Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sa biographie

Al+Flag, pseudonyme d'Alain Gosselin, est né à Rouyn-Noranda le 5 juin 1959. Très jeune, il déménage dans les Cantons-de-l'Est avec sa mère et ses sept frères et sœurs. Il dévore avidement les magazines d'horreur Eerie et Creepy que sa mère lui achète, ainsi que la revue humoristique Mad dans laquelle il apprécie particulièrement les gags muets de Sergio Aragonès et de Don Martin. Ces influences éloignées, humour visuel et horreur, se retrouvent étroitement liées dans les BD d'Al+Flag.

En 1979, il participe à la revue Plumo, de Sherbrooke. Il y publie quelques gags, qu'il signe tout simplement Al, où il fait déjà montre de cet humour noir qui caractérisera son œuvre. Dans les pages de Plumo, on rencontre également les signatures d'Hervé Philippe, Daniel Shelton et Maurice Evans qui deviendront, avec Al+Flag, les piliers de l'Association BD de Sherbrooke en 1985. En 1980, Al+Flag reçoit le premier prix du concours de bandes dessinées du Festival des Cantons à Sherbrooke et l'année suivante, il reçoit un prix pour l'affiche Boréal 81 à Montréal.

Alain Gosselin fréquente divers établissements scolaires de l'Estrie - il obtient son diplôme en graphisme au collège de Sherbrooke en 1980 - avant de poursuivre ses études à Montréal. Il étudie d'abord la scénarisation cinématographique à l'UQAM en 1982-1983, où il fait la connaissance de Marc Tessier, puis le cinéma d'animation à l'université Concordia. Il soumet son portfolio à la revue d'humourCroc, mais bien que certaines bandes et illustrations y soient publiées, il ne réussit pas à s'y faire une place régulière. Il publie alors quelques illustrations et dessins d'humour dans Protégez-Vous et TV Hebdo. Avec son ami, Marc Tessier, Al+Flag commence la réalisation d'un long récit de science-fiction à saveur philosophique :Souviens-toi de la pluie. Ensemble, ils réalisent également plusieurs courts-métrages.

L'année 1985 est particulièrement chargée : en janvier, Al+Flag représente le Québec, en compagnie d'autres auteurs, au festival de la bande dessinée à Angoulême, puis au cours de l'été, à l'occasion du Salon International de la BD de Montréal, il participe à quelques numéros du Fanzine du Jour,un des deux seuls quotidiens de BD à avoir jamais paru au Québec. Il présente également deux planches dans l'éphémère revue By Jove! (intégrée par la suite à Tchiize (bis)). En octobre, paraît la première publication de l'Association BD de Sherbrooke (qui change de nom en 1986 et devient BD Estrie), le numéro 0 du fanzine Joker. Al+Flag y propose quelques gags teintés de fantastique. Toujours cette même année, il publie un premier recueil, Story Board, aux éditions Michel de Montréal-Nord. Sous une couverture cartonnée, Story Board offre 48 pages de gags muets à l'humour macabre et irrévérencieux.

L'année suivante, Al+Flag récidive avec Post Mortem, un autre recueil de BD muettes à l'humour mordant. On y rencontre, au détour de chaque page, des vampires, des fantômes, des rats et des monstres de toutes sortes. Il participe encore une fois au festival d'Angoulême et se mérite le premier prix du Salon International de la caricature de Montréal dans la catégorie BD. Il est la vedette de deux numéros deTchiize! présente (nos 5 et 8) qui reprennent des gags de Post Mortem et il participe aux trois premiers numéros de Tchiize (bis).

En 1988, Alain Gosselin est caricaturiste pour Les Nouvelles de l'Est. Il reste à l'emploi de ce journal environ un an. BD Estrie publie, à l'occasion du Salon du livre de Sherbrooke de 1988, un recueil de planches de ses membres baptisé L'Album. Les trois années qui suivent, d'autres recueils au titre presque identique paraissent (on les distingue par un numéro et parfois un sous-titre). Al+Flag collabore aux quatre éditions, offrant parfois des gags en une planche et parfois des récits plus longs. Ainsi, dans L'Album 4, en 1991, il présente un récit fantastique semi-réaliste de cinq planches où il se met en scène affrontant ses démons.

