Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Au revoir là-haut
©Rue de Sèvres 2015 Lemaitre/De Metter
Parution le 07/10/2015. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur Rakuten Version numérique : Acheter sur Izneo
Album créé dans la bedetheque le 18/09/2015 (Dernière modification le 29/11/2018 à 07:20) par tchouckitchouck

Au revoir là-haut

Une BD de et Christian De Metter chez Rue de Sèvres - 2015

10/2015 (07 octobre 2015) 159 pages 978-2-369-81199-2 Format normal 255481

1919. Au sortir de la guerre, la société française peine à ménager une place aux anciens poilus devenus encombrants, et les trafics les moins glorieux vont bon train. Albert Maillard, modeste comptable qui a sauvé la vie d'Édouard Péricourt, jeune fils de bonne famille, juste avant la fin des combats, tente de les faire vivre de retour à Paris. Édouard, défiguré, refuse de reprendre contact avec les siens et imagine une gigantesque arnaque à la nation pour tenter de se projeter dans une vie nouvelle, ailleurs.

  • Currently 4.03/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (31 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 27/09/2016 à 20:05:06

    Dessin magnifique et qui retranscrit parfaitement les évocations de l'époque et de ses tourments comme c'est perceptible dans le roman. Mais des raccourcis, voire des détournements de l'histoire originale qui m'ont vraiment déplu.
    Les non lecteurs du roman devraient adorer mais ceux qui en ont goûté tous les détails devraient être très déçus.
    Adapter en BD, ce ne devrait pas nécessairement abréger ou rapetisser.
    J'espère qu'il n'en ira pas de même avec le film à venir.

    Le 06/01/2016 à 23:05:33

    Je n'ai pas lu le livre. Une certaine méfiance face au mot Goncourt sans doute. Mais là je crois que je vais m'y mettre. L'histoire vue à travers la BD est captivante, émouvante, complexe et bien rythmée à souhait. Le bien le mal, la complication de l'âme humaine, tout est palpable, concret. Petit bémol sur la fin, qui se prêtait sans doute plus à la narration écrite que dessinée.
    Quant au dessin justement, superbe, que du plaisir...

    Le 25/10/2015 à 10:47:12

    Je n'ai pas lu le livre et serai probablement amené à le faire prochainement. La BD est excellente et il est dommage qu'elle recueille si peu de suffrages parmi les abonnés de BDGest' (6 "votes" à ce jour). Le dessin est remarquable, ainsi que les couleurs qui sont parfaitement adaptées aux situations.
    La description des personnages est parfaite, les principaux certes, mais également les "seconds" rôles, tels la femme et le beau-père de Pradelle.
    Quelques interrogations pour ceux qui n'ont pas lu le livre : pourquoi Marcel s'éloigne-t-il de Louise et va-t-il au Lutétia sans elle ? son absence est-il la cause de son suicide ? Le père reconnait-il son fils sur le capot de sa voiture ? Il est bien sûr impossible de restituer toutes les situations et les sentiments des personnages mais cela ne peut qu'inciter à découvrir le livre qui a servi de base à la BD.

    Le 12/10/2015 à 14:00:16

    Édouard Péricourt : très dur d’être un homosexuel rejeté par son père, membre éminent de la haute bourgeoisie, d’avoir le bas de la mâchoire arraché lors des derniers jours de la guerre en sauvant un camarade et de dépendre de lui pour survivre.
    Marcel Péricourt : difficile pour un père d’avoir rejeté son fils unique et d’apprendre sa mort. Tout aussi difficile de se remettre en question et d’essayer de lui rendre justice en finançant un monument aux morts.
    Lieutenant Henri d'Aulnay-Pradelle : compliqué pour un fils de bonne famille ruiné de retrouver la gloire d’antan en se lançant dans une escroquerie aux exhumations de soldats tués sur le champ de bataille.
    Madeleine Péricourt : humiliant d’épouser un ex-lieutenant arriviste, cruel et coureur.
    Albert Maillard : effrayant d’être le témoin d'un crime du lieutenant Henri d'Aulnay-Pradelle qui envoie deux soldats à la mort. Celui-ci poussera Albert dans un trou d’obus où un éboulement l’enterrera vivant. Il ne devra la vie qu’à Édouard Péricourt.
    Voici les protagonistes de ce fabuleux roman, prix Goncourt 2013. Qui sont les plus ignobles ? Henri d'Aulnay-Pradelle avec une escroquerie aux exhumations de soldats ou Édouard et Albert avec une escroquerie aux monuments aux morts ? Henri est un être abject alors que les deux amis sont poussés à une extrémité par les circonstances de la vie. Cela ne les absout pas pour autant, mais l’ après-guerre est compliquée, car tout le monde veut revivre et oublier les sacrifices. On se voile la face pour ne pas voir le désespoir de tous ces hommes qui ont affronté les privations, la peur et l’angoisse.
    Le roman est vraiment fabuleux. La BD a su rendre l’atmosphère du livre et les faits principaux sont tous présents. J’ai adoré la mère d’Albert Maillard, petit personnage qui arrive, avec ses réflexions, en surimpression de certaines cases. Elle est tel un fantôme et cette idée rend bien celle du livre où Albert est poursuivi par le souvenir de sa mère. Par contre, ayant lu le roman je ne saurais dire si une personne ne l’ayant pas lu aimerait la BD et/ou comprendrait la trame de l’histoire. Moi, j’adore.

Toutes les éditions de cet album