Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Nemiri, Nicolas

  • 7462
  • Nemiri
  • Nicolas
  • le 03/01/1975 (FRANCE)

Sa biographie

Photo © Paquet

Nicolas Nemiri est né le 3 janvier 1975 à Mulhouse. Enfant, il est déjà un grand amateur de lectures en tout genre, mais surtout de bande dessinée. Il est d'une nature curieuse et passionnée, et son parcours scolaire est celui d'un élève studieux, assoiffé de découverte. En bande dessinée, ses préférences vont à Moebius, Giraud, Pratt et Franquin. Après le Bac, il suit les cours des Beaux Arts d'Angoulême pendant trois ans. Il retient surtout de ces années, sa rencontre avec Dominique Bertail et Marc Rigoux, des amis qui le suivent toujours aujourd'hui. Nicolas Nemiri a 20 ans, son diplôme en poche, et envie de goûter à autre chose. Il arrête donc de dessiner pendant deux ans et vit de petits boulots. Il realise bien quelques illustrations pour des magazines de mode japonaise mais ne s'investit pas dans une carrière de dessinateur. Inquiète de cette échappée, sa maman envoie en 1998 ses dessins aux Éditions Glénat. Jean David Morvan les découvre et adresse une lettre à leur auteur (lettre que Nicolas possède encore aujourd'hui) pour lui proposer de travailler avec lui. Nicolas est enthousiaste mais refuse néanmoins de dessiner Reality show, qui ne l'inspire pas, pour finalement choisir un triptyque Je suis morte, dont le premier tome est paru chez Glénat. À cette même époque, Jean David a déjà le projet de Hyper l'hippo qui prend naissance quelques années tard aux Éditions Delcourt. Il s'agit de sa première oeuvre jeunesse.Nicolas Nemiri est un grand amateur de manga et de japanimation (Samouraï Shamploo, Mind Games). Il a surtout été marqué par le travail d'Otomo mais apprécie également la lecture de Tajima (MPD Psycho, Pika), Umezu (L'École emporté, Glénat), de Samura (L'habitant de l'infini, Sakka) et de la série Coq de combat (Delcourt/Akata). Il déclare lire aujourd'hui plus de manga que de bande dessinée franco-belge. Nicolas se dit même un peu otaku. Il prépare un nouveau projet avec Jean David Morvan au scénario mais a aussi bien l'intention de se lancer dans la réalisation complète d'une oeuvre lorsqu'il aura acquis un peu plus d'aisance. En attendant, il dessine le deuxième tome de Je suis morte.

Texte © Delcourt

Photo © Paquet

Nicolas Nemiri est né le 3 janvier 1975 à Mulhouse. Enfant, il est déjà un grand amateur de lectures en tout genre, mais surtout de bande dessinée. Il est d'une nature curieuse et passionnée, et son parcours scolaire est celui d'un élève studieux, assoiffé de découverte. En bande dessinée, ses préférences vont à Moebius, Giraud, Pratt et Franquin. Après le Bac, il suit les cours des Beaux Arts d'Angoulême pendant trois ans. Il retient surtout de ces années, sa rencontre avec Dominique Bertail et Marc Rigoux, des amis qui le suivent toujours aujourd'hui. Nicolas Nemiri a 20 ans, son diplôme en poche, et envie de goûter à autre chose. Il arrête donc de dessiner pendant deux ans et vit de petits boulots. Il realise bien quelques illustrations pour des magazines de mode japonaise mais ne s'investit pas dans une carrière de dessinateur. Inquiète de cette échappée, sa maman envoie en 1998 ses dessins aux Éditions Glénat. Jean David Morvan les découvre et adresse une lettre à leur auteur (lettre que Nicolas possède encore aujourd'hui) pour lui proposer de travailler avec lui. Nicolas est enthousiaste mais refuse néanmoins de dessiner Reality show, qui ne l'inspire pas, pour finalement choisir un triptyque Je suis morte, dont le premier tome est paru chez Glénat. À cette même époque, Jean David a déjà le projet de Hyper l'hippo qui prend naissance quelques années tard aux Éditions Delcourt. Il s'agit de sa première oeuvre jeunesse.Nicolas Nemiri est un grand amateur de manga et de japanimation (Samouraï Shamploo, Mind Games). Il a surtout été marqué par le travail d'Otomo mais apprécie également la lecture de Tajima (MPD Psycho, Pika), Umezu (L'École emporté, Glénat), de Samura (L'habitant de l'infini, Sakka) et de la série Coq de combat (Delcourt/Akata). Il déclare lire aujourd'hui plus de manga que de bande dessinée franco-belge. Nicolas se dit même un peu otaku. Il prépare un nouveau projet […]

Sa Bibliographie