En compagnie de Marc Tessier et de Stéphane Olivier, Al+Flag participe à la création de L'Organe,en 1988. En plus de dessiner la couverture du premier numéro, il illustre les aventures du personnage vedette, la momie Gogo Guy. Cette revue underground devient Mac Tin Tac en 1990, et paraît cinq fois jusqu'en 1994. Al+Flag participe aux deux premières parutions. Encore une fois, il réalise la couverture du premier numéro et ses BD de Gogo Guy y sont reprises en anglais.

En 1989, il amorce une collaboration avec le magazine jeunesse Je me petit-débrouille. Il illustre d'abord quelques articles, puis il participe à l'album Les Grands débrouillards, en collaboration de Jacques Goldstyn, qui paraît en 1991. À partir du no 104 (mai 1991), il anime les aventures de science-fiction desJumeaux Gémeaux, deux gamins qui paraissent déjà dans certaines de ses illustrations. Puisqu'il s'agit des aventures de jumeaux, Al+Flag, joue le jeu jusqu'au bout : il signe les scénarios de son vrai nom, Alain Gosselin, et les dessins de son pseudonyme Al+Flag. Deux longs épisodes des Jumeaux Gémeaux paraissent dans les pages de Je me petit-débrouille (qui devient entre-temps Les Débrouillards). Mais, las de négocier avec des comités de rédaction, il abandonne la série à la fin du second en 1994.

Entre-temps, en 1992, il publie un troisième recueil des ses gags muets, Réflexions,toujours aux éditions Michel, puis, en 1993, il publie chez le même éditeur, un album desJumeaux Gémeaux, Le cas Eurêka, qui reprend le premier épisode paru dans Je me petit-débrouille. Il fait paraître deux autres petits albums en 1993 : Supperman is Dead, une satire de la commercialisation à outrance des superhéros, et Mais où est passée la cheminée?, suite de gags mettant en scène le Père Noël.

Pourtant, au cours des années qui suivent, Al+Flag se fait plus rare. Il s'éloigne de la BD et consacre son temps à la rédaction d'un roman de science-fiction encore inédit. Al+Flag participe néanmoins à la création, en 1994, de l'UPCHIQ (Union professionnelle des créateurs d'histoires en images du Québec) dont il occupe le poste de vice-président.

L'année 1997 marque son retour sur le devant de la scène de la BD québécoise avec la parution, fort attendue, du deuxième album des Jumeaux Gémeaux,L'évadé de la zone sombre. Puis, avec la complicité de Jean-Pierre Langlais et de Bertrand Dugas, il fonde le fanzine Café Noir. Al+Flag y propose quelques pages d'une série qu'il destinait aux Débrouillards avant de rompre avec cette revue, Tommy le beau rat de labo.Mais, surtout, il présente le premier chapitre d'un long récit fantastique, La Porte de chêne, qu'il signe Philippe Angers. Dessiné dans un style réaliste percutant, cette histoire dure et cruelle marque un virage radical dans la carrière d'Al+Flag. Deux autres numéros de Café Noirparaissent (le dernier en mai 2000) et Alain Gosselin y multiplie les pseudonymes : Al+Flag, Philippe Angers, S. Presso et Anna Kafka.

Une exposition importante lui est consacré, ainsi qu'à Albert Chartier et six autres créateurs de la région de l'Estrie, au Musée des beaux-arts de Sherbrooke pendant l'été 1998. Le spécialiste sherbrookois Richard Langlois, qui fut également son mentor au collège de Sherbrooke, rédige sa biographie pour le catalogue de l'exposition : La BD made in Sherbrooke. Une petite monographie présente aussi une sélection des pièces exposées. Toujours en 1998, les Jumeaux Gémeaux font un bref retour dans le fascicule promotionnel Bédé Vélo, commandité par le Tour des enfants. Al+Flag y réalise une courte histoire de deux pages sur la sécurité à bicyclette.

