Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Moebius

  • 70
  • Giraud
  • Jean
  • Moebius
  • le 08/05/1938 (FRANCE)
  • le 10/03/2012
  • Giraud, Jean 

Son actu

(Catalogues) Ventes aux enchères Cornette de Saint Cyr - Bandes-Dessinées & Illustrations - samedi 13 décembre 2014 - Paris hôtel des ventes Cornette de Saint Cyr

A paraître le 12/2014
  • Cornette de Saint Cyr
  • 12/2014
  • 112

Sa biographie

1938 : Naissance de Jean Giraud - qui n'est encore ni Gir, ni Moebius - le 8 mai à Nogent-sur-Marne. Jean Giraud est dès son plus jeune âge formé à la très efficace école ABC, dont le slogan ("si vous savez écrire, vous savez dessiner") séduit madame Giraud mère.
1954 : Jean Giraud entre aux Arts Appliqués.
1955 : Jean Giraud illustre quelques numéros de la revue Fiction. Ses premières bandes dessinées paraissent dans Far-West, Sitting Bull, Fripounet et Marisette, Ames vaillantes, Coeur vaillant et le Journal de l'armée, qu'il alimente en petits Miquets pendant son service militaire en Algérie.
1961 : Sous la houlette de Jijé, il dessine une partie de La Route de Coronado, un épisode de Jerry Spring.
1963 : Jijé lui rend la politesse deux ans plus tard en participant au premier volume d'une nouvelle série, Fort Navajo, dont il signe notamment la couverture. Ce western, mieux connu par la suite sous le nom de son héros, Blueberry, est publié dans Pilote. Jean-Michel Charlier, le scénariste de Fort Navajo, en est le rédacteur en chef. Parallèlement, Jean Giraud se transforme pour la première fois en Moebius, le temps de quelques histoires brèves dans Hara Kiri.
1973 : Apparition du troisième et dernier surnom de Jean Giraud, qui signe Gir quelques épisodes de Fort Navajo ainsi que La Déviation, une histoire dont le thème, plus adulte, et le traitement graphique, plus épuré, appartiennent plus au monde de Moebius qu'à celui de Jean Giraud. Jean Giraud a pourtant mis Moebius en sommeil - brièvement interrompu en 1969 par une série d'illustration de science-fiction pour Opta. Il ne s'en éveillera qu'en 1974.
1975 : Après avoir dessiné, sous un nom ou sous un autre, Le Bandard fou, Cauchemar blanc et L'Homme est-il bon ? Moebius s'embarque avec Philippe Druillet, Jean-Pierre Dionnet et Bernard Farkas dans l'aventure Métal Hurlant, à qui il confie les premières planches d'Arzach, puis du Garage hermétique, deux tremblements de terre qui secouent le monde de la bande dessinée. La même année, Moebius rencontre Alexandro Jodorowsky. Pressenti pour adapter au cinéma le chef d'oeuvre de Frank Herbert, Dune, Jodorowsky a fait appel à lui pour dessiner le story board de son film. Le projet avorte mais le couple Jodorowsky / Moebius se reforme en 1978, pour Les Yeux du chat.
1980 : Moebius et Jodorowsky imaginent ensemble L'Incal noir, premier volume des Aventures de John Difool. Dans le même temps, Moebius dessine les décors d'Alien, de Ridley Scott, puis les story-boards des Maîtres du Temps, de René Laloux, et de Tron, pour Walt Disney.
1984 : Moebius va logiquement s'installer aux États-Unis. Il s'y offre quelques récréations, dessinant notamment un épisode du Silver Surfer, le super héros du scénariste Stan Lee. Dans le même temps, il continue de collaborer avec quelques cinéastes de renom, dont James Cameron à qui il prête son concours pour Abyss, ou Ron Howard pour qui il imagine quelques personnages de Willow.
1992 : Avec Jodorowsky, il crée la trilogie Le coeur couronné. Celle-ci sera plus tard (en 2004), réeditée sous forme d'intégrale, sous le titre La folle du sacré-coeur.
1994 : Le même Jodorowsky "illustre" d'un long poème ésotérique une série de dessins érotiques de Moebius. Le tout réuni dans l'album Griffes d'Ange.
1997 : L'Homme du Ciguri est la suite du Garage Hermétique. Tout aussi azimuthée.
2000 : Parution du premier tome de la nouvelle série Après l'Incal, sucès de L'Incal oblige...
2004 : Parution de Beautiful life publié chez Zampano écrit par Stéphane Cattanéo, l'histoire d'un individu qui court joyeusement, à sa perte. Un ticket aller-retour pour un voyage au bout du jour.
2004/05 : Exposition Moebius-Miyazaki à la Monnaie de Paris. Pour la première fois, deux artistes majeurs dévoilent leur collection personnelle de dessin.
2005 : Parution de Icare dessiné par Taniguchi et publiée chez Kana. Tokyo est la cible d'attaques terroristes kamikazes occasionnées par des hommes-éprouvettes. Dans ce contexte vient au monde un enfant hors normes capable de voler. Le monde scientifique est immédiatement aux aguets et le nourrisson, baptisé Icare, est isolé sous le couvert du secret défense.
2006 : Après Arzach et Major Fatal, les Humanoïdes associés poursuivent la réedition des chefs d'oeuvre historiques de Moebius avec en février l'homme est-il bon? Cauchemar Blanc en avril, Le garage hermetique en juillet , Les vacances du Major en octobre et l'intégrale de L'incal prévue pour la fin de l'année.

