Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de L'Été Diabolik
©Dargaud 2016 Smolderen/Clérisse
Parution le 08/01/2016. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur PriceMinister Version numérique : Acheter sur Izneo
Album créé dans la bedetheque le 12/10/2015 (Dernière modification le 15/12/2016 à 11:26) par nexus4

L'Été Diabolik

Une BD de et Alexandre Clérisse chez Dargaud - 2016

01/2016 (08 janvier 2016) 154 pages 978-2-205-07345-4 Autre format 258042

Un agent secret sorti de nulle part, un accident dramatique, une fille troublante et la disparition de son père, le tout en deux jours. Pour Antoine, 15 ans, l'été 1967 sera celui de toutes les découvertes. Après Souvenirs de l'empire de l'Atome, les auteurs proposent un nouveau cocktail détonant et jouissif : un scénario particulièrement haletant, entre espionnage et littérature, passé au mixeur graphique de Clérisse qui, cette fois, mélange les références des fumetti à David Hockney.

  • Currently 4.51/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (53 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 30/01/2017 à 19:58:50

    Un album original à n'en pas douter. On se retrouve très vite plongé dans l'ambiance "1967" qui rappelle celle des films de cette époque qu'on a tous vu et c'est très agréable.
    Les personnages sont bien élaborés et très en vogue par rapport à l'époque.
    La narration est agréable et le dessin casse un peu les codes de la BD classique. Le rythme est pas mal et une fois qu'on a commencé, on ne lâche plus le bouquin.
    Malgré tout, la fin de la 1ère partie est un peu laborieuse et je me suis un peu emmêlé les pinceaux.

    Le 03/08/2016 à 06:42:59

    En 1967, j'avais dix ans, et je n'avais pas la chance de vivre sur la Côte d'Azur comme Antoine Lafarge, le héros (et narrateur du livre dans le livre) de "l’Été Diabolik", je lisais "le Journal de Tintin" chaque semaine (encore trop jeune pour Pilote, cela viendrait plus tard...), et "le Fantôme du Bengale" cité par Clerisse comme l'influence du Diabolik des sœurs Giusani, référence "pop" (au même titre que Warhol et bien d'autres artistes 60's...). J'avais été moi aussi, malgré mon jeune âge, bien traumatisé par l'assassinat de Kennedy, qui fut le 9/11 de notre génération, mais je rêvais aussi d'histoires d'espions soviétiques implacables tels que John Le Carré les avait immortalisés avec son "Espion qui Venait du Froid"... Cette introduction paraît compliquée, tirée par les cheveux ? Pourtant, ce sont ces références, subtilement agencées, magnifiquement intégrées dans un récit qui tient autant du roman d'initiation (le sexe, la drogue, forcément...) que du thriller paranoïaque, qui font de "l’Été Diabolik" l'un des romans (graphiques ou non) les plus passionnants que j'aie lus depuis un petit moment. Plusieurs degrés de lecture, bien entendu, un aspect "oeuvre d'art" graphique qui ne gâche rien mais vient au contraire enrichir tout cela d'un intense plaisir esthétique... Pour ceux que les concepts élaborés fascinent, l'idée "de génie" de Smolderen, c'est de nous proposer d'abord le récit d'Antoine, mystérieux, riche de résonances multiples et aussi fascinant que follement divertissant par les tournants fantaisistes que prend l'histoire (voir l'épisode magique de l'Aston Martin de 007...) : même s'il se clôt sur de multiples interrogations, ce récit se suffit à lui même au point que j'aurais envie de conseiller au lecteur le plus aventureux de ne pas lire - ou au moins de faire une pause avant de lire... - la seconde partie (20 ans plus tard...) du livre. Car le coup de force de "l’Été Diabolik" est de rajouter une conclusion qui comble rationnellement - un peu trop systématiquement (la lettre du père, explicative...) même pourrait-on trouver - les béances de la première : on regrettera un peu ce retour à la raison, à la logique, finalement bien typique des tristes années 80, mais on admettra la force d'une résolution qui ramène la perception d'un Mal métaphorique (le fameux masque de Diabolik) à la réalité d'un Mal beaucoup plus intime (le regard dans le rétroviseur illuminé). Bien trop intime pour qu'on puisse espérer en sortir indemne, sans même parler d'en guérir vraiment 20 ans ou 50 ans plus tard. Un chef d'oeuvre de la BD.

