Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Astérix -37- Astérix et la Transitalique
©Les Éditions Albert René 2017 Ferri/Conrad
Parution le 19/10/2017. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur PriceMinister
Album créé dans la bedetheque le 17/10/2017 (Dernière modification le 21/04/2018 à 22:46) par nubuc

Astérix

37. Astérix et la Transitalique

Une BD de et Didier Conrad chez Les Éditions Albert René - 2017

10/2017 (19 octobre 2017) 45 pages 978-2-86497-327-0 Format normal 313357

Les personnages créés par les deux génies du 9e art Albert Uderzo et René Goscinny sont de retour ! Après Astérix chez les Pictes et Le Papyrus de César, Astérix et Obélix reviennent dans Astérix et la Transitalique, le nouvel album signé par les talentueux Jean-Yves Ferri et Didier Conrad. N'en déplaise à Obélix, les Italiques, les habitants de l'Italie, ne sont pas tous des Romains, au contraire ! Les Italiques tiennent à préserver leur autonomie et voient d'un mauvais oeil les vélléités de domination de Jules César et ses... Lire la suite

  • Currently 3.23/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (84 votes)

  • Astérix -1- Astérix le gaulois

    Tome 1
  • Astérix -2- La serpe d'or

    Tome 2
  • Astérix -3- Astérix et les Goths

    Tome 3
  • Astérix -4- Astérix Gladiateur

    Tome 4
  • Astérix -5- Le tour de Gaule

    Tome 5
  • Astérix -6- Astérix et Cléopâtre

    Tome 6
  • Astérix -7- Le combat des chefs

    Tome 7
  • Astérix -8- Astérix chez les Bretons

    Tome 8
  • Astérix -9- Astérix et les Normands

    Tome 9
  • Astérix -10- Astérix Légionnaire

    Tome 10
  • Astérix -11- Le bouclier Arverne

    Tome 11
  • Astérix -12- Astérix aux jeux Olympiques

    Tome 12
  • Astérix -13- Astérix et le chaudron

    Tome 13
  • Astérix -14- Astérix en Hispanie

    Tome 14
  • Astérix -15- La zizanie

    Tome 15
  • Astérix -16- Astérix chez les Helvètes

    Tome 16
  • Astérix -17- Le domaine des dieux

    Tome 17
  • Astérix -18- Les lauriers de César

    Tome 18
  • Astérix -19- Le devin

    Tome 19
  • Astérix -20- Astérix en Corse

    Tome 20
  • Astérix -21- Le cadeau de César

    Tome 21
  • Astérix -22- La grande traversée

    Tome 22
  • Astérix -23- Obélix et compagnie

    Tome 23
  • Astérix -24- Astérix chez les Belges

    Tome 24
  • Astérix -25- Le Grand Fossé

    Tome 25
  • Astérix -26- L'odyssée d'Astérix

    Tome 26
  • Astérix -27- Le fils d'Astérix

    Tome 27
  • Astérix -28- Astérix chez Rahàzade

    Tome 28
  • Astérix -29- La rose et le glaive

    Tome 29
  • Astérix -30- La galère d'Obélix

    Tome 30
  • Astérix -31- Astérix et Latraviata

    Tome 31
  • Astérix -32Pub- Astérix et la rentrée gauloise

    Tome 32
  • Astérix -33- Le ciel lui tombe sur la tête

    Tome 33
  • Astérix -34- L'Anniversaire d'Astérix & Obélix - Le livre d'Or

    Tome 34
  • Astérix -35- Astérix chez les Pictes

    Tome 35
  • Astérix -36- Le papyrus de César

    Tome 36
  • Astérix -37- Astérix et la Transitalique

    Tome 37

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 26/07/2018 à 22:09:39

    Album pour les enfants... Les histoires de nos deux célèbres gaulois sont là avant tout pour faire rêver et rire les enfants...
    J'ai apprécié l'idée de réunir les différentes peuplades de l'empire romain (comme dans le génialissime Astérix légionnaire) pour participer à une course à travers l'Italie.
    Après le scénario s'embourbe en milieu "de course" pour donner un final sans saveur.

