Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sa biographie

Aurélia Aurita, de son vrai nom Chenda Khun, est née le 10/04/1980 à Châtenay-Malabry. "C'est une auteurE de bande dessinée française d'origine chinoise et khmère. Son pseudonyme est le nom d'une variété de méduses. Elle étudie le dessin à l'École Arc-en-Ciel (Antony) et publie des histoires courtes dans le mensuel Fluide Glacial, dans la revue PLG ou dans des collectifs tels que Stereoscomic et FLBLB, tout en suivant des études « sérieuses » de pharmacie, qu'elle achèvera : « je connais par cœur 150 noms de plantes de la flore indigène française ainsi que 15 façons de couler les suppositoires ». En 2001, elle remporte le prix du meilleur scénario au concours Alph'Art de la Bande dessinée scolaire au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême. Son premier album, Angora la fait remarquer de la critique. En 2004, elle est invitée à participer à un album collectif dédié au Japon, pays où elle s'est établie et qu'elle n'a plus quitté ensuite. Son second album, Fraise et Chocolat, sorti en 2006, est un récit érotique et intime qui raconte les rapports d'Aurélia Aurita avec son amant Frédéric Boilet. Aurélia Aurita avait pastiché sur deux pages "L'Épinard de Yukiko", par Frédéric Boilet.. L'ouvrage a provoqué l'enthousiasme d'une grande partie de la critique, notamment dans la grande presse. D'autres ont pointé du doigt la vacuité d'un tel album qui pousse l'autobiographie en bande dessinée dans ses derniers retranchements en ne racontant plus rien : « L’impudisme de cette mise à nu qui couche sur le papier l’intimité des choses sexuelles dissimule une autre forme de pudeur : en dehors de cette évidente attirance physique, rien ou presque n’est révélé de ce qui pourrait faire leur relation ». Le travail d'Aurélia Aurita se caractérise par un trait d'une grande élégance, des préoccupations en apparence futiles, et un certain détachement vis à vis de son propre personnage, puisqu'elle n'hésite pas à se mettre en scène de manière suffisamment impudique pour qu'on la compare, entre autres, à Anaïs Nin."

Aurélia Aurita, de son vrai nom Chenda Khun, est née le 10/04/1980 à Châtenay-Malabry. "C'est une auteurE de bande dessinée française d'origine chinoise et khmère. Son pseudonyme est le nom d'une variété de méduses. Elle étudie le dessin à l'École Arc-en-Ciel (Antony) et publie des histoires courtes dans le mensuel Fluide Glacial, dans la revue PLG ou dans des collectifs tels que Stereoscomic et FLBLB, tout en suivant des études « sérieuses » de pharmacie, qu'elle achèvera : « je connais par cœur 150 noms de plantes de la flore indigène française ainsi que 15 façons de couler les suppositoires ». En 2001, elle remporte le prix du meilleur scénario au concours Alph'Art de la Bande dessinée scolaire au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême. Son premier album, Angora la fait remarquer de la critique. En 2004, elle est invitée à participer à un album collectif dédié au Japon, pays où elle s'est établie et qu'elle n'a plus quitté ensuite. Son second album, Fraise et Chocolat, sorti en 2006, est un récit érotique et intime qui raconte les rapports d'Aurélia Aurita avec son amant Frédéric Boilet. Aurélia Aurita avait pastiché sur deux pages "L'Épinard de Yukiko", par Frédéric Boilet.. L'ouvrage a provoqué l'enthousiasme d'une grande partie de la critique, notamment dans la grande presse. D'autres ont pointé du doigt la vacuité d'un tel album qui pousse l'autobiographie en bande dessinée dans ses derniers retranchements en ne racontant plus rien : « L’impudisme de cette mise à nu qui couche sur le papier l’intimité des choses sexuelles dissimule une autre forme de pudeur : en dehors de cette évidente attirance physique, rien ou presque n’est révélé de ce qui pourrait faire leur relation ». Le travail d'Aurélia Aurita se caractérise par un trait d'une grande élégance, des préoccupations en apparence futiles, et un certain détachement vis à vis de son propre personnage, puisqu'elle […]

Sa Bibliographie