Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Ces jours qui disparaissent
©Glénat 2017 Le Boucher
Parution le 13/09/2017. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur PriceMinister
Album créé dans la bedetheque le 20/06/2017 (Dernière modification le 20/12/2017 à 22:40) par nubuc

Ces jours qui disparaissent

Une BD de chez Glénat (1000 Feuilles) - 2017

09/2017 (13 septembre 2017) 190 pages 978-2-344-01332-8 Autre format 306142

Que feriez-vous si d’un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle... Lire la suite

  • Currently 4.43/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (30 votes)

La Preview

07/09/2017 | 10 planches

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 12/01/2018 à 09:46:09

    Le problème avec ce genre de scénario est le même que pour ceux de voyage dans le temps; il y a toujours des invraisemblances à soulever. Comme pour le film "Un jour sans fin" avec Bill Murray, je me demande ce qu'il arriverait si Lubin passait une nuit blanche?
    Pour moi aussi il aurait fallu plus creuser l'intrigue révélée à la finsur sa double personnalité selon laquelle elle serait née à la mort de ses parents (et donc que le 2e Lubin est le vrai Lubin). Vrai ou faux, elle est restée en suspend... Cette révélation m'a plu, et la fin aurait due tourner autour de ça. Ce n'est que mon opinion personnelle!

    Le 10/01/2018 à 18:03:42

    Et si les véritables qualités de "Ces jours qui disparaissent" ne résidaient pas vraiment dans son scénario - fantastique conceptuel bien dans l'air du temps - ni dans son graphisme - ligne claire et légèreté -, mais bien dans l'état dans lequel ce livre nous met, dans l'abîme de pensées (et de sensations) qu'il ouvre devant nous ?

    La première partie du livre de Thimothé Le Boucher est divertissante, un peu intrigante, mais franchement pas follement passionnante, ni originale (on peut penser par exemple au film "les jours où je n'existe pas" datant de 2002), et sa lecture ne dépasse pas le niveau de plaisir standard de la plupart des BDs actuelles : bien écrit, bien dessiné, le récit ronronne un peu, en dépit des efforts - peut-être d'ailleurs même un peu forcés - que Le Boucher fait pour le singulariser, en jouant la carte d'un mélange très actuel des genres et des races, et pour rendre ses personnages plus originaux en en faisant des artistes d'un spectacle à la limite du cirque...

    Mais tout cela change radicalement lorsque débute l seconde partie de "Ces jours qui disparaissent", où notre héros se voit emporté dans un cycle de plus en plus extrême de disparitions, au point que toute sa vie finisse par lui être enlevée. Le jeu conceptuel se mue alors en véritable tragédie métaphysique, d'une force et d'une profondeur que le lecteur ne soupçonnait pas : impossible de ne pas s'accorder régulièrement des pauses durant la lecture, pour s'interroger soi-même sur sa propre existence, et surtout sur la nature de sa relation avec ceux qu'on aime et qui nous aiment. "ces jours qui disparaissent" s'apparente alors à un long cauchemar particulièrement douloureux et surprenant, dont la conclusion ne peut être, on le sent rapidement, qu'atroce. Et si Le Boucher rajoute en fin de parcours deux twists particulièrement intelligents, la force de ces artifices scénaristiques n'est pas qu'ils sont "malins" (même s'ils le sont...), c'est qu'ils ajoutent encore un niveau plus élevé de vertige existentiel. On referme donc "Ces jours qui disparaissent" avec le sentiment d'avoir vécu une véritable "expérience" intime, chose rare et qui mérite donc de recommander chaudement la lecture de ce livre différent, quelles que soient les petites réserves qu'on pourrait avoir ça et là, en particulier sur le graphisme un peu trop plat.

