite notre immersion dans l'univers pour très vite se contraster avec la puissance du récit et aux enjeux qui en découlent.
    Seul point négatif, la taille de la police des textes parfois minuscule, qui fatigue le lecteur et ralenti le rythme. Pourquoi ce choix ? Peut être du fait que la série est publié en parallèle sous forme de gazette en très grand format, et que l'adaptation de ce grand format en album standard cartonné, a eu pour effet de disproportionner les textes... Bref un petit point négatif vite oublié tant le reste est maîtrisé.
    La série prévue en 4 tomes, nous laisse clairement à penser que le chemin sera long pour les animaux et leur quête anti-républicaine, qui vise à renverser le pouvoir. Et tant mieux pour nous, car on aura du coup l'occasion de rester plus longtemps en leur agréable et divertissante compagnie.

    Le 25/11/2019 à 10:05:08

    Un gros coup de cœur ! Même si certains vont dire que c’est pompé sur l’ouvrage de George Orwell, moi j’ai vraiment adoré et je prends plus cela comme un hommage des auteurs plutôt que comme une vulgaire copie !

    Quelle joie de retrouver l’imagination de Xavier Dorison que j’avais découvert avec Le maître d’armes ! C’est également l’occasion de découvrir la griffe de Félix Delep qui signe ici sa première BD !

    Et l’histoire alors ça donne quoi ? Ici, on a affaire à une véritable fable politique, qui met en lumière un pouvoir autoritaire mais également la liberté et l’espoir de voir naître une révolution… Le récit est très bien ficelé avec d’un côté les dominants, de l’autre les dominés. Les auteurs ont eu le bon goût d’y glisser des références historiques mais également culturelles, c’est très finement amené et très bien fait ! Le ton de ce premier tome est très noir et violent, d’ailleurs le lecteur n’est pas ménagé, la scène du massacre est poignante et révoltante…

    Côté dessins, on ne peut que souligner le talent de Félix Delep. Déjà il faut reconnaitre la beauté de la cover, elle attire l’œil et il y a un véritable jeu de lumière. Que dire des planches intérieures ? Là aussi, on ne peut être que séduit, le dessinateur arrive à donner vie aux animaux, à refléter leur caractère et personnalité. L’utilisation des couleurs sombres et grisâtres est très maline, elle permet de donner quand il le faut un côté encore plus sordide dans certaines scènes… Bref, sur le plan visuel c’est très réussi !

    Je pense que l’on tient là une série prometteuse et il me tarde d’avoir le second tome entre les mains !

    Le 25/11/2019 à 07:35:21

    Ce premier tome de Xavier Dorison et Félix Delep ouvre en beauté une série prévue comme une tétralogie. D’emblée, elle se place sous le patronage d’Orwell tant par le titre choisi que par l’avant-propos. Mais loin d’être une nouvelle adaptation - après celle de Jean Giraud et Marc Bati parue en 1985 - de ce roman paru en 1945 qui s’attaquait principalement au stalinisme, il s’en affranchit en élargissant le propos et s’attaque à tous les totalitarismes. C’est sans doute la raison pour laquelle les cochons si importants dans l’œuvre du romancier britannique ne sont ici que de simples figurants domestiques du tyran.

    Les personnages principaux, comme le montre la superbe couverture, sont donc Sylvio le taureau et Miss Bengalore la petite chatte blanche. Le premier présenté « en majesté » en contre plongée, encadré par de lourdes draperies occupe le centre du tableau : les lignes de fuite constituées par sa garde de molosses faisant converger le regard sur lui. Il semble dominer de sa masse noire (ceci est encore plus patent sur le visuel de couverture de l’édition de luxe) le frêle félin qui se trouve à ses pieds. Son sabot, et ses cornes paraissent démesurés. Il incarne véritablement la force. Mais une lecture symbolique peut se superposer à cette confrontation en apparence défavorable à la petite chatte : le carrelage en damier blanc et noir rappelle le plateau du jeu d’échecs et à la force physique va s’opposer la force intellectuelle puisque bien sûr, le Roi y a une valeur bien moindre que la dame !

