Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Acquaviva, Jean

  • 8071
  • Graziani
  • Antoine
  • Acquaviva, Jean
  • le 24/06/1924 (FRANCE)
  • le 14/03/2015

Sa biographie

Né en 1924 à la Londe-lès-Maures (Var) de parents corses. Au début de la guerre il agit dans la Résistance entre Aix et Marseille, mais change de bord en 1943 et devient membre du parti franciste, nommé responsable de la page du Front de la Jeunesse ! Interné à la Libération, condamné à mort, il s'évade et survit dans la clandestinité (sa peine est commuée en 20 ans de réclusion, il sera gracié à l'amnistie de 1955). Vivant de petits boulots, il devient dessinateur dans une imprimerie à Paris, et même décorateur à la Direction générale de la Jeunesse et des Sports de 1952 à 1959 (sous une fausse identité : Jean Aquaviva). Il y rencontre Pierre Tchernia et commence à dessiner pour la TV. Il livre quelques illustrations pour L'Almanach du Pélerin en 1950, et écrit un polar publié à La Bonne Presse ("ce brave M. Panette") sous le pseudo Jean Simon. C'est ainsi que commence sa carrière de scénariste. D'abord à Bayard, sous la direction du père Marie-Paul (alias André Sève), où il écrit des contes et nouvelles, et remplaçant l'ancien secrétaire de rédaction Couttaz, du rédactionnel sous le pseudo Saint-Alban (rubriques cinématographiques), des adaptations de bandes ou romans étrangers et des scenarii originaux (sous divers pseudos: Pierre Mérou, Jean-Simon Rutalais et Aquaviva pour la BD). On lui doit "Bill Jourdan" un western dessiné par Loys Pétillot (1956/61); une série de SF "Tony Sextant" dessinée par Ribera (1957/61); la série animalière "Lolo et Mandoline" (Ribera, 1959/61); les aventures du couple "Pascal et Michèle Montfort" (Pétillot, 1960/61). Il scénarise des histoires complètes pour Alain d'Orange: " Banda Tanga, la course à l'uranium", 1953/55, et "Hiawatha II", 1956 (dont un récit est paru dans L'Almanach des Vacances en 1954). Il adapte le roman de R. Hédouin "Yvan des Valdai" dessiné par Pétillot (1956), puis le film de Kurosawa "les 7 samouraï dessiné par Pierre Forget (1956/57). Il co-signe les textes de "Stop au signal rouge" avec Chosalland, dessins larraz puis M. Munoz (1956/57). Il écrit "Tit Jo et les compagnons de l'Hémoglobine" dessiné par Monzon en 1961. Toujours dans Bayard on lui doit également une trentaine de récits courts pour "Les Grandes Aventures Vécues" entre 1961/62 (dessins : Ribera, Lenvers, Jordom et surtout Arranz). Il réalise aussi les adaptations et traductions de bandes italiennes ("Procopio" de Landolfi; "Hiawatha", "Goeland Rouge", "Le trésor de Kon Tiki" et La clé d'Antar" de Paolo Bracaglia et Claudio Onesti; "À l'assaut du K2" et "Tenzing" de Roudolph/ De Luca;"Pour Notre dame" de Atamante/ G. Ferrari; "Velthur" et "Ben Hur" de De Barba et De Luca; "Tecumseh" de Onesti; "Prince offa" de Fava et Boscarato; "Le dernier des Penmarch" de Belloni et Battaglia; "Spartacus" de Anna Papini et Alberto Tosi; "Aux portes de l'espace" de Caesar, et "Plein gaz" des anglais Ken hennel et Harold Johns). A l'arrêt de Bayard des inédits de RC seront publiés dans Bernadette et Record, qui poursuit un moment "Pascal et Michèle Montfort" en 62/65. Depuis 1957 il est revenu vers la production TV. Il co-signe un roman avec P. Sabbagh ("Fanina"), rédige des questions pour l'émission "L'homme du XXe siècle" (1961/64, présentée par Sabbagh), participe à "Manège", "Gros lot"... et écrit des textes pour Raymond Souplex, Jacques Grello, Robert Rocca... En 1957 Jijé lui demande des scenarii pour "Jerry Spring" : "Les trois barbus de Sonoyta" sera leur unique collaboration (il travaillera avec Benoit Gillain sur "Bonux Boy" en 1960). Outre la BD on retrouve entre-autres des articles d'Aquaviva dans Point de Vue, L'Équipe, Rallye Jeunesse. En 1964, à l'arrèt de Bayard et de "L'homme du XXe siècle", Acquaviva dépourvu rencontre Mme Ratier, propriétaire des éditions Aventures et Voyages. Pendant une vingtaine d'années il va adapté des millers d'histoires d'origine étrangères pour les différents titres de la maison : Apaches, Whipii !, Brik, Pirates, Akim, Bengali, Safari, Yacata, Captain' Swing, En Garde, Tipi, Carabina Slim, Pistes Sauvages, Totem, Long Rifle, La Route de l'Ouest, El Bravo, Ivanhoé, Lancelot, Marco Polo, Shirley, Belinda, Pamela, Janus Stark, Trophée, Skater, Coups Durs, En Piste, Vick, Les Rois de l'Exploit, Sunny Sun, Atemi, Antarès, Super Force, Tchak, Bozo, Robbie, Minou Cat... Il est décédé le 14 mars 2015 à Bastia.

"d'après l'interview réalisée par François Rahier © Louis Cance Hop! 2007"

Né en 1924 à la Londe-lès-Maures (Var) de parents corses. Au début de la guerre il agit dans la Résistance entre Aix et Marseille, mais change de bord en 1943 et devient membre du parti franciste, nommé responsable de la page du Front de la Jeunesse ! Interné à la Libération, condamné à mort, il s'évade et survit dans la clandestinité (sa peine est commuée en 20 ans de réclusion, il sera gracié à l'amnistie de 1955). Vivant de petits boulots, il devient dessinateur dans une imprimerie à Paris, et même décorateur à la Direction générale de la Jeunesse et des Sports de 1952 à 1959 (sous une fausse identité : Jean Aquaviva). Il y rencontre Pierre Tchernia et commence à dessiner pour la TV. Il livre quelques illustrations pour L'Almanach du Pélerin en 1950, et écrit un polar publié à La Bonne Presse ("ce brave M. Panette") sous le pseudo Jean Simon. C'est ainsi que commence sa carrière de scénariste. D'abord à Bayard, sous la direction du père Marie-Paul (alias André Sève), où il écrit des contes et nouvelles, et remplaçant l'ancien secrétaire de rédaction Couttaz, du rédactionnel sous le pseudo Saint-Alban (rubriques cinématographiques), des adaptations de bandes ou romans étrangers et des scenarii originaux (sous divers pseudos: Pierre Mérou, Jean-Simon Rutalais et Aquaviva pour la BD). On lui doit "Bill Jourdan" un western dessiné par Loys Pétillot (1956/61); une série de SF "Tony Sextant" dessinée par Ribera (1957/61); la série animalière "Lolo et Mandoline" (Ribera, 1959/61); les aventures du couple "Pascal et Michèle Montfort" (Pétillot, 1960/61). Il scénarise des histoires complètes pour Alain d'Orange: " Banda Tanga, la course à l'uranium", 1953/55, et "Hiawatha II", 1956 (dont un récit est paru dans L'Almanach des Vacances en 1954). Il adapte le roman de R. Hédouin "Yvan des Valdai" dessiné par Pétillot (1956), puis le film […]

Sa Bibliographie