    Le 30/04/2018 à 14:01:23

    Mince alors ! Moi qui pensait que les auteurs allaient monter dans la gamme, les voilà qui baissent d'un cran ! Graphisme OK, mais le scénario...plutôt bâclé. Si l'idée à le mérite d'exister, il y avait sûrement moyen de la développer bien mieux que cela. Faire du Goscinny ne se limite pas aux jeux de mots et on a vraiment l'impression que cet album est uniquement construit autour de ceux-ci ! Cela manque de fondations et le soufflé retombe rapidement. On va être indulgent et attendre le suivant, en espérant que les auteurs ne renouvellent pas deux fois la même erreur!

    Le 14/03/2018 à 14:30:08

    Depuis le temps, quel plaisir de retrouver enfin Asterix, le petit et Obelix le gros dans leurs nouvelles aventures. Ils sont marrants ces deux-là avec leurs gros nez, surtout le petit avec sa batte de baseball et le gros avec son gros cigare. Dommage qu’ils les aient oubliés cette fois-ci et qu’ils aient changés de costume. Le legging à rayures, franchement ! Rien ne vaut un bon treillis taillé pour l’aventure. Surtout quand elle est en jaune. Dommage aussi que Raoul le cochon fasse tout le temps «ouah ouah.» et qu’il manque Alix le romain, euh la chinoise, pardon, du Lotus bleu, ah zut ! Pourpre, nom de dieu ! Elle a préféré, même sous les pires tortures, rester au pays de l’empire du Milou euh du milieu, (décidément !) plutôt que de s’embarquer dans une course de chars Innommable gagnée d’avance. Comme on la comprend !

    Le 04/03/2018 à 20:23:08

    Après un Papyrus de César auquel je n’ai pas du tout accroché, je trouve ce nouvel album beaucoup plus plaisant. On retrouve l’esprit de la série, même si le thème n’est pas très original. Dommage que la course à étapes successives soit trop répétitive et ne permette pas de détailler suffisamment les adversaires, dont certains sont plutôt intéressants. Je trouve aussi une amélioration du côté des jeux de mots et allusions. Encourageant...

    Le 05/02/2018 à 10:33:23

    J'avoue que j'ai décroché d'Astérix depuis Chez Rahazad qui reste pour moi un des meilleurs de toute la série. J'avais lu quelques albums suivant mais c'était franchement moins bon. A partir des sorties de faux albums (genre "la rentrée gauloise" ou "comment Obélix est tombé...") j'ai complètement laissé les gaulois de côté. Les plutôt bonnes critiques de la Transitalique et surtout l'excellente adaptation animée d'Astier m'ont donné envie de m'y remettre. Et du coup à la lecture de cet album je crois que je vais me faire un rétro sur les deux autres albums de la reprise.

    Donc après une entrée en matière fort rapide, une course est organisée en Italie pour démontre la qualité des voies romaines. Différents équipages venus des quatre coins de l'Empire entrent en lice, à la poursuite de l'étrange champion romain doté d'un casque.  Obélix s'avère être un excellent aurige (conducteur de char) et les péripéties permettent aux auteurs d'introduire moultes anachronismes et jeux de mots.

    Franchement je me suis bien marré en retrouvant nos deux moustachus. Les noms des concurrents sont toujours aussi bien trouvés et les situations sont fidèles à ce à quoi la série nous a habitué (les deux numides parlant par hiéroglyphes sont très drôles). Rien de révolutionnaire et on pourra bien sur trouver quelques manques: peu de baffes aux romains, un Astérix pas si malin que d'habitude, peu de caricatures et surtout l'absence de la page traditionnelle présentant le village des irréductibles cerné par Babaorum, Petitbonum et laudanum (absence incompréhensible et qui a soulevé un début d'émeute parmi les fans...). Nombre d'albums oblige, on retrouve des éléments du Tour de Gaule ou d'Astérix légionnaire par exemple, mais l'humour est là. Pour moi le contrat est rempli. J'imagine que des puristes trouveront toujours un sacrilège à conspuer mais les nouveaux auteurs parviennent à conserver le plaisir. Tant que les lecteurs auront envie de lire de nouveaux albums, pourquoi pas?

