Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le dernier Roi de la Terre de Feu

Entretien avec Matz et Léonard Chemineau

Personnage complexe et controversé, Julio Popper est présenté tantôt comme un explorateur courageux et un génial ingénieur, tantôt comme un exterminateur d'indigènes amérindiens. Dans Le Dernier Roi de Terre de Feu, Matz en donne une vision beaucoup moins manichéenne et accompagne le lecteur non seulement dans la découverte d'un homme plutôt méconnu de l'Histoire mais aussi dans les mystères qui l'entourent, jusqu'à sa mort encore aujourd'hui inexpliquée.  

Comment avez-vous eu l’idée de raconter la vie de Julio Popper ?

Matz : La première fois que j’ai lu quelque chose sur Julio Popper, c’était il y a de nombreuses années, dans un livre d’Armando Braun-Menendez intitulé Chroniques australes – je suis passionné par la littérature d’Amérique latine et essaie de lire un peu tout ce que je trouve dans ce domaine. Le personnage de Popper, qui occupe un des chapitres de ce livre, m’avait intrigué. Ensuite, Léonard m’en a parlé, et on s‘est dit que cela ferait un bon personnage pour un album. Léonard avait lu un roman, Cavalier seul de Patricio Manns, aux éditions Phébus, dans lequel Popper est un effroyable massacreur d’Indiens. Et il est vrai qu’au tout début, on s’est dit que ce serait intéressant de faire le parcours de cet homme sanguinaire, venu du fond de l’Europe pour exterminer les Indiens de la Terre de Feu. Sauf qu’en se documentant de la manière la plus complète […]

Sa biographie

Matz est né à Rouen en Normandie en 1967 mais grandit sous le soleil des Antilles, à la Martinique. Amateur de bande dessinée depuis tout petit, il craque pour Franquin (Lagaffe, Spirou et Fantasio), Lucky Luke, Blueberry ou Gotlib. Après une licence de droit, il délaisse les amphithéâtres de l'université de Droit et les conférences de Sciences Po pour se lancer dans l'écriture et les petits boulots. Grâce à ses rencontres déterminantes avec Jean-Christophe Chauzy, Étienne Robial et Jean-Pierre Mougin, il commence sa carrière. Matz revendique des influences multiples et très différentes qu'il tire aussi bien de la littérature (de Kafka et Cervantès à Chandler et James Lee Burke) que du cinéma (John Ford et Sergio Leone) ou même la musique, aussi bien de personnages fictifs que réels. Il a notamment deux albums puisés aux sources du blues (dont Peines perdues) nommé à Angoulême en 1993 dans les catégories Meilleur Album et Prix du Public. Ce qu'il attend d'une bande dessinée, c'est qu'elle ait une histoire bien ficelée, originale et divertissante, qu'elle propose un certain regard, souligné par des dessins personnels et de bonne qualité. Il estime que si on réunit ces éléments, on peut faire de la bande dessinée un médium à part entière, qui peut apporter à ses lecteurs une expérience comparable à celle qu'offre un bon roman, un bon film ou un bon jeu vidéo. Son premier scénario, Bayou Joey, réalisé avec Jean-Christophe Chauzy, est publié en 1990 aux éditions Futuropolis. Avec déjà deux séries très connues à son actif que sont Le Tueur en collaboration avec Jacamon et Du plomb dans la tête en collaboration avec Wilson aux éditions Casterman, il sort aujourd'hui aux éditions Delcourt le premier tome Shandy, "Un Anglais dans l'Empire", en collaboration avec le dessinateur Dominique Bertail. Inspiré de la littérature romantique - surtout du premier mouvement allemand et anglais - gothique (fin XVIIIème - début XIXe), leur travail est un hommage aux grands auteurs (de Kleist à Radcliffe, en passant par Walpole et Dumas, Goethe et Pouchkine) et aux peintres de l'époque (Friedrich).

Textes © Delcourt et Casterman

Matz est né à Rouen en Normandie en 1967 mais grandit sous le soleil des Antilles, à la Martinique. Amateur de bande dessinée depuis tout petit, il craque pour Franquin (Lagaffe, Spirou et Fantasio), Lucky Luke, Blueberry ou Gotlib. Après une licence de droit, il délaisse les amphithéâtres de l'université de Droit et les conférences de Sciences Po pour se lancer dans l'écriture et les petits boulots. Grâce à ses rencontres déterminantes avec Jean-Christophe Chauzy, Étienne Robial et Jean-Pierre Mougin, il commence sa carrière. Matz revendique des influences multiples et très différentes qu'il tire aussi bien de la littérature (de Kafka et Cervantès à Chandler et James Lee Burke) que du cinéma (John Ford et Sergio Leone) ou même la musique, aussi bien de personnages fictifs que réels. Il a notamment deux albums puisés aux sources du blues (dont Peines perdues) nommé à Angoulême en 1993 dans les catégories Meilleur Album et Prix du Public. Ce qu'il attend d'une bande dessinée, c'est qu'elle ait une histoire bien ficelée, originale et divertissante, qu'elle propose un certain regard, souligné par des dessins personnels et de bonne qualité. Il estime que si on réunit ces éléments, on peut faire de la bande dessinée un médium à part entière, qui peut apporter à ses lecteurs une expérience comparable à celle qu'offre un bon roman, un bon film ou un bon jeu vidéo. Son premier scénario, Bayou Joey, réalisé avec Jean-Christophe Chauzy, est publié en 1990 aux éditions Futuropolis. Avec déjà deux séries très connues à son actif que sont Le Tueur en collaboration avec Jacamon et Du plomb dans la tête en collaboration avec Wilson aux éditions Casterman, il sort aujourd'hui aux éditions Delcourt le premier tome Shandy, "Un Anglais dans l'Empire", en collaboration avec le dessinateur Dominique Bertail. Inspiré de la littérature romantique - surtout du premier mouvement allemand et anglais - gothique (fin XVIIIème […]

Sa Bibliographie