    L’album se place en effet également dans la lignée des fables et Dorison montre à l’instar de La Fontaine que « si la raison du plus fort est toujours la meilleure », l’art peut en triompher ! Et c’est là que réside la véritable originalité de cet album. Il ne se contente pas de dénoncer la dictature (ce qui n’aurait pas grand intérêt car c’est un sujet plutôt consensuel !) mais de montrer comment on peut lutter contre elle : l’album rend véritablement hommage aux artistes grâce au personnage du rat Azelar. Miss B. qui ne pensait jusque-là qu’à survivre et à assurer difficilement la pitance de ses deux chatons découvre, grâce à lui, à la fois le pouvoir de l’ironie (le rat se moque des molosses de Sylvio en faisant semblant de respecter à la lettre le protocole et en leur faisant chanter l’hymne à la gloire du président Silvio) et l’histoire de Gandhi. Grâce au mime, elle comprend qu’une autre voie peut s’ouvrir à qui veut combattre les dictatures : celle de la non-violence. Son patronyme indien qui paraissait jusque-là surprenant revêt ainsi tout son sens : à l’instar du « fakir » présenté dans le spectacle qui l’a bouleversée, elle va se dresser de façon pacifique contre les iniquités et la violence aveugle de Silvio et ses molosses.

    Pourtant, l’album, si engagé soit-il, n’a rien d’un pensum et il est très drôle. Ce, grâce aux dialogues certes mais également grâce à la galerie de personnages mis en scène par Félix Delep dont c’est le premier album. Dans un graphisme étonnamment maîtrisé pour un premier opus, il nous présente des héros à la fois très travaillés, à la manière de Claire Wendling, et également très cartoonesques. Si l’héroïne est Miss B, ce sont les personnages secondaires qui donnent tout le sel à la bande dessinée : mention spéciale à César le chaud lapin à la chevelure gominée et la moustache qui frise, à Azov le chef de la garde prétorienne de Silvio au regard torve et à son n°2 Boris qui ne rêve que de « devenir calife à la place du calife » et fait toujours la gueule ! Ce qui à chaque fois est savoureux, ce sont les expressions très humaines dont sont dotés les animaux. On y retrouve des influences des dessins animés de Disney « les Aristochats » pour l’héroïne bien sûr mais surtout du « Robin des bois » de Reitherman ainsi que des références au « Brisby et le secret de Nimh » de Don Bluth. On soulignera aussi le découpage très dynamique avec une alternance de somptueuses pleines pages qui posent le décor et de cases parfois verticales et même diagonales et multipliées lorsque le rythme s’accélère. On évoquera également le soin apporté aux cadrages avec des inserts ou des angles de prise de vue inattendus et un gaufrier revivifié qui abandonne les classiques trois bandes. On notera enfin les superbes couleurs symboliques réalisées à quatre mains avec Jessica Bodard : douces lors des scènes intimes parfois presque monochromatiques lors des scènes crues de violence extrême.

    Un premier tome extrêmement riche donc tant dans la narration que dans l’expression qui aura mis plus de deux ans à être réalisé et qui a vocation de devenir un classique au même titre que « La bête est morte » de Calvo ou le « Maus » de Spiegelman ! Un très bel ouvrage, plus drôle et plus optimiste que l’œuvre dont il s’inspire, à lire de préférence dans la version de luxe grand format qui rend pleinement justice aux inventions graphiques de Dorison et à la beauté du trait de Delep.

    Le 08/11/2019 à 12:20:11

    Pas mal. L'histoire est bien menée, bien dessinée et assez captivante. Je suis pourtant gené par la reprise explicite de l'oeuvre d'Orwell tout en en changeant complètement la philosophie. Dans Animal Farms les deux cochons Napoleon et Boule de Neige représentent Staline et Trotsky. Le roman critique en réalité l'hypocrisie du socialisme qui prétend agir dans l'interet de tous les animaux et qui à la fin se termine par leur asservissement et à l'appauvrissement de la ferme.

    Le 03/11/2019 à 23:16:09

    La Ferme des Animaux de Orwell est certainement l'un des livres qui m'a le plus marqué dans ma vie de lecteur.
    plus encore que 1984.
    c'était il y a maintenant plus de 30 ans et pourtant je m'en souviens comme si c'était hier.
    il faut dire que l'étude des différents systèmes totalitaires est l'un de mes plus grand centre d’intérêt.
    tout cela pour dire que je ne pouvais pas passer à coté de cet album.
    le scénario est tout à fait dans la ligne de Orwell et se lit avec grand plaisir.
    les dessins sont très bons à défaut d'être parfaits.
    les expressions sont très bien rendues.
    les couleurs sont dans l'ensemble bien adaptées.
    seul gros bémol pour moi, et peut être seulement pour moi malheureux presbyte, la taille des caractères sur certaines planches.
    c'est la première fois que je dois utiliser une loupe pour déchiffrer certaines phrases.
    autant je comprend l'idée autant j'ai eu du mal à lire et à finir l'album.
    à tel point que si la suite est du même acabit il me sera inutile de l'acheter car mon plaisir sera gâché.
    bref, une très bonne BD mais réservée à des lecteurs ayant de bons yeux.