    A lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/01/30/asterix-la-transitalique

    Le 24/11/2017 à 10:52:27

    Au vu des critiques assez négatives, je n'ai pas acheté l'album et me le suis fait prêter.
    C'est effectivement un gâchis monstre ! Comment un tel travail sur le dessin (et là coup de chapeau bien bas à Conrad car, "faire du Uderzo" aussi bien ça n'est pas donné à tout le monde!), peut il être associé à un tel scénario bâclé, qui a certainement été torché en quelques jours ?!
    Peut on d'ailleurs parler d'un scénario? Une suite de calembours concoctés avec le dictionnaire...tout au plus.
    Jea-Yves Ferri n'est (sur cet album) pas digne de l'immense confiance que lui a accordée Uderzo.
    Il n'est pas digne de l'honneur qui lui est fait de reprendre un Monstre sacré de la culture française, part de notre patrimoine. (en est il conscient pour nous tartouiller de telles histoires ??)
    Goscinny savait raconter, structurer, composer une histoire. Il y passait du temps, travaillait ses scénariis et ne se reposait pas sur son seul génie.
    On ne demande pas à Jean-Yves Ferri d'avoir le talent de Goscinny, on lui demande simplement de nous raconter une histoire, avec une quête, des évènements, un enchainement de faits, des personnages biens élaborés, un lien entre eux, des échanges humains et naturels, une histoire à lire quoi!
    Là dans la Transitalique il n'y'a rien, à peine une esquisse d'histoire. Pas d'humanité non plus...

    J'avais eu un espoir en lisant le Papyrus de César, qui lui racontait une histoire et se situait bien au dessus des albums réalisés par le seul Uderzo.
    Mais c'était trop beau pour durer ....
    Ca s'appelle se reposer sur ses lauriers...ou du moins sur les Lauriers de Goscinny !!

    Le 19/11/2017 à 17:08:32

    Il y a quelques années, après un temps d'adaptation suite à l'annonce de la retraite d'UDERZO, l'idée de la reprise de la série par de nouveaux auteurs, m'était apparue une bonne chose.
    Continuer à faire vivre les héros de notre enfance après le départ de leurs créateurs me semblait meilleure qu'une décision unilatérale d'arrêter une série aimée et suivie par des foules de lecteurs. Les héros appartenant autant aux auteurs qu'aux lecteurs, pourquoi ceux-ci décideraient-ils, après tout, autoritairement de rompre une belle histoire d'amour ?

    Après un 1er essai plutôt moyen (Astérix chez les Pictes), Jean Yves Ferry et Didier Conrad, assurément choisis très soigneusement par un comité d'experts autorisés, avaient relevé le niveau avec un 2ème opus au scénario plutôt solide et au dessin amélioré (Le Papyrus de César). J'étais donc impatient de revoir nos chers Astérix et Obélix dans de nouvelles aventures.

    Malheureusement, ici, ce 37eme volume ressemble au 1er jet de ce qui aurait pu être une jolie bande dessinée.


    Le scénario :
    L'idée de départ promettait pourtant beaucoup : nos héros préférés se trouvaient cette fois embarqués dans une course de bolides au travers de l'Italie. L'histoire s'annonçait dans la pure lignée des drolatiques et instructives visites autour du monde qui ont contribué au succès de la série, avec au détour la découverte de lieux mythiques et la rencontre de figures et coutumes pittoresques.
    Hélas, après une mise en place plutôt réussie, l'aventure se limite finalement à une succession répétée de poursuite de véhicules, entièrement vue depuis la route pavée ou de quelques auberges-étapes, dans un pays assez peu personnalisé.
    Quid de l'Italie et de ses particularités ? On contourne de très loin la future Venise, on esquisse une vague histoire avec un Vésuve dont on n'aperçoit que la silhouette, et puis c'est a peu près tout.
    Pour les habitants italiens, hormis quelques jeux de mots (Tiramisus, Mozzarella...) et anachronismes propres à la série, aucune rencontre qui ferait avancer ou détourner l'histoire ! L'ensemble aurait pu se passer en Suisse (mais ça a déjà été fait !) ou en Espagne (déjà fait ça aussi, tiens tiens !) que la course-poursuite aurait semblé la même.
    Il faut rappeler que le principe de la grande boucle française, point d'accroche du scénario, n'était pas simplement de visiter la campagne, mais aussi de présenter aux spectateurs les villes-étapes et leurs spécificités régionales et culturelles. Ici, bien peu à se mettre sous la dent.
    Une dramaturgie aurait pu venir des participants à la course. Malheureusement, aucun caractère n'est franchement dessiné, les méchants étant méchants et les gentils... gentils. Au final, les figurants semblent sans grand lien avec une quelconque intrigue assez linéaire et sans grands rebondissements.
    Tout n'est pas à jeter, la lecture se fait sans déplaisir avec quelques gags bien-vus, mais le tout manque un peu de folie.


