Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Desberg, Stephen

  • 47
  • Desberg
  • Stephen
  • le 10/09/1954 (BELGIQUE)

Son actu

Jack Wolfgang -1- L'entrée du loup

A paraître le 16/06/2017
  • Le Lombard
  • Hors collection
  • 06/2017
  • 978-2-8036-7040-6
  • 62

Sa biographie

Né à Bruxelles le 10 septembre 1954, Stephen Desberg a débuté dans la BD en rédigeant, dès 1976, de courtes histoires pour le journal «Tintin». Ce n’est toutefois qu’en 1978 que ce disciple de Maurice Tilleux, le créateur de «Gil Jourdan», entame une carrière de scénariste professionnel. À partir de 1980, pour «Spirou», il assure la continuité des aventures de «Tif et Tondu» dessinées par Will, puis crée successivement les personnages de «421», «Billy the cat», «Mic Mac Adam» et «Jimmy Tousseul». Après avoir conçu plusieurs albums de ces séries, il s’associe au dessinateur Johan De Moor et les éditions Casterman pour imaginer «Gaspard de la nuit» et, dans le mensuel «(A Suivre…)», les enquêtes de «La Vache». Cette série humoristique paraît désormais en albums au Lombard dans la collection «Troisième Degré» et y connaît de nouveaux rebondissements sous le titre «Lait entier». En 1989 et en 1990, dans un registre plus adulte et à nouveau associé à Will pour l’illustration, Stephen Desberg publie deux albums dans la collection «Aire Libre» de Dupuis : «Le jardin des désirs» et «La 27e Lettre». Scénariste original et aux talents très diversifiés, Desberg passe avec autant d’aisance et d’inventivité d’un genre à un autre, des atmosphères fantastiques aux réalités interpellantes comme l’intolérance. En 1996, avec le dessinateur Bernard Vrancken, il exprime ainsi son anti-racisme à travers «Le sang noir» (4 albums au Lombard). Bien que vivant en Belgique, Stephen Desberg est de nationalité américaine et, comme tous les fils de l’Oncle Sam, il est supposé déclarer ses revenus à l’I.R.S. (Internal Revenue Service), l’administration fiscale des USA… Nul mieux que lui n’était donc habilité à nous instruire du fonctionnement de cette institution. Scénariste, il en a tout logiquement fait le sujet original d’une série mise en images par Bernard Vrancken. Ce thriller financier paraît sous le titre de «I.R.$.» dans la collection «Troisième Vague Lombard». Les Etats-Unis sont encore présents dans d’autres de ses albums comme «L’étoile du désert» (avec E. Marini chez Dargaud), ou «Tosca», un portrait sans complaisance de l’évolution de la mafia américaine avec Francis Vallès chez Glénat. Desberg est également passionné par les thèmes religieux. Il s’intéresse au monde mythologique des anges et des démons dans «Les Immortels» avec Henri Reculé chez Glénat, et, avec Marini chez Dargaud, aux énigmes des origines chrétiennes dans «Le Scorpion». En 2003, avec Daniel Koller chez Dargaud, il lance «Mayam», une série de fantasy théologique relatant les voyages d’un diplomate terrien ambitieux sur une planète aux mille et un cultes concurrents... En 2004, paraît le magnifique "Dernier livre de la jungle" dans la collection Polyptyque. Ses deux compagnons d'aventure sont Johan De Moor et Henri Reculé. En 2005 sort dans la collection Troisième Vague Lombard, le premier tome de "Rafales", un thriller contemporain un rien fantastique dont il a confié le dessin à Francis Vallès. En 2007, il signe un projet de thriller historique, à nouveau, avec Henri Reculé, intitulé "Cassio", pour le catalogue "Tout public" du Lombard.

Texte et photo © Le Lombard

Il réside dans la région de Bruxelles Capitale

Né à Bruxelles le 10 septembre 1954, Stephen Desberg a débuté dans la BD en rédigeant, dès 1976, de courtes histoires pour le journal «Tintin». Ce n’est toutefois qu’en 1978 que ce disciple de Maurice Tilleux, le créateur de «Gil Jourdan», entame une carrière de scénariste professionnel. À partir de 1980, pour «Spirou», il assure la continuité des aventures de «Tif et Tondu» dessinées par Will, puis crée successivement les personnages de «421», «Billy the cat», «Mic Mac Adam» et «Jimmy Tousseul». Après avoir conçu plusieurs albums de ces séries, il s’associe au dessinateur Johan De Moor et les éditions Casterman pour imaginer «Gaspard de la nuit» et, dans le mensuel «(A Suivre…)», les enquêtes de «La Vache». Cette série humoristique paraît désormais en albums au Lombard dans la collection «Troisième Degré» et y connaît de nouveaux rebondissements sous le titre «Lait entier». En 1989 et en 1990, dans un registre plus adulte et à nouveau associé à Will pour l’illustration, Stephen Desberg publie deux albums dans la collection «Aire Libre» de Dupuis : «Le jardin des désirs» et «La 27e Lettre». Scénariste original et aux talents très diversifiés, Desberg passe avec autant d’aisance et d’inventivité d’un genre à un autre, des atmosphères fantastiques aux réalités interpellantes comme l’intolérance. En 1996, avec le dessinateur Bernard Vrancken, il exprime ainsi son anti-racisme à travers «Le sang noir» (4 albums au Lombard). Bien que vivant en Belgique, Stephen Desberg est de nationalité américaine et, comme tous les fils de l’Oncle Sam, il est supposé déclarer ses revenus à l’I.R.S. (Internal Revenue Service), l’administration fiscale des USA… Nul mieux que lui n’était donc habilité à nous instruire du fonctionnement de cette institution. Scénariste, il en a tout logiquement fait le sujet original d’une série mise en images par Bernard Vrancken. Ce thriller financier […]

Sa Bibliographie