    Le 20/10/2019 à 15:09:53

    C'est un bon album en effet, avec 65 planches et une histoire qui tient en halène, le scénario est impeccable. Un très bon rendu de l'oeuvre d'Orwell. Je n'ai aucun commentaire supplémentaire à apporter de ce côté.

    Je dirais une bonne adaptation mais ce n'est pas pour cela qu'elle mérite 5 étoiles. D'après mon opinion et avec l'ensemble des bandes dessinées et livres que j'ai déjà lus, le simple fait d'une adaptation n'est pas une totale création artistique, ça c'est déjà très dommage. Ensuite au niveau du dessin, je pense que dessiner des animaux est certainement plus simple que de dessiner des visages, des physionomies, des personnages avec des caractères faciaux. Les animaux ne sont-ils pas une base dans l'apprentissage du dessin ? Toujours sur le dessin, je ne le trouve pas assez abouti, ça ressemble parfois un peu à du Disney au niveau des expressions mais pas assez travaillé à mon goût. Enfin je trouve que l'album manque foncièrement de couleurs. Très loin du chef-d’œuvre pour cet épisode et aux antipodes des Indes Fourbes.

    Ce n'est que mon opinion.

    Le 18/10/2019 à 20:55:17

    je plussoie l'avalanche de 5 étoiles.
    A avoir dans sa collection. Un très bon moment, que l'on peut aussi exporter à ses ados / enfants pour les convertir à la BD (oui, ça existe).

    Le 29/09/2019 à 15:58:55

    Attention, chef d’œuvre en approche !

    Une adaptation (ou peut-être une suite) d'un roman (La ferme des animaux) d'un certain George Orwell datant de 1945.

    Peu importe en fait, puisque l'histoire est passionnante et accompagnée d'un dessin absolument somptueux. Ce qui fait de cette introduction l'une des attractions de l'année en BD de mon point de vu.

    Sur fond de servitude où la liberté se paie une nouvelle fois au comptant, le scénario n'épargne rien aux protagonistes de cette sinistre fable qui vont devoir s'unir et faire preuve d'imagination et de courage pour inverser l'ordre des choses.

    Dure, poignante et enivrante, l'histoire et le dessin de cet album interdisent de le laisser dans les bacs.

    Lecture indispensable !

    Le 26/09/2019 à 12:38:36

    Je me fatigue rarement à mettre un avis pour une bande dessinée. Mais là j'y suis obligé ! Précipitez-vous ! Il s'agit d'un chef-d'œuvre, il ne faut pas passer à travers. Je ne rentre dans aucun détail que ce soit couleur, graphisme, scénario, maquette,… Une grande grande grande réussite, bravo aux auteurs.

    Le 24/09/2019 à 23:54:45

    Mon Bdealer m'avait dit qu'il était passé au travers ! Et je lui avais répondu texto: «t’inquiètes, tu verras, c'est une énième bd animalière ; certes ; mais remarquable… ». Maintenant qu'il l’a sous les yeux, je m’explique :
    Bon, on avait déjà remarqué Xavier Dorison avec "undertaker" (Western avec Ralph Mayer) et "Long John Sylver"(Pirate avec Mathieu Lauffray) et puis on s’est fait attraper par "Aristophania" (fantaisie avec Joel Parnotte) dont le deuxième tome sera en boutique à la fin du mois d'octobre...
    Mais revoilà notre bonhomme qui se pointe, l’air de rien, avec Felix Delep au pencyl pour nous adapter la fameuse fable politique d’Orwell ; à sa sauce :
    Les cochons de l’œuvre inspiratrice ont laissé la place à Sylvio le taureau totalitaire. Il est ici aussi secondé par sa milice de chiens cruels et féroces. Et puis on découvre Miss Bengalore, une chatte aussi blanche que le bovin est noir. Elle est accompagnée de César : le gigolo de ces dames -un lapin, donc- et Azelar : le rat Gandhi … La galerie de la ferme originelle c’est donc étoffée, et c’est tant mieux parce que pour le coup, voilà un « petit nouveau » dessinateur plus que remarquable dans le registre animalier. « Je me suis inspiré de la grande Claire Wendling » nous dit-il ! Sans doute !, mais pas seulement : car en sus de ses illustrations expressives, les décors, les cadrages ou la mise en scène, tout nous laisse entrevoir un grand et brillant avenir à cet illustrateur, Felix Delep pour le plaisir de le nommer une nouvelle fois.
    Un grand WAOU donc.