    Le dessin :
    Didier Conrad semble très à l'aise avec les crayonnés, et avoir très vite compris l'esprit d'Astérix : des corps toujours en mouvement, des faciès constamment expressifs... Trop sûrement !
    Il y a beaucoup de personnages, mais les décors manquent sérieusement. Les rares paysages se ressemblent tous et ne montrent pas la variété des horizons de la péninsule.
    Mais, à l'observation, il manque surtout dans la majorité des dessins une grande tenue. Si les couleurs et la mise en scène respectent l'ambiance générale de la série, il ne faut pas y regarder de trop proche case par cas : proportions des corps mal respectées (certains penchent sérieusement sur la droite avec des membres déséquilibrés, non ?), têtes souvent trop grosses, visages plus hideux que sympathiques, perspectives des décors inexistantes, détails soit manquants soit trop fournis ayant pour conséquence une mauvaise compréhension de certaines cases.
    L'ensemble est à l'image de la couverture : un placement des personnages remuant mais finalement plutôt informes et mal ancrés dans le décor, un Obélix relativement réussi mais un Astérix (le comble) au visage disproportionné sur un corps désordonné. Sous le dessin de Didier Conrad, notre petit héros a même carrément perdu son cou, son visage rentrant constamment dans ses épaules !
    Il faut rappeler, à la défense du nouveau dessinateur, que le dessin d'Uderzo s'était lui aussi un peu relâché sur les derniers opus, et que l'Asterix nouveau reste dans la même continuité et n'est pas si éloigné que cela de l'original de celui des dernières années de l'auteur historique.
    Mais les planches d'Uderzo conservaient toujours les bases d'une technique irréprochable avec une constante lisibilité entre les 1ers et les arrière-plans, le tout appuyé par un encrage parfait renforçant les personnages principaux du reste de la scène, effet qui ne se retrouve absolument plus ici.


    Ce 37ème album m'a évidement donné l'envie de relire "Le tour de France d'Asterix", dont il est clairement un hommage. Je me remémore la 1ère lecture de ce chef d'œuvre de mon enfance, et de la sensation ressentie de voyager de villes en villes, en goûtant évidemment à toutes les victuailles rapportées par nos héros.
    Cette année, ce voyage en Italie, bien que pas désagréable à lire, manque un peu de saveur.
    Rapidement écrit, rapidement dessiné, rapidement lu, rapidement rangé dans la bibliothèque.

    Espérons que les nouveaux auteurs prendront, pour les prochains volumes, un peu de recul pour corriger et approfondir leur travail.
    Ils ont un peu de temps. Alors que, dans les décennies 60 et 70, 2 aventures du petit héros sortaient chaque année, nous, nous n'espérons pas un nouveau volume avant 2 ans !

    Et je leur souhaite vraiment de tout cœur de réussir.

    Le 18/11/2017 à 15:53:18

    Ce que j'en pense:

    Le scénario de cet opus est plutôt sympa et assez typique des aventures d'Astérix. L'opus commence sur les chapeaux de roues avec une intrigue qui donne envie. Tout au long de la BD, les rebondissements s'enchaînent mais, pour vous parler franchement je reste un peu sur ma faim.

    Les personnages sont fidèles à eux même. On retrouve des jeux de mots, l'esprit rusé et l'humour qu'avaient su insuffler Goscinny et Uderzo.

    L'esthétique est aussi fidèle à celle d'origine. J'ai apprécié le fait que tout respecte la tradition des deux auteurs. Il faut dire que dans ma famille, Astérix c'est une vraie religion. J'ai été bercée par ces BD dans toute mon enfance et je les ai usé à force de les lire. À chaque nouvelle sortie c'est l'effervescence et on se jette sur la BD que mon père garde précieusement avec toutes les autres. Ces dernières années, je reste un peu sur ma faim en ce qui concerne ces BD... Je trouve qu'il manque quelque chose dans le scénario, il y a comme un goût d'inachevé... Cet opus m'a fait le même effet. Même si je retrouve toujours avec plaisir mes personnages favoris, je suis un peu déçue à chaque lecture.