Texte © Humanoïdes Associés
Photo © Jean-Luc Vallet

1938 : Naissance de Jean Giraud - qui n'est encore ni Gir, ni Moebius - le 8 mai à Nogent-sur-Marne. Jean Giraud est dès son plus jeune âge formé à la très efficace école ABC, dont le slogan ("si vous savez écrire, vous savez dessiner") séduit madame Giraud mère.
1954 : Jean Giraud entre aux Arts Appliqués.
1955 : Jean Giraud illustre quelques numéros de la revue Fiction. Ses premières bandes dessinées paraissent dans Far-West, Sitting Bull, Fripounet et Marisette, Ames vaillantes, Coeur vaillant et le Journal de l'armée, qu'il alimente en petits Miquets pendant son service militaire en Algérie.
1961 : Sous la houlette de Jijé, il dessine une partie de La Route de Coronado, un épisode de Jerry Spring.
1963 : Jijé lui rend la politesse deux ans plus tard en participant au premier volume d'une nouvelle série, Fort Navajo, dont il signe notamment la couverture. Ce western, mieux connu par la suite sous le nom de son héros, Blueberry, est publié dans Pilote. Jean-Michel Charlier, le scénariste de Fort Navajo, en est le rédacteur en chef. Parallèlement, Jean Giraud se transforme pour la première fois en Moebius, le temps de quelques histoires brèves dans Hara Kiri.
1973 : Apparition du troisième et dernier surnom de Jean Giraud, qui signe Gir quelques épisodes de Fort Navajo ainsi que La Déviation, une histoire dont le thème, plus adulte, et le traitement graphique, plus épuré, appartiennent plus au monde de Moebius qu'à celui de Jean Giraud. Jean Giraud a pourtant mis Moebius en sommeil - brièvement interrompu en 1969 par une série d'illustration de science-fiction pour Opta. Il ne s'en éveillera qu'en 1974.
1975 : Après avoir dessiné, sous un nom ou sous un autre, Le Bandard fou, Cauchemar blanc et L'Homme est-il bon ? Moebius s'embarque avec Philippe Druillet, Jean-Pierre Dionnet et Bernard Farkas dans l'aventure Métal Hurlant, à qui il confie les premières planches d'Arzach, puis […]

Sa Bibliographie