    Le 14/02/2016 à 18:27:29

    Souvenirs d’enfance, espionnage et p’tites pépées...
    Antoine est adolescent en 1967. Cette année-là, il voit son père pour la dernière fois. Les Spoutniks étaient passés par là, les espions soviétiques aussi… Sur fond de bluette, de besoin de se trouver, de passage à l’âge adulte quoi, cette tranche de vie nous offre un véritable polar guerre-froidien…
    Comme avec « Souvenirs de l’empire de l’atome », Alexandre Clérisse nous fait faire un bond graphique de 50 ans en arrière, en explorant à sa manière une esthétique en parfaite symbiose avec le propos : cette histoire d’espions venus du froid, concoctée par Thierry Smolderen, est prétexte à de fines considérations sur l’adolescence, la filiation, le désir amoureux, et j’en passe. Le script est très subtilement ciselé, aucun détail n’est gratuit, et le duo d’auteurs fonctionne, une fois encore, à merveille. Un immmmense bravo (si, on peut mettre cinq M, avec la réforme de l’orthographe) et un très gros COUP DE CŒUR pour ce bel album.

    Le 31/01/2016 à 14:32:11

    J'avais beaucoup apprécié SOUVENIRS DE L'EMPIRE DE L'ATOME. Je guettais donc la parution éventuelle d'un nouvel album du duo Clérisse/Smolderen. Ça a donc été avec un certain enthousiasme que j'ai appris la sortie de L'ETE DIABOLIK. d'autant plus que les planches proposées en avant-première étaient tout à fait alléchantes.

    A la lecture de l'album, on n'est effectivement pas déçu par le dessin de Clérisse qui fait encore un travail remarquable. Le style graphique adopté correspond tout à fait aux années 1960 comme celui qu'il avait choisi pour L'EMPIRE DE L'ATOME était idéal pour dépeindre le contexte des années 1950. De ce point de vue là, on est pleinement satisfait.

    Ce qui est moins convaincant, c'est le scénario de Smolderen qui est beaucoup moins original que celui de l'album précédent. La présentation des personnages et du contexte sont bons, mais le problème vient plus du fait qu'à chaque événement qui se déroule dans le cadre de ce dernier on devine immédiatement ce qu'il va se passer ensuite. Tout est donc assez téléphoné dans ce récit (la nature de la face cachée du père, l'identité de Diabolik, le destin de Joan...) et évident. La coupure de l'histoire au milieu de l'album m'a paru très artificielle également. J'aurais plus apprécié, je pense, quelque chose de moins brutal pour passer d'une époque à l'autre (un changement de style de dessin par exemple).
    Les révélations finales tombent donc à plat puisqu'on avait quasiment tout deviné au fur et à mesure de la lecture. Et puis, on réalise que le personnage d'Erik, trop superficiel, ne sert pas à grand chose finalement.

    Une légère déception, donc.
    J'espère lire un nouvel album de Clérisse/Smolderen. Je ne sais pas quels sont leurs projets (s'ils en ont). Peut-être envisagent-ils de faire un album par décennie ? Ce serait sympa. Si tel était le cas, j'aurais hâte de voir le prochain tome consacré à la décennie 1970.

    Le 30/01/2016 à 23:43:44

    Je reste sur ma fin, à la lecture de cet album.

    Au début, passé les premiers instants de lecture, je me suis habitué au dessin si particulier, mélange de références très 007 période "Goldfinger" ou "Bon baiser de Russie" et de couleurs flashy un peu étranges (des paysages rouges, violet, orange... au début, ça déroute !).

    Comme l'histoire est très bien racontée, aussi bien par le scénariste que par son dessinateur, le livre se lit très facilement, et sans lassitude ni temps mort inutile.