    Bref:

    Une chouette lecture mais sans plus.

    Le 13/11/2017 à 13:12:34

    Un album qui débute de façon prometteuse mais dont l'intérêt diminue au fur et à mesure des pages, dommage ! Si les dessins et l'ambiance générale correspondent bien à l'esprit Asterix, le scénario et les personnages secondaires sont trop superficiels pour que la sauce puisse prendre. On ne s'ennuie pas vraiment à la lecture de cet épisode grâce à quelques bons jeux de mots et situations amusantes, mais le scénario manque cruellement de rebondissements et de finesse.

    Le 12/11/2017 à 12:32:02

    Messieurs Conrad et Ferri, j'ai aimé les pictes, adoré le papyrus et détesté la transitalique. On n'a pas le droit de s'ennuyer avec nos gaulois préférés, et pourtant l'idée de départ n'était pas si mal que ça mais le déroulement de la course n'a aucun intérêt, j'ai eu de la pitié pour nos deux gaulois parfois ! Promettez-moi que vous prendrez 3, 4 ou même 5 ans pour écrire un vrai 38 ème album et pas juste un album parce qu'on vous demande de sortir un album tous les deux ans! Pour moi, le plus mauvais de la série! Rrrrrr! J'suis en colère!!!!

    Le 07/11/2017 à 16:48:11

    Caro
    C'est affligeant.
    Coyote 14 a tout dit … quelle déception … j'arrête la série … sauf si les nouveaux auteurs se montrent capable de créer une histoire à la hauteur de ce qui a fait la notoriété d'Astérix et Obélix. Ce qui est sûr, c'est que je le lirai AVANT de l'acheter cette fois !

    Le 04/11/2017 à 13:14:05

    Ou sont les personnages du village ?
    c'est nul nul et nul !
    Quelle déception !
    J'aimerai revoir tous ces personnages qui sont pour moi indispensables dans la vie d'Astérix !

    Le 03/11/2017 à 22:15:42

    J'avais adoré les Pictes et le Papyrus, mais je dois dire qu'ici je suis déçu. On sent que le scénario n'est prétexte qu'aux jeux de mots ( il y en a des bons, bien sûr) , mais finalement, il n'y a pas d'histoire. Une bonne histoire, c'est un bon mauvais ( et idiot, en plus dans Astérix). Ici, il n'y a pas vraiment de "mauvais" , il n'y a pas de "lien" entre les différentes villes, pas de running gag ( style " ils est déchainé" des Goths ) qui "lie la sauce". Bref, au travail pour en faire un suivant correct, par Toutatis !

    Le 03/11/2017 à 18:21:08

    je trouve que le relève est bien là et c'est tant mieux, même si j'avoue un légers coup de moue sur ce tome..le scénario est quand même bien légers !

    Le 01/11/2017 à 08:26:17

    C'est nul, j'avais déjà revendu les pictes et le papyrus et c'est bien la première fois que je revend une BD mais ça faisait trop désordre à coté des autres.
    Uderzo seul c'était déjà pas terrible mais là c'est ridicule.
    Pas mal de gens disent que le dessin est bon, bof. J'ai un pote dessinateur BD (d'ailleurs c'est lui qui m'a prêté ce livre, ouf) qui m'a expliqué que dessiner Astérix et Obélix c'est pas ce qu'il y a de plus difficile mais les attitudes qu'Uderzo leur donnait c'est autre chose.
    Les décors sont glauques avec des couleurs improbables, les personnages très peu expressifs, César complétement foiré et qui se prend pour zorro en sautant la rambarde.
    Puis Des noms ridicules, Lactus Bifidus et des jeux de mots redoutables : "et sois actif".
    L'histoire tient sur un emballage carambar et idéfix est là pour...je sais pas trop en fait.
    Fin de la collection pour moi à moins d'un changement radical pour le suivant.

    Le 30/10/2017 à 21:31:49

    C'est chouette de retrouver l'équipe. J'ai eu l'impression que le tour d'Italie était un peu court parfois. j'aurais aimé que nos héros s'y attardent un peu plus mais bon.