    Le 24/09/2019 à 14:38:02

    Les dessins de Félix Delep sont somptueux, tout spécialement les têtes des animaux expressives au possible. J’ai pris un grand plaisir à feuilleter encore et encore ce premier tome une fois sa première lecture terminée. Un petit bijou graphique où même la grandeur de la police s’harmonise parfaitement avec l’action (parfois elle est un peu petite).

    La condition humaine est très bien résumée dans ce premier volume où l’on retrouve un Xavier Dorison au mieux de sa forme. Les pires sentiments s’expriment et chacun cherche sa place dans cette dictature, mise en place par le taureau Silvio, dont une bande de chiens, sorte de milice, se sent la dépositaire. Le courage, la lâcheté, le mépris, la fourberie, l’entraide, la dérision et je ne sais encore combien de sentiments s’expriment au fil des pages.

    Impossible de s’empêcher de penser aux grands dictateurs comme Adolf Hitler, Joseph Staline, Antonio Pinochet, François Duvalier, Idi Amin Dada ou encore Jean-Bédel Bokassa qui utilisèrent les différentes ficelles mises en exergue dans « Le château des animaux ». Asseoir son autorité en utilisant la crédulité et la peur des foules en promettant la sécurité et le bien-être, chaque démocratie a au fond-elle cette gangrène qui la ronge. En croyant se débarrasser d’un mal, dans cette BD les hommes, on s’en crée un autre pire encore.

    C’est drôle comme la certitude de posséder la vérité et de vouloir imposer ses idées, sans essayer de comprendre l’autre, nous fracassent contre des murs d’absurdité. Ce n’est pas un homme, ou ici un taureau, qui bâtit une dictature, il s’agit d’une oeuvre collective.

    Je n’ai aucun scrupule à élever cette BD à la hauteur de chef d’œuvre et je suis certain que George Orwell approuverait de vive voix s’il était encore parmi nous.

    Le 23/09/2019 à 19:03:53

    "Le château des animaux" est atypique et visuellement magnifique.
    Atypique car il s’agit d’une fable pour adultes mettant en scène de simples animaux de ferme. Un monde étrange dans lequel les humains existent mais sont – quasiment – absents.
    Les animaux sont bien caractérisés sans être anthropomorphes. C’est un parti pris plutôt original des auteurs. La plupart des personnages conservent donc leur apparence animale, sans habits, ni mains ou autres accessoires. En fonction des situations, ils peuvent néanmoins marcher debout ou tenir des objets dans leurs pattes. C’est étonnant mais ça fonctionne.

    Côté graphisme c’est absolument superbe. Visages, ambiances et décors sont expressifs, détaillés et l’usage de la caricature est parfaitement dosé. Félix Delep, dont c’est la 1° œuvre, frappe fort et coche toutes les cases d’un futur grand de la BD !

    Dans ce tome d’introduction l’intrigue est encore peu développée. Tous ces animaux sans défense, confinés dans l’enceinte d’un château abandonné, survivent sous le joug d’un taureau despotique et de sa milice de chiens aux ordres. Tyrannisés, impuissants, exploités, ils vont amorcer une tentative de libération…
    Le récit de Xavier Dorison est solidement mis en place grâce à une écriture intelligente et soignée.
    Bref, c’est très très bien parti pour la série !

Afficher encore 11 avis

Toutes les éditions de cet album

  • Le château des Animaux -1- Miss Bengalore ©Casterman 2019 Dorison/Delep

    1 . Miss Bengalore

    Info édition : Noté "N001" au 4e plat.

    Albums composant l'intégrale :

  • Le château des Animaux -1TT- Miss Bengalore ©Casterman 2019 Dorison/Delep

    1TT . Miss Bengalore

    Info édition : Tirage limité à 3.000 exemplaires accompagné d'un ex-libris numéroté. Format 373 x 283 mm. Avec 8 pages de croquis en fin d'album.

    Albums composant l'intégrale :