Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Matsumoto, Taiyou

  • 4427
  • Matsumoto
  • Taiyo
  • Matsumoto, Taiyou
  • le 25/10/1967 (JAPON)

Sa biographie

Taiyou Matsumoto est né en 1967 à Tôkyô. Il est mangaka depuis 1987, année où, âgé d'à peine 20 ans, il reçoit le prix "Afternoon" des jeunes auteurs, décerné par les éditions Kôdansha. Il ne lui en faut pas plus pour se résoudre à arrêter l'université et commencer à dessiner sa première histoire, Straight ( série en deux volumes qui se passe dans le milieu du base-ball), publié dans le magazine Morning du même éditeur. En 1991 il signe Zéro, God save the knuckle (qui se déroule dans le milieu de la boxe) puis Hana Otoko. Par la suite il signe, entre 1991 et 1995, Aoi Haru (Printemps Bleu), Tekkonkinkurito (Amer Béton), et Nihon no Kyôdai (Frères du Japon) qui sont sorties en France aux éditions Tonkam. En 1996, Taiyou Matsumoto débute une autre de ses séries phares, Ping Pong, série en cinq volumes paru en France aux éditions Akata-Delcourt. Ainsi, après avoir abordé, entre-autre, le base-ball et la boxe, Taiyou Matsumoto met en image l'univers du Ping Pong. Cette série a fait l'objet d'une adaptation en film qui sortira bientôt en France en DVD. Sa dernière création en s'appelle Number Five et est aujourd'hui éditée en France par Kana. Taiyou Matsumoto raconte volontiers qu'après Straight, son éditeur l'a envoyé en France et que l'on sent, dès son second manga Zéro (1991), l'influence européenne, l'approfondissement du graphisme. Depuis ce voyage, il apprécie beaucoup Moëbius, Enki Bilal et Prada qui restent les auteurs qui l'ont le plus marqués.

Texte © Delcourt

Taiyou Matsumoto est né en 1967 à Tôkyô. Il est mangaka depuis 1987, année où, âgé d'à peine 20 ans, il reçoit le prix "Afternoon" des jeunes auteurs, décerné par les éditions Kôdansha. Il ne lui en faut pas plus pour se résoudre à arrêter l'université et commencer à dessiner sa première histoire, Straight ( série en deux volumes qui se passe dans le milieu du base-ball), publié dans le magazine Morning du même éditeur. En 1991 il signe Zéro, God save the knuckle (qui se déroule dans le milieu de la boxe) puis Hana Otoko. Par la suite il signe, entre 1991 et 1995, Aoi Haru (Printemps Bleu), Tekkonkinkurito (Amer Béton), et Nihon no Kyôdai (Frères du Japon) qui sont sorties en France aux éditions Tonkam. En 1996, Taiyou Matsumoto débute une autre de ses séries phares, Ping Pong, série en cinq volumes paru en France aux éditions Akata-Delcourt. Ainsi, après avoir abordé, entre-autre, le base-ball et la boxe, Taiyou Matsumoto met en image l'univers du Ping Pong. Cette série a fait l'objet d'une adaptation en film qui sortira bientôt en France en DVD. Sa dernière création en s'appelle Number Five et est aujourd'hui éditée en France par Kana. Taiyou Matsumoto raconte volontiers qu'après Straight, son éditeur l'a envoyé en France et que l'on sent, dès son second manga Zéro (1991), l'influence européenne, l'approfondissement du graphisme. Depuis ce voyage, il apprécie beaucoup Moëbius, Enki Bilal et Prada qui restent les auteurs qui l'ont le plus marqués.

Texte © Delcourt

Sa Bibliographie