    Le 30/10/2017 à 11:27:18

    Cet album est un peu bâclé. Si j'oublie juste une minute l'icône que représente cette série et que je le regarde pour ce qu'il est intrinsèquement, je le trouve assez moyen. J'ai eu du mal à le finir.
    Le scénario est presque indigent, les situations ne sont pas drôles pour la plupart et comme beaucoup le disent ici, il ne suffit pas de produire une avalanche de bons mots pour faire un album d'Astérix.
    L' ensemble est relâché par rapport au papyrus de César qui, lui, était prometteur.
    On peut dire que reprendre une série comme Astérix est difficile et j'en conviens. Mais attention, si les prochains albums ne sont, à l'image de celui-ci, qu'un coup marketing, par respect pour les auteurs Goscinny et Uderzo, il faudra mieux arrêter.

    Le 26/10/2017 à 12:01:13

    Prometteur au départ, mitigé à l'arrivée. L'idée de montrer qu'en Italie, dans l'Antiquité, il existait d'autres peuplades que les Romains, est bien trouvée. En outre, Ferri a un humour qui fonctionne très bien, même s'il use et abuse des jeux de mots sur les noms des personnages, ce qui donne, j'ai trouvé, un côté "too much". En revanche, il est dommage de constater que cette course de chars manque cruellement de mordant et de rebondissements (contrairement à ce qu'il ce passait par exemple dans un album comme LE TOUR DE GAULE). On a l'impression de suivre plus un enchaînement de situations comiques qu'une vraie histoire. Le dessin de Conrad, quant à lui, est irréprochable, et bien dans l'esprit de la série.
    L'album est au final largement honorable. Le problème, pour moi, c'est que quand on s'appelle ASTERIX, être "honorable" ne suffit pas; on se doit d'être au minimum "très bon" (et c'est là tout le challenge des nouveaux auteurs), au mieux "génial".

    Le 24/10/2017 à 07:31:06

    Encore un album super top!!! Ferri et Conrad n'en déplaise à certains font du bon boulot.
    Goscinny n'est plus et je pense que tout en gardant les codes de la série il faut s'en détacher. Le dessin est magnifique et le scénario plutôt bien amené.

    Le 23/10/2017 à 22:06:09

    Ben moi, j'ai du mal à bouder mon plaisir avec Astérix. Ça fait tellement du bien de retrouver nos deux gaulois, de temps en temps. D'autant plus que Conrad s'en tire plus que bien niveau dessin, et même si Ferri n'est pas encore Goscinny, c'est toujours bien au dessus des albums 100% Uderzo. Une sorte de remake italien du tour de Gaule, en moins bien, c'est vrai, mais pas en très mauvais.

    Le 23/10/2017 à 17:48:57

    Après un Astérix chez les Pictes prometteur et un très bon Papyrus de César nous rappelant la grande époque du petit gaulois, Astérix et la Transitalique étant attendu au tournant.
    Alors c'est un album de qualité avec une bonne idée de base, si bonne que je suis étonné qu'elle n''est pas été développée avant (sur le fond en tout cas). C'est drôle même si les gags sont moins subtils que dans le précédent album. Il y a un côté ludique plutôt bienvenue, à ce sujet j'ai trouvé la carte d'Italie présentée vraiment jolie. Après on peut reprocher au développement de l'histoire d'être un peu "expédié" au profit des gags et caméos. Pourtant il y a de bonnes choses évoquées dans cette histoire comme la corruption des élus ou l'abondance de la pub dans le sport et donc l'importance de l'argent ayant un effet néfaste.
    Même si on est un peu en dessous de ce que Conrad et Ferri avaient proposés dans Le papyrus de César, Astérix et la Transitalique reste un album très agréable et drôle à lire.

    Le 23/10/2017 à 12:42:45

    Oui,c'est une bonne reprise ...Mais Ferri et Conrad avaient ils le choix? Sur la couverture , leurs noms sont minuscules ... La dynastie milliardaire( qui n'a eu aucun mérite à part celui d'engranger des bénéfices) leur a bien dit :"attention,pas d'initiative!Sinon,veto!".
    Si les plus jeunes veulent voir le génie d'Uderzo,qu'ils reprennent Luc Junior . Admirez les mimiques du chien Alphonse,la dynamique du dessin,et pensez que l'on est en 1955! Comparez avec les dessins souvent fadasses de cette époque!... Et là,respect!

