Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Assollant, Alfred

  • 20024
  • Assollant
  • Alfred
  • le 27/03/1827 (FRANCE)
  • le 03/03/1886

Sa biographie

Alfred Assollant, parfois écrit Assolant, né à Aubusson (Creuse) le 20 mars 1827 et mort à Paris le 3 mars 1886, est un romancier français, auteur de romans pour la jeunesse. Licencié ès Lettres, il commença par enseigner l'histoire à Paris et dans quelques autres villes mais, s'étant attiré les foudres de son recteur pour ses opinions républicaines, il chercha à s'assurer une existence plus libre en Amérique du Nord et entreprit un voyage aux États-Unis. Déçu, il revint à Paris où, en 1858, il publia sous le titre de Scènes de la vie des États-Unis plusieurs nouvelles qui suscitèrent de l'intérêt par leur vie et leur couleur locale. Par la suite se succédèrent rapidement des romans et des nouvelles où apparaissaient une certaine indifférence vis-à-vis de l'ordre et de la mesure et un goût pour le paradoxe et les traits d'esprit. Farouche opposant de Napoléon III, il collabora à la presse d'opposition, puis devint auteur de romans pour la jeunesse. En 1867, il publia Les Aventures du capitaine Corcoran dans la Bibliothèque rose de Louis Hachette. Après la guerre de 1870 il fut surtout un écrivain politique, de plus en plus aigri, surtout dans les organes proches des partisans de la Commune. Il ne manqua pas non plus à chaque occasion de manifester sa haine des Allemands comme dans Le docteur Judassohn. Il a écrit sous le nom d'« Alceste ». Après plusieurs échecs successifs à la députation, il termine sa vie dans l'anonymat et meurt à Paris en 1886. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise1 (division 53).

Texte et photo © Wikipédia

Alfred Assollant, parfois écrit Assolant, né à Aubusson (Creuse) le 20 mars 1827 et mort à Paris le 3 mars 1886, est un romancier français, auteur de romans pour la jeunesse. Licencié ès Lettres, il commença par enseigner l'histoire à Paris et dans quelques autres villes mais, s'étant attiré les foudres de son recteur pour ses opinions républicaines, il chercha à s'assurer une existence plus libre en Amérique du Nord et entreprit un voyage aux États-Unis. Déçu, il revint à Paris où, en 1858, il publia sous le titre de Scènes de la vie des États-Unis plusieurs nouvelles qui suscitèrent de l'intérêt par leur vie et leur couleur locale. Par la suite se succédèrent rapidement des romans et des nouvelles où apparaissaient une certaine indifférence vis-à-vis de l'ordre et de la mesure et un goût pour le paradoxe et les traits d'esprit. Farouche opposant de Napoléon III, il collabora à la presse d'opposition, puis devint auteur de romans pour la jeunesse. En 1867, il publia Les Aventures du capitaine Corcoran dans la Bibliothèque rose de Louis Hachette. Après la guerre de 1870 il fut surtout un écrivain politique, de plus en plus aigri, surtout dans les organes proches des partisans de la Commune. Il ne manqua pas non plus à chaque occasion de manifester sa haine des Allemands comme dans Le docteur Judassohn. Il a écrit sous le nom d'« Alceste ». Après plusieurs échecs successifs à la députation, il termine sa vie dans l'anonymat et meurt à Paris en 1886. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise1 (division 53).

Texte et photo © Wikipédia

Sa Bibliographie