    Franchement, j'ai aimé le début de l'album.
    Ce n'était pas très réaliste, mais pas désagréable ni invraisemblable que ça (sauf la mort rapide d'un père de famille, dont le fils, le jour de son enterrement, ne trouve rien de mieux que d'aller jouer au tennis avec un pote, sans montrer la moindre tristesse pour son père décédé !).

    En quelque sorte, le début de l'album est un souvenirs de vacance, comme il en existe dans des films comme "l'hôtel de la plage", la drôlerie en moins.

    Et puis, l'album bascule dans le bizarre, le psychédélique, l'action sans queue ni tête (avant que ne viennent les explications), le sordide.
    Et les mots prononcés par cet ado de 15 ans paraissent trop matures, réfléchis, pour être crédible.

    La 2ème partie de l'album donne l'explication du mystère, mais tout ne tient pas (enfin, je veux dire que certaines ficelles sont un peu grosses).

    Bon, au final, je n'ai pas été totalement déçu, mais un peu quand même, car j'espérais une histoire moins tordue et mieux maitrisée graphiquement.

    La preuve qu'un excellent scénariste et visiblement un bon dessinateur, peuvent produire un album moyen ou du moins pas totalement réussi.

    Mais cela m'a quand même donné envie de lire leur précédent album, "souvenirs de l'empire de l'atome".

    Le 26/01/2016 à 17:47:51

    Aussi magnifique scénaristiquement que graphiquement, un album à lire, et à relire car, une fois fini, on ne demande qu'à le relire pour voir comment les auteurs ont réussi à nous berner pendant toute l'histoire, jusqu'au coup de théâtre final.

    Le 18/01/2016 à 12:09:51

    Après l'étonnant et très réussi "L'empire de l'Atome" , Thierry Smolderen & Alexandre Clerisse nous présentent ici un album encore étonnant, un véritable OVNI, avec l"’Été diabolik ".
    Graphiquement, le travail est superbe.
    Cet album est, en outre, un très bel objet éditorial.
    Composé de deux parties, Thierry Smolderen relate dans la première partie la vie d'Antoine, un adolescent pendant l'été 1967, ses vacances avec son père, ses premières expériences de toutes sortes (qui nous valent d'ailleurs des planches assez psychédéliques avec des couleurs flashies!).
    Cet album est rempli de références, même si je ne les ai, sans doute pas, après une première lecture, toutes saisies.
    La seconde partie nous offre un éclairage nouveau sur l'ensemble des événements vécus par Antoine, et qui donne furieusement envie de relire l'ensemble de l'album pour voir si tout colle...un peu à l'image des films comme "le sixième sens" ou encore "les Autres" .
    Bref, un scénario très habilement construit (entre thriller et espionnage) qui réserve beaucoup de surprises.

    Pour ceux qui avaient aimé leur précédente collaboration sur "l'Empire de l'Atome", ne passez pas à coté de cet album très original.

    Le 27/12/2015 à 17:01:43

    Quand on regarde le dessin , on a quelques réticences et inquiétudes quant à la qualité de cette BD , pourtant il ne faut pas hésiter , le scénario est absolument fantastique et vous transporte dans un polar à plusieurs niveaux. Depuis Parker ou Tyler Cross , et encore juste le premier tome de BRUNÖ, aucune histoire n avait réussi à m'embarquer jusqu'à la fin .Au point que le dessin ne pouvait pas être autrement .De la grande et très bonne BD .
    Merci aux artistes.

Afficher encore 4 avis

Toutes les éditions de cet album

  • L'Été Diabolik ©Dargaud 2016 Smolderen/Clérisse

    L'Été Diabolik

    • 258042
    • Smolderen, Thierry
    • Clérisse, Alexandre
    • Clérisse, Alexandre
    • 01/2016 (Parution le 08/01/2016)
    • non coté
    • Dargaud
    • Autre format
    • 978-2-205-07345-4
    • 154
    • 12/10/2015 (modifié le 15/12/2016 11:26)

    Info édition : Noté "Première édition". Format 214 x 283 mm. Avec 7 pages de dossier en fin d'album.