    Le 23/10/2017 à 00:02:17

    Pour ma part je trouve cet album dans la bonne moyenne le dessin est remarquable hormis bien sur cesar qui a du faire une cure d amaigrissement en pays arverne pour l histoire le scénario est plutôt mince mais j ai pris du plaisir à retrouver nos héros et puis pour une fois le second rôle est tête d affiche

    Le 22/10/2017 à 13:16:52

    « Astérix et la Transitalique », un album pour rien…

    Très franchement, j’avais beaucoup aimé « Le Papyrus de César » dans lequel Ferri nous proposait une histoire solide et drôle, que Conrad parvenait à illustrer avec virtuosité, dans un style très respectueux de celui d’Uderzo.
    Aujourd’hui, la déception n’en est que plus grande devant ce nouvel opus : sans aucun enjeu scénaristique véritable, sans rythme efficace et sans aucun nouveau personnage convaincant, « Astérix et la Transitalique » est finalement un « Tour d’Italie » fort laborieux et ennuyeux à lire…
    Sans doute ne suffit-il pas d’aligner des jeux de mots plus ou moins parachutés, ni de pomper "Plein Gaz" de Tif et Tondu, ou "La Grande Course", avec Tony Curtis et Jack Lemmon, pour réincarner Astérix et Obélix, dont les clones semblent ici étrangement absents et désoeuvrés…
    De son côté, le dessin du talentueux Conrad, très convaincant dans « Les Pictes » et « Le Papyrus de César », paraît se déliter et se relâcher, particulièrement dans la représentation de nouveaux personnages évoquant « Bob Marone » ou « Les Innommables », mais cadrant mal avec l’univers graphique d’Uderzo. Ce dernier excellait dans la clarté et la lisibilité, là où les compositions de Conrad sont souvent confuses et brouillonnes. Au passage, on peut également regretter la couverture, visiblement bâclée et sans doute la plus laide de toute la série.
    Mais il y a encore plus grave ! A notre avis, cet album peu inspiré louche dangereusement vers «Trans-Amazonie », le second tome des aventures d’El Spectro, de Rodier et Antoine (Le Lombard- 2013) dont il reprend sans vergogne plusieurs thèmes importants (course automobile prétexte à découverte touristique, bagarres lors de haltes dans les auberges locales, concurrent masqué et déloyal, présence de femmes parmi les compétiteurs, etc…), dans lesquels Rodier et Antoine insufflaient beaucoup de vie, d’humour et de dynamisme.
    « Astérix et la Transitalique », un album pour rien qui risque bien de n’être qu’un (mauvais) coup commercial et médiatique…

    Le 22/10/2017 à 00:04:33

    Je mets un 4 pour remonter un peu la moyenne. Superbe dessin. Jeux de mots qui m'ont bien fait rire. Scénario plaisant mais sans plus en effet. On est tous fans de notre idole Goscinny mais il ne reviendra malheureusement pas... Mais ne saquons pas cet album.

    Le 21/10/2017 à 14:18:18

    Manque de fluidité...trop de jeux de mots....fatiguant à lire, en fait...
    mais quel dessin de Conrad!...THE repreneur inespéré de cette série mythique de la bd franco-belge!
    Faut juste lui trouver des scénarios avec découpage béton et là, chef d'oeuvre assuré!...

    Le 20/10/2017 à 15:27:00

    Beaucoup de bonnes choses sur cet album :
    - une très bonne maîtrise du style d'Uderzo (sauf pour César)
    - De très bon jeux de mots et de bonnes situations comiques

    Mais un gros défaut : Aucune tension scénaristique. En effet, les enjeux de l'album sont rapidement posé et n'apportent aucun questionnement au lecteur. Dès le début, en découvrant le but du voyage, on sait très bien comment cela va se dérouler et se finir. Et en cela, on n'est jamais surpris et c'est ennuyant ! On s'attend aux situations et aux rebondissement, c'est mou !

    Alors oui, c'est plaisant, mais comme c'est ennuyant aussi ....

    Le 20/10/2017 à 08:50:15

    En lisant les éternels grincheux hostiles aux reprises, je préfère écrire que je suis heureux qu’Astérix et Obélix continuent leurs aventures. Soyons positifs, Ferri et Conrad ne nous livrent quand même pas un sous-produit. Il faudrait quoi ? Comme Tintin ? Arrêter la série pour ne pas, soi-disant, dénaturer le personnage ou saccager l’œuvre d’un artiste ? Je préfère dire merci pour ce bel album qui plait aussi aux plus jeunes (eh oui les enfants adorent, et c’est très important). La carte de la Gaule manque au début de l’album ? Et alors ? Ça en fait un mauvais album dès le début de l’histoire ? Il faut arrêter avec ces pauvres arguments. Tout n’est pas parfait, mais la voie tracée par les nouveaux auteurs, avec la bénédiction de M. Uderzo, est la bonne. Il y a encore quelques nids-de-poule… ils ne demandent qu’à être comblés par Jupiter !

    Scénario 4/5
    Dessin 5/5
    Franche rigolade 3,5/5

    Total 5/5 par Toutatis

    Le 19/10/2017 à 23:09:37

    Je vais être dur mais pour moi cet album ne présente aucun intérêt et j'ai cette désagréable impression au fur et à mesure de la sortie des nouveaux albums. L'histoire est trop stéréotypé, les événements arrivent de façon évidente, les ennemis totalement inutiles même les héros ne sont plus ce qu'il était. Astérix est totalement mis de côté dans cet album, certes au détriment d'obélix mais je ne leurs trouvent aucune consistance. Quand a cesar je ne veux même pas en parler tellement je le trouve ridicule. Même niveau dessin je suis un peu déçu, il reste sympa mais je ne retrouve pas la finesse du trait d'uderzo.
    Je suis dur mais je suis vraiment trop déçu, j'étais vraiment pressé d'en finir la lecture!

    Le 19/10/2017 à 20:38:33

    Ce 37ème tome souffre des mêmes défauts que le numéro 36 : trop de jeux de mots tout le temps, une intrigue hachée avec de trop nombreuses ellipses, et encore plus verbeux. Bref, ce n'est qu'une très pâle copie de l'oeuvre originale, avec tout le côté attachant de cette dernière en moins.
    Je n'ai en revanche toujours rien à redire sur le dessin qui reste vraiment très agréable.
    Ha, j'oubliais : la carte de la Gaule n'est même plus présente en début d'album. Tout se perd...

Afficher encore 26 avis

Toutes les éditions de cet album

  • Astérix -37- Astérix et la Transitalique ©Les Éditions Albert René 2017 Ferri/Conrad

    37 . Astérix et la Transitalique

    • 313357
    • Ferri, Jean-Yves
    • Conrad, Didier
    • Mébarki, Thierry
    • 10/2017 (Parution le 19/10/2017)
    • 07/2017
    • non coté
    • Les Éditions Albert René
    • Format normal
    • 978-2-86497-327-0
    • 45
    • 17/10/2017 (modifié le 21/04/2018 22:46)

    Info édition : il y a 2 versions : l'une notée : n° 327-0-01 - Imprimé par Canale Bucarest en Roumanie et l'autre n°327-0-02 - Imprimé par Rotolito en Italie. Les 2 éditions ont le même ISBN.

  • Astérix -37TT- Astérix et la transitalique ©Les Éditions Albert René 2017 Ferri/Conrad

    37TT . Astérix et la transitalique

    • 318883
    • Ferri, Jean-Yves
    • Conrad, Didier
    • Mébarki, Thierry
    • 11/2017 (Parution le 30/11/2017)
    • 10/2017
    • non coté
    • Les Éditions Albert René
    • Autre format
    • 978-2-86497-329-4
    • 88
    • 29/12/2017 (modifié le 09/01/2018 17:44)
    • Photo de l'emboîtage

    Info édition : Emboitage vert contenant : - un album numéroté (1400 exemplaires et 150 hors-commerce numérotés 1HC à 150HC) de 112 pages, format 290 x 370 mm, en quadrichromie, sur papier 150 g, avec : * les 44 planches crayonnées par Didier Conrad * les 44 planches encrées par Didier Conrad * un cahier graphique avec des dessins inédits, études de personnages, croquis et storyboards de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad - 12 ex-libris dont 2 signés par les auteurs (1 par Didier Conrad et 1 par Jean-Yves Ferri).