    Le 25/12/2017 à 18:17:56

    J'ai eu envie de lire ce one- shot pour deux raisons : d'une part il est présent dans la sélection officielle d’Angoulême 2018, et d'autre part, je n'ai lu que de très bonnes critiques sur ce livre.
    Pour une fois, je ne vais pas me joindre au concert des louanges lues ici ou là, mais j'ai vraiment l'impression d'être passé à côté de quelque chose.
    L'idée de départ est certes très bonne (Lubin, le héros, ne vit qu'un jour sur deux) mais là où je m'attendais à tomber sur une histoire simplement fantastique, le scénario oriente le lecteur vers des doutes (Lubin est-il schizophrène ou disparait-il vraiment?) qui se dissipent vers le milieu de l'album.
    Si le dessin de Timothé Le Boucher est bon (il lorgne un peu sur le style de Bastien Vivès, je trouve), j'avoue avoir un peu décroché vers la fin , avec la description d'un monde futuriste qui m'a laissé perplexe (si quelqu'un peut m'expliquer le personnage de la femme à barbe, vers la fin, je suis preneur)
    A vrai dire, je crois que je n'ai pas compris grand chose à l'histoire.

    Je sais que beaucoup vont aimer ce one- shot, très original, dans lequel on voit le héros vieillir (assez rare dans le domaine de la bd), et qui interroge le lecteur sur le sens de la vie, ses priorités...mais pour ma part, je suis passé à côté.

    Le 23/12/2017 à 23:02:24

    out le monde a trouvé cet album génial. J'ai pas du tout comprendre. je me suis plutôt ennuyé et je fus bien content d'arriver a la fin de ces interminables 200 pages... Une déception.

    Le 20/12/2017 à 16:27:08

    Un très beau titre, pour une bd très réussie. Une des meilleures de l’année selon notre classement !
    Le scénario est époustouflant. Nous sommes pris par l’histoire de ce jeune acrobate qui souffre d’un dédoublement de personnalité. Au-delà des questions profondes que posent ce récit, nous sommes saisis par la force narrative que met en place ce jeune et talentueux scénariste, dessinateur, coloriste : Timothé Le Boucher. C’est remarquable de constater une telle maîtrise chez un si jeune auteur. A suivre.
    https://www.mediatheque.mc

    Le 12/11/2017 à 10:50:36

    Un scenario d’une grande richesse, diablement efficace, extrêmement bien orchestré, intelligent et cohérent, dont la chute est une merveille.

    En revanche cette intensité narrative n’est guère servie par le dessin ; bien que très correct, le trait est d’un style plutôt insipide qui m’a laissé un goût de platitude un peu décevant. Loin de moi l’idée d’accabler un auteur aussi talentueux que T. Le Boucher mais des décors plus aboutis, un peu de profondeur, des expressions moins figées auraient pu apporter à cet album la dimension du chef d’œuvre !..
    A lire absolument.

    Le 22/10/2017 à 20:08:52

    Magnifique lecture que cet album ! C'est un récit d'une rare qualité. 
    Nous suivons donc le héros, Lubin, jeune homme installé dans une vie dans laquelle il exerce sa passion qui, un jour va "perdre" une journée de sa vie. Dès lors, devant ce fait peu commun, il va chercher à comprendre ce qu'il se passe et c'est là que l'intrigue se développe. 
    Le récit est composé avec justesse, une justesse rare. On a l'impression que chaque détail de l'histoire est réglé au millimètre. Le lecteur ne peut qu'apprécier tout le travail de l'artiste sur le scénario. On y trouve une grande richesse, tant sur la trame de l'histoire que dans tout le background des personnages et de chaque époque. 
    Le lecteur pourra y trouver, à souhait, des analogies sur la vie de chacun, une fable sur le changement, l'histoire d'un traumatisme, une grande histoire d'amour, un récit d'anticipation, une chroniques médicale mais pour moi, c'est un peu de tout ça en même temps voire encore plus, tellement l'histoire est riche. Le travail de scénariste et de mise en scène de ce bouquin est gi-gan-tesque.  
    Le trait du dessin est léger, pur. Très appréciable dans ce contexte. Ce n'est pas un style que j'apprécie particulièrement mais il accompagne parfaitement le héros tout au long de sa vie et le lecteur tout au long du livre. 
    Ce bouquin est certainement un des meilleurs que j'ai pu lire et je vous le conseille 1000 fois ! 

    Le 22/10/2017 à 17:52:58

    Excellente histoire qui m'a vraiment embarqué. Le final est inattendu. Une très belle surprise et découverte que cette oeuvre. Les dessins sont en plus vraiment beaux. De la poésie tout en intrigue et mystère. Bravo à Timothé le Boucher !

Afficher encore 4 avis

Toutes les éditions de cet album