En mars 1999, Al+Flag participe au no 2 de la revueZine Zag avec un récit parodique de six pages, Ali(h)and. À la fin de l'année, il s'associe à l'équipe de la revue électronique Bulle! Fondée par Bertrand Picard, cette revue n'est disponible que par abonnement sur internet. Al+Flag y présente dès le second numéro (mars 2000) des planches de Tommy en couleurs mais aussi une reprise du premier épisode des Jumeaux Gémeaux. Son intention est de faire paraître le troisième épisode lorsque la réédition des deux premiers sera terminée. Malheureusement, Bulle! disparaît après seulement trois numéros. Peu après avoir joint Bulle!, Al+Flag publie un quatrième recueil de gags Vade retro humano… qui est remis en prime lors d'un abonnement àBulle!. L'album contient également un CD-Rom sur lequel sont enregistrés les numéros 0, 1 et 2 de la revue.

Au tout début de l'année 2000, Al+Flag retrouve son vieux complice Marc Tessier dans l'album collectif Cyclope que ce dernier dirige. Cyclope rassemble la plupart des auteurs alternatifs et underground du Québec : Simon Bossé, Line Gamache, Siris, Jean-Pierre Chansigaud, Rose Beef, Jimmy Beaulieu, Mr. Swiz, Pierre Drysdale et plusieurs autres. Gosselin y livre un récit humoristique signé Al+Flag et une histoire philosophique signée Philippe Angers (sur un scénario de Tessier). Al+Flag et Marc Tessier font également partie de la délégation officielle du Québec au Festival d'Angoulême, en janvier 2000, alors que le Québec en est l'invité d'honneur. Défiant le mauvais sort, Marc Jetté consacre le no 13 de sa revue Jean Nendur (avril 2000) à la publication d'une œuvre inachevée et inédite de Marc Tessier et Al+Flag, Souviens-toi de la pluie.

Al+Flag, pseudonyme d'Alain Gosselin, est né à Rouyn-Noranda le 5 juin 1959. Très jeune, il déménage dans les Cantons-de-l'Est avec sa mère et ses sept frères et sœurs. Il dévore avidement les magazines d'horreur Eerie et Creepy que sa mère lui achète, ainsi que la revue humoristique Mad dans laquelle il apprécie particulièrement les gags muets de Sergio Aragonès et de Don Martin. Ces influences éloignées, humour visuel et horreur, se retrouvent étroitement liées dans les BD d'Al+Flag.

En 1979, il participe à la revue Plumo, de Sherbrooke. Il y publie quelques gags, qu'il signe tout simplement Al, où il fait déjà montre de cet humour noir qui caractérisera son œuvre. Dans les pages de Plumo, on rencontre également les signatures d'Hervé Philippe, Daniel Shelton et Maurice Evans qui deviendront, avec Al+Flag, les piliers de l'Association BD de Sherbrooke en 1985. En 1980, Al+Flag reçoit le premier prix du concours de bandes dessinées du Festival des Cantons à Sherbrooke et l'année suivante, il reçoit un prix pour l'affiche Boréal 81 à Montréal.

Alain Gosselin fréquente divers établissements scolaires de l'Estrie - il obtient son diplôme en graphisme au collège de Sherbrooke en 1980 - avant de poursuivre ses études à Montréal. Il étudie d'abord la scénarisation cinématographique à l'UQAM en 1982-1983, où il fait la connaissance de Marc Tessier, puis le cinéma d'animation à l'université Concordia. Il soumet son portfolio à la revue d'humourCroc, mais bien que certaines bandes et illustrations y soient publiées, il ne réussit pas à s'y faire une place régulière. Il publie alors quelques illustrations et dessins d'humour dans Protégez-Vous et TV Hebdo. Avec son ami, Marc Tessier, Al+Flag commence la réalisation d'un long récit de science-fiction à saveur philosophique :Souviens-toi de la pluie. Ensemble, ils réalisent également plusieurs courts-métrages.

L'année 1985 est […]

Sa Bibliographie