Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

De Groot, Bob

  • 298
  • De Groot
  • Robert
  • De Groot, Bob
  • le 26/10/1941 (BELGIQUE)

Sa biographie

Photo © Dargaud

Né à Bruxelles le 26 octobre 1941, Bob de Groot n'a que 17 ans lorsqu'il entame des études dans une école supérieure de dessin. En 1960, sa rencontre avec le grand Maurice Tillieux l'amène à collaborer aux aventures de «Félix». Pendant plus de cinq ans, il réalise en solo quelque 300 pages pour des quotidiens. En 1967, pour «Pilote», il réalise les décors de courtes histoires avec Hubuc, puis, seul sur un scénario de Reiser, il anime les aventures de «L'Agent Caméléon» avec Fred. Reprise avec Turk, cette série va lui permettre d'inaugurer les premières longues années de complicité avec celui-ci. En 1968, pour «Spirou», le duo crée «Archimède», puis entame en 1969 pour «Tintin», les délirantes aventures de «Robin Dubois». En 1972, Bob de Groot reprend les enquêtes de «Clifton» (avec Turk puis avec Bédu). Entre-temps, il abandonne le dessin pour se consacrer exclusivement à l'écriture de scénarios. En 1975, pour «Achille Talon Magazine», il lance avec Turk les aventures de «Léonard». Comptant dès lors comme l'un des scénaristes humoristiques les plus réputés, il relance «Chlorophylle» avec Dupa et Walli. Il collabore aussi épisodiquement avec Tibet («Le club des Peur-de-Rien»), Greg et Dany. Pour Morris, il participe en outre aux exploits de «Lucky Luke» et de «Rantaplan» avec Vittorio. En 1989, de Groot fait par ailleurs une incursion dans le récit réaliste en scénarisant pour Ph. Francq «Des villes et des femmes» (Dargaud). En janvier 1999, paraît au Lombard «Doggyguard» dessinée par Michel Rodrigue, série qui nous fait découvrir les avatars rocambolesques d'un chien garde du corps à Los Angeles (3 titres). Lors du Festival BD été 2001 de Middelkerke (B), Bob de Groot s'est vu décerner un "Rookie" du meilleur scénariste de l'année. En 2003, il fait revivre les aventures de "Clifton" et c'est à nouveau à son complice, M. Rodrigue, qu'il confie le dessin. En décembre 2006, Bob de Groot a reçu le Prix Humour au Festival BD d'Ajaccio.

Texte © Le Lombard

Photo © Dargaud

Né à Bruxelles le 26 octobre 1941, Bob de Groot n'a que 17 ans lorsqu'il entame des études dans une école supérieure de dessin. En 1960, sa rencontre avec le grand Maurice Tillieux l'amène à collaborer aux aventures de «Félix». Pendant plus de cinq ans, il réalise en solo quelque 300 pages pour des quotidiens. En 1967, pour «Pilote», il réalise les décors de courtes histoires avec Hubuc, puis, seul sur un scénario de Reiser, il anime les aventures de «L'Agent Caméléon» avec Fred. Reprise avec Turk, cette série va lui permettre d'inaugurer les premières longues années de complicité avec celui-ci. En 1968, pour «Spirou», le duo crée «Archimède», puis entame en 1969 pour «Tintin», les délirantes aventures de «Robin Dubois». En 1972, Bob de Groot reprend les enquêtes de «Clifton» (avec Turk puis avec Bédu). Entre-temps, il abandonne le dessin pour se consacrer exclusivement à l'écriture de scénarios. En 1975, pour «Achille Talon Magazine», il lance avec Turk les aventures de «Léonard». Comptant dès lors comme l'un des scénaristes humoristiques les plus réputés, il relance «Chlorophylle» avec Dupa et Walli. Il collabore aussi épisodiquement avec Tibet («Le club des Peur-de-Rien»), Greg et Dany. Pour Morris, il participe en outre aux exploits de «Lucky Luke» et de «Rantaplan» avec Vittorio. En 1989, de Groot fait par ailleurs une incursion dans le récit réaliste en scénarisant pour Ph. Francq «Des villes et des femmes» (Dargaud). En janvier 1999, paraît au Lombard «Doggyguard» dessinée par Michel Rodrigue, série qui nous fait découvrir les avatars rocambolesques d'un chien garde du corps à Los Angeles (3 titres). Lors du Festival BD été 2001 de Middelkerke (B), Bob de Groot s'est vu décerner un "Rookie" du meilleur scénariste de l'année. En 2003, il fait revivre les aventures de "Clifton" et c'est à nouveau à son complice, M. Rodrigue, qu'il confie […]

Sa Bibliographie