Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sa biographie

Alberto Breccia (Montevideo, 15 avril 1919 - Buenos Aires 10 novembre 1993) fut un dessinateur d’historieta argentin. D’abord influencé par la bande dessinée d’aventures nord-américaine (Milton Caniff), il s’était forgé un style très personnel et en constante évolution, qui empruntait à l’art grotesque, à l’expressionnisme et au clair-obscur. Il commença sa carrière professionnelle en 1939, en rejoignant la maison d’édition Manuel Láinez. Il participa à des magazines tels que Tit-Bits, Rataplán ou El Gorrión où il créa des comic strips comme Mariquita Terremoto, Kid Río Grande ou El Vengador (d’après un roman à succès). Pendant les années 1950, il devint membre honoraire du groupe de Venise, composé d’artistes italiens expatriés comme Hugo Pratt, Ido Pavone, Horacio Lalia, Faustinelli ou Ongaro. Avec Hugo Pratt, il ouvrit l’école panaméricaine d’art à Buenos Aires. En 1957 il rejoignit Frontiera Editorial, alors dirigé par Héctor Germán Oesterheld, qui scénarisait Ernie Pike. En 1958, Breccia lance la série Sherlock Time sur un scénario de Héctor Oesterheld dans Hora Cero Extra. En 1960, il commença à travailler pour des éditeurs européens via une agence artistique basée à Buenos Aires : Il dessina quelques westerns et histoires de guerres pour la maison d’édition anglaise Fleetway. Cette période ne dura pas longtemps. Son fils Enrique dessina également quelques histoires de guerres pour Fleetway à la fin des années 1960 : Spy 13. En 1962, il produisit avec Héctor Oesterheld (exécuté durant la dictature argentine) peut-être SA plus importante bande-dessinée : Mort Cinder. Il donna à l’antiquaire Ezra Winston son propre visage vieilli, et à son compagnon Mort Cinder celui de son ami Horacio Lalia. Mort Cinder parut entre le 20 juillet 1962 (n° 714 du magazine Misterix) et 1964. En 1968, il dessine avec son fils Enrique sur un scénario de Héctor Germán Oesterheld une biographie en bande dessinée de Che Guevara : Che. Pour échapper à la répression du régime, ils cachèrent les planches dans leur jardin. Cette bande dessinée ne fut publiée que récemment. Au cours de la décennie suivante, Breccia innove tant au niveau du noir et blanc que de la couleur en réalisant, sur des scénarios de Carlos Trillo, deux séries majeures : Un tal Daneri (Un certain Daneri) et Chi ha Paura delle Fiabe ? (Qui a peur des fables ?) Dans cette dernière, une satire sociale appuyée sur un détournement des contes des frères Grimm, il multiplie les collages et les mélanges de texture dans un style qui aura une profonde influence sur des anglo-saxons comme Bill Sienkiewicz et Dave McKean. Dans les années 1980, Breccia et Juan Sasturain travaillent à la série Perramus satire féroce des régimes totalitaires sud américains, tout en rendant hommage aux cultures populaires du sous continent et qui marque l’apogée du style noir et blanc de Breccia. Dans ses dernières œuvres, Breccia diversifie avec beaucoup de réussite sa production en couleur, notamment dans ses adaptations des nouvelles d’Edgar Allan Poe. Ses liens avec l’Italie lui permirent de publier en 1985 le luxueux Quattro incubi (Quatre incubes) aux éditions Editiemme de Milan, avec lithographie (reprenant L’ultime visite du gentilhomme Malato, La nuit de Camberwell (Jean Ray), La marche de la mort rousse (Edgar Allan Poe), et Le chat noir (Edgar Allan Poe).

Texte et photo © Bande Dessinée Info

Alberto Breccia (Montevideo, 15 avril 1919 - Buenos Aires 10 novembre 1993) fut un dessinateur d’historieta argentin. D’abord influencé par la bande dessinée d’aventures nord-américaine (Milton Caniff), il s’était forgé un style très personnel et en constante évolution, qui empruntait à l’art grotesque, à l’expressionnisme et au clair-obscur. Il commença sa carrière professionnelle en 1939, en rejoignant la maison d’édition Manuel Láinez. Il participa à des magazines tels que Tit-Bits, Rataplán ou El Gorrión où il créa des comic strips comme Mariquita Terremoto, Kid Río Grande ou El Vengador (d’après un roman à succès). Pendant les années 1950, il devint membre honoraire du groupe de Venise, composé d’artistes italiens expatriés comme Hugo Pratt, Ido Pavone, Horacio Lalia, Faustinelli ou Ongaro. Avec Hugo Pratt, il ouvrit l’école panaméricaine d’art à Buenos Aires. En 1957 il rejoignit Frontiera Editorial, alors dirigé par Héctor Germán Oesterheld, qui scénarisait Ernie Pike. En 1958, Breccia lance la série Sherlock Time sur un scénario de Héctor Oesterheld dans Hora Cero Extra. En 1960, il commença à travailler pour des éditeurs européens via une agence artistique basée à Buenos Aires : Il dessina quelques westerns et histoires de guerres pour la maison d’édition anglaise Fleetway. Cette période ne dura pas longtemps. Son fils Enrique dessina également quelques histoires de guerres pour Fleetway à la fin des années 1960 : Spy 13. En 1962, il produisit avec Héctor Oesterheld (exécuté durant la dictature argentine) peut-être SA plus importante bande-dessinée : Mort Cinder. Il donna à l’antiquaire Ezra Winston son propre visage vieilli, et à son compagnon Mort Cinder celui de son ami Horacio Lalia. Mort Cinder parut entre le 20 juillet 1962 (n° 714 du magazine Misterix) et 1964. En 1968, il dessine avec son fils Enrique sur un scénario de Héctor Germán Oesterheld une biographie en bande […]